“Et toi!” Pour une nouvelle lecture d’une inscription d’Antioche

Hier soir, de retour de l’antique Antioche, un ami m’a soumis une énigme. Quel est le sens de l’expression ΚΑΙ ΣΥ (et toi!), que l’on relève sur une mosaïque du 2e siècle représentant un œil entouré d’êtres et d’objets maléfiques? Des collègues venaient d’en discuter longuement, sur le site-même. L’un avait affirmé que l’inscription était orthographiquement incorrecte. L’autre pensait qu’elle s’adressait au spectateur, pour le protéger des mauvais sorts. Un dernier considérait enfin que c’était une malédiction. Toutefois, peu convaincus de leurs propres explications, ils en avaient rapidement conclu qu’il s’agissait d’une «formule apotropaïque païenne». C’était se rallier, sans grands risques, aux rares indications que l’on trouve sur internet et ailleurs. Mise au pied du mur, comme Plutarque devant l’Epsilon de Delphes, je décidais malgré l’heure tardive de rechercher la signification de cette expression à la fois très simple et très obscure. Parole de byzantiniste! J’en avais vu de plus difficiles et, à mon tour, j’allais l’expliquer! Continuer la lecture de “Et toi!” Pour une nouvelle lecture d’une inscription d’Antioche

Un athénien à Paris : saint Denys entre légende et archéologie

1.   D’Athènes à Constantinople, en passant par Paris : la légende médiévale et byzantine de saint Denys l’Aréopagite

Denys l’Aréopagite a sans doute été un personnage historique. Les Actes des Apôtres le mentionnent pour la première fois à l’occasion de la prédication de Paul à Athènes, sur le rocher de l’Aréopage : « C’est ainsi que Paul se retira du milieu d’eux. Quelques hommes cependant s’attachèrent à lui et embrassèrent la foi. Denys l’Aréopagite fut du nombre » (Ac 17, 33-34). D’ailleurs, au 3e siècle, dans son exposé sur la « première succession des apôtres, Eusèbe de Césarée rapporte que ce même Denys fut le premier évêque de la cité d’Athènes : « En outre, l’Aréopagite, qui s’appelle Denys […] un ancien, qui fut le pasteur de l’Eglise de Corinthe, rapporte qu’il fut le premier évêque de l’Eglise d’Athènes» (Histoire ecclésiastique, III, 4). Bien que son activité de juge en ait fait un lettré, ce Denys n’a laissé aucun écrit. Aussi est-ce avec un certain étonnement qu’au 6e siècle, nombre d’érudits et de théologiens byzantins prirent connaissance du Corpus areopagiticum, un ensemble de livres et de lettres de première importance placé sous son autorité. Très vite pourtant, grâce aux scholies successives de Jean de Scythopolis et de Maxime le Confesseur, le Corpus areopagiticum acquit une importance capitale dans la théologie d’expression grecque. Disciple de Paul et premier évêque d’Athènes, son auteur présumé reçut également une place de choix dans le chœur des Pères et des docteurs de l’Eglise. Ce fut Grégoire le Grand qui, de retour de Constantinople, en 586, fit connaître à Rome le Corpus areopagiticum. Mais à cette époque, le rayonnement de l’œuvre dionysienne ne franchit pas les frontières de l’Italie. Continuer la lecture de Un athénien à Paris : saint Denys entre légende et archéologie

Semaine sainte à Athènes

Héraclite affirmait qu’on ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve. Les Athéniens pensent sans doute qu’ils ne se réveillent pas deux fois dans la même ville, tant Athènes est changeante et imprévisible. Ici, tout coule, tout se transforme rapidement, les lieux, les gens, les discours. La nuit tombée, les pensées et les actions de la journée courent se perdre dans l’oubli et, au petit matin, le ciel de l’Attique recueille, telle une feuille blanche, de nouveaux projets.

Ainsi, en partant pour la Semaine sainte à Athènes, j’étais bien naïve de croire que le programme que je m’étais fixé serait suivi. Loin de là ! Tâches administratives sans fin, dossiers à préparer, rendez-vous reportés, contrariétés avaient entièrement miné l’esprit de componction dans lequel je m’apprêtais à passer ces quelques jours, loin des tempêtes du monde. Il ne me restait plus qu’à suivre le courant et à tirer profit des haltes que le hasard ou la providence allaient peut-être m’offrir. Continuer la lecture de Semaine sainte à Athènes