Un ouvrage remarquable conservé à l’IFEB : la Bible de Moscou de 1663

Date 23 mai 2012 |

Les spécialistes le savent bien : la prestigieuse “Bible de Moscou” est un ouvrage aussi illustre que rare à trouver dans les bibliothèques occidentales. Un exemplaire en est cependant conservé à l’Institut français d’études byzantines (Bibliothèque Jean de Vernon, ICP, Paris).

Il est issu de la collection constituée par Pie Neveu (1877-1946), évêque latin de Moscou de 1926 à 1936(*). Ce dernier l’a légué à l’IFEB avec une série d’autres ouvrages majeurs pour le monde slave : Trebnik de Pierre Mohila (Kiev 1646), Kormčaja kniga (1653), Kamen Very de Stefan Javorskij (Pečerskaja Lavra 1730), éditions anciennes du Dobrotoljubie. Lire la suite de ce billet »

Elena Karageorgieva, peintre d’icônes au féminin

Date 7 mai 2012 |

Plus que quelques jours pour profiter de l’exposition d’icônes contemporaines organisée au Centre culturel bulgare, à Paris. L’occasion aussi de retracer un échange que j’ai eu avec une jeune peintre d’icônes hors du commun.

Graecia orthodoxa : Elena Karageorgieva, vous exposez au Centre culturel bulgare jusqu’au 11 mai prochain, avec trois autres peintres d’icônes. Parlez-nous un peu de votre parcours.

Elena Karageorgieva : Je suis née à Kazanlak, la Vallée des Roses, en Bulgarie, où j’ai commencé à étudier les Arts plastiques. Par la suite, je me suis spécialisée en Arts ecclésiastiques à l’université de Veliko Tarnovo. J’ai passé l’année 2009-2010 à l’université d’Athènes, où j’ai suivi l’enseignement du professeur Georgios Kordis. En parallèle, j’ai également étudié le violon. Puis, je suis venue à Paris… Lire la suite de ce billet »

Actualité de Jean Meyendorff (1926-1992)

Date 9 février 2012 |

 

Du 9 au 11 février 2012, l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge (Paris) organise un colloque international pour honorer la mémoire du byzantiniste Jean Meyendorff, décédé il y a vingt ans, le 22 juillet 1992. On consultera ici sa vaste bibliographie, en anglais et français, et on notera que deux de ses œuvres ont été rééditées récemment : Le Christ dans la théologie byzantine (Paris, Cerf 2010), Initiation à la théologie byzantine (Paris, Cerf, 2010). Sur cette dernière, nous publions aujourd’hui un compte-rendu de lecture écrit par Sophie Tyser, étudiante en Master à l’EPHE. Lire la suite de ce billet »

“Riches et pauvres dans l’Église ancienne”. Une réédition d’actualité

Date 25 janvier 2012 |

Au début des années ’60, en pleine époque des Trente glorieuses, la collection « Lettres chrétiennes » publiait un volume intitulé Riches et pauvres dans l’Église ancienne. Les Éditions Migne, qui à côté des collections « Pères dans la foi » et « Bibliothèque » redonnent vie à « Lettres chrétiennes », rééditent ce volume dans un contexte totalement différent, en pleine « crise de la zone euro ». Or il s’avère que les textes patristiques ici traduits sont plus que jamais en résonance avec l’actualité. Lire la suite de ce billet »

Une traduction japonaise de la Philocalie

Date 13 janvier 2012 |

Publiée pour la première fois à Venise, en 1782, la Philocalie des saints neptiques de Macaire de Corinthe (1731-1805) et Nicodème l’Hagiorite (1749-1809) a tenu lieu d’assise à toute la spiritualité orthodoxe, grecque ou slave, du 18e siècle à nos jours. Sur cette longue période, ce livre important – qui présente au fil des 1206 pages de l’original grec les textes d’une trentaine d’auteurs – a connu d’importants remaniements ou adaptations et de nombreuses traductions. Je cite ici les plus connues. Lire la suite de ce billet »

Grégoire de Nazianze au 9e siècle. Présentation publique du Paris gr. 510

Date 9 janvier 2012 |

Le Paris gr. 510, luxueux manuscrit des Homélies de Grégoire de Nazianze, a été copié et enluminé pour le compte de Basile Ier, fondateur de la dynastie macédonienne. Il est remarquable pour la pureté de son texte, la qualité de son écriture en onciales, ainsi que pour la richesse de ses enluminures. Lire la suite de ce billet »

2011 annus horribilis. Caricatures grecques

Date 27 décembre 2011 |

(Michael Kontouris)

En cette saison festive, Graecia orthodoxa ne pouvait manquer de revenir –elle aussi!– sur les “faits marquants” de l’année 2011. Voici donc une anthologie de caricatures grecques, sans paroles ou légèrement adaptées pour la circonstance. On les retrouvera, avec bien d’autres, sur le site officiel de la Greek Cartoonists Association. Lire la suite de ce billet »

Un prince pour Noël

Date 22 décembre 2011 |

Un domaine d’études en grande partie inexploré, une abondance de sources inédites et désormais numérisées. Voilà de quoi faire le bonheur des spécialistes du christianisme orthodoxe. Ces derniers jours, au hasard de mes lectures sur l’admirable base de données de l’Université Aristote de Thessalonique, mon attention a été retenue par un manuscrit de la Bibliothèque d’Argyroupolis (actuellement à Naoussa en Macédoine). Lire la suite de ce billet »

Une Chaîne sur l’Octateuque à l’Institut français d’études byzantines

Date 23 novembre 2011 |

Nées en Égypte ou en Palestine, aux 5e-6e siècles, les chaînes exégétiques (Catenae, Σειραί) sur l’Ancien ou le Nouveau Testament ont, depuis cette époque, contribué à faciliter la compréhension des Écritures. Constituées d’extraits des grands commentaires d’auteurs tels qu’Origène, Théodoret de Cyr ou Cyrille d’Alexandrie, entre autres, elles ont conservé à travers les âges de nombreux fragments d’œuvres parfois perdues. De ce fait, les patristiciens et les philologues modernes ont considéré les chaînes comme un réservoir de textes anciens, les abordant de préférence du point de vue de la rareté et de l’intérêt de leurs fragments particuliers. On citera ainsi les travaux de Françoise Petit, qui a édité une reconstitution du commentaire de Sévère d’Antioche sur l’Exode (Leuven 1999). Lire la suite de ce billet »

“Et toi!” Pour une nouvelle lecture d’une inscription d’Antioche

Date 17 novembre 2011 |

Hier soir, de retour de l’antique Antioche, un ami m’a soumis une énigme. Quel est le sens de l’expression ΚΑΙ ΣΥ (et toi!), que l’on relève sur une mosaïque du 2e siècle représentant un œil entouré d’êtres et d’objets maléfiques? Des collègues venaient d’en discuter longuement, sur le site-même. L’un avait affirmé que l’inscription était orthographiquement incorrecte. L’autre pensait qu’elle s’adressait au spectateur, pour le protéger des mauvais sorts. Un dernier considérait enfin que c’était une malédiction. Toutefois, peu convaincus de leurs propres explications, ils en avaient rapidement conclu qu’il s’agissait d’une «formule apotropaïque païenne». C’était se rallier, sans grands risques, aux rares indications que l’on trouve sur internet et ailleurs. Mise au pied du mur, comme Plutarque devant l’Epsilon de Delphes, je décidais malgré l’heure tardive de rechercher la signification de cette expression à la fois très simple et très obscure. Parole de byzantiniste! J’en avais vu de plus difficiles et, à mon tour, j’allais l’expliquer! Lire la suite de ce billet »


Carnets de recherche