Elena Karageorgieva, peintre d’icônes au féminin

Plus que quelques jours pour profiter de l’exposition d’icônes contemporaines organisée au Centre culturel bulgare, à Paris. L’occasion aussi de retracer un échange que j’ai eu avec une jeune peintre d’icônes hors du commun.

Graecia orthodoxa : Elena Karageorgieva, vous exposez au Centre culturel bulgare jusqu’au 11 mai prochain, avec trois autres peintres d’icônes. Parlez-nous un peu de votre parcours.

Elena Karageorgieva : Je suis née à Kazanlak, la Vallée des Roses, en Bulgarie, où j’ai commencé à étudier les Arts plastiques. Par la suite, je me suis spécialisée en Arts ecclésiastiques à l’université de Veliko Tarnovo. J’ai passé l’année 2009-2010 à l’université d’Athènes, où j’ai suivi l’enseignement du professeur Georgios Kordis. En parallèle, j’ai également étudié le violon. Puis, je suis venue à Paris… Continuer la lecture de Elena Karageorgieva, peintre d’icônes au féminin

Actualité de Jean Meyendorff (1926-1992)

 

Du 9 au 11 février 2012, l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge (Paris) organise un colloque international pour honorer la mémoire du byzantiniste Jean Meyendorff, décédé il y a vingt ans, le 22 juillet 1992. On consultera ici sa vaste bibliographie, en anglais et français, et on notera que deux de ses œuvres ont été rééditées récemment : Le Christ dans la théologie byzantine (Paris, Cerf 2010), Initiation à la théologie byzantine (Paris, Cerf, 2010). Sur cette dernière, nous publions aujourd’hui un compte-rendu de lecture écrit par Sophie Tyser, étudiante en Master à l’EPHE. Continuer la lecture de Actualité de Jean Meyendorff (1926-1992)

Une traduction japonaise de la Philocalie

Publiée pour la première fois à Venise, en 1782, la Philocalie des saints neptiques de Macaire de Corinthe (1731-1805) et Nicodème l’Hagiorite (1749-1809) a tenu lieu d’assise à toute la spiritualité orthodoxe, grecque ou slave, du 18e siècle à nos jours. Sur cette longue période, ce livre important – qui présente au fil des 1206 pages de l’original grec les textes d’une trentaine d’auteurs – a connu d’importants remaniements ou adaptations et de nombreuses traductions. Je cite ici les plus connues. Continuer la lecture de Une traduction japonaise de la Philocalie

Reliques du passé, témoignage du présent, projection dans l’avenir

Le nouveau Musée d’art chrétien du Patriarcat œcuménique (Chambésy, Suisse) a été inauguré le 3 février dernier. Le père Job Getcha nous le fait découvrir.

Reliques du passé, témoignage du présent, projection dans l’avenir

Archimandrite Dr. Job Getcha
Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe auprès du

Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy-Genève

Un événement récent est passé quasiment inaperçu, tant dans le monde académique qu’ecclésiastique : l’inauguration, par le patriarche Bartholomée, du Musée d’art chrétien du Patriarcat œcuménique, au Centre orthodoxe de Chambésy (Suisse). Ce musée a vu le jour grâce à la générosité de la Fondation S. Latsis, pour combler un manque au sein de cette illustre institution. Continuer la lecture de Reliques du passé, témoignage du présent, projection dans l’avenir

La religion en Grèce aujourd’hui : matériaux et questionnements nouveaux

La Grèce fascine. Fait-elle partie de l’Europe? Ses traditions sont-elles compatibles avec la démocratie? Quel rôle attribuer à l’Église orthodoxe dans la réalité grecque d’aujourd’hui?

Voici les questions posées par le récent ouvrage collectif édité par Vasilios Makrides (Université d’Erfurt, Allemagne) et Victor Roudometof (Université de Chypre), Orthodox Christianity in 21st Century Greece (Ashgate 2010).

Le volume intègre des travaux amorcés au 28e colloque de la «Société internationale de sociologie des religions» (Zagreb 2005), ainsi que des contributions plus récentes, dans un objectif bien identifié: décrire et expliquer une modernité typiquement grecque, en relevant ses caractéristiques religieuses, mais aussi revenir sur des stéréotypes bien ancrés et montrer les changements importants que l’Église grecque a connu ces dernières années.

Relevant du domaine de la sociologie, fort peu fréquenté par les spécialistes de l’orthodoxie contemporaine, l’ouvrage procède d’une double méthodologie, historique et comparatiste. Continuer la lecture de La religion en Grèce aujourd’hui : matériaux et questionnements nouveaux

Epitaphios, Mandylion et Saint Suaire

Les semaines qui suivent la fête de Pâques ne sont certainement pas celles du deuil, du πένθος, mais plutôt celles de la joie du «tombeau vide». Plus particulièrement, le troisième dimanche de la période pascale (le second après l’Anastasis), l’Église orthodoxe commémore les femmes myrrhophores, Joseph d’Arimathie et Nicodème, un groupe de personnes qui recueillirent le corps du Christ après sa Passion et le mirent au tombeau, enveloppé d’un suaire. Les Évangiles mentionnent cet épisode:

«Le soir venu, vint un homme riche d’Arimathie, nommé Joseph, qui lui aussi était devenu disciple de Jésus. Il alla trouver Pilate pour lui demander le corps de Jésus; Pilate alors ordonna qu’on le lui remît. Joseph prit le corps, l’enveloppa d’un linceul blanc, et le déposa dans son sépulcre neuf, qu’il avait fait tailler dans le roc; puis, ayant roulé une grosse pierre à l’entrée du sépulcre, il s’en alla. Or Marie la Magdaléenne et l’autre Marie étaient là, assises en face du tombeau». (Mt 27, 57-61)

La survivance de ce suaire, ainsi que son identification éventuelle avec la relique conservée dans la cathédrale de Turin, ont fait l’objet d’un tel nombre d’études —de la plus sérieuse à la plus excentrique— qu’une discipline a vu le jour: la sindonologie.

L’exposition du Saint Suaire, qui a lieu pour la première fois depuis dix ans à Turin (10 avril-23 mai 2010), vient de relancer discussions et publications. Nous avons le plaisir d’accueillir ici la contribution d’un collègue, professeur à l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe (Chambésy-Genève).

L’Archimandrite Job Getcha nous invite à observer «l’apparente similitude entre la silhouette du défunt que les négatifs ont dévoilé sur le Saint Suaire, en 1898, et la représentation iconographique du Christ mis au tombeau, la plupart du temps brodée ou peinte sur un tissu appelé epitaphios». On s’en doute, comme nombre de mystères qui entourent le Saint Suaire — et celui de sa provenance, byzantine ou non, n’est pas des moindres—, cette similitude n’a pas encore été expliquée. Mais en fin connaisseur de la liturgie byzantine, le P. Job nous suggère une piste fort intéressante.

* Continuer la lecture de Epitaphios, Mandylion et Saint Suaire

La théologie grecque, des années 1960 à nos jours

La théologie grecque contemporaine offre un domaine d’études encore peu connu en dehors de son aire géographique propre. Un colloque international, qui se tiendra les 15 et 16 avril prochains à Paris, donnera au public français l’occasion de la découvrir. Il permettra également aux spécialistes d’en dresser un premier bilan.

M. Michel Stavrou, Professeur à l’Institut Saint-Serge, a eu l’amabilité de présenter ici les grandes lignes de ce colloque. Continuer la lecture de La théologie grecque, des années 1960 à nos jours

Le Christ, la lune et le soleil

le char du prophète Elie

En ce Dimanche des Rameaux, également jour du passage à l’heure d’été pour les écosensibles que nous sommes, je me suis laissée aller à quelques rêveries à propos de notre calendrier occidental, un calendrier solaire dont les chars de feu d’Apollon et du Prophète Elie, mais surtout le Christ «soleil de Justice» (Mal 4, 2), ont été les plus éclatants symboles.

Cette année en effet, l’Eglise orthodoxe ne fête pas seulement Pâques en même temps que les Eglises catholique et protestante. Elle retient aussi le 4 avril pour sa célébration. Il s’agit de la date la plus haute possible pour le comput orthodoxe, qui fixe nécessairement cette fête dans une période commençant le 4 avril et s’achevant le 8 mai. On précisera que cette période s’étend du 22 mars au 25 avril pour les catholiques. Continuer la lecture de Le Christ, la lune et le soleil

Miracle dans la presse. Des journalistes en odeur de sainteté.

icône miraculeuse de Garges-lès-GonesseJ’avais à peine fini mon compte rendu sur la légende de saint Nicolas— un saint myroblyte —, quand le téléphone sonna. Une voix jeune, entreprenante, me demanda quelle était mon opinion sur l’icône miraculeuse du Val-d’Oise.

J’en ignorais tout. Car on n’en parlait dans aucun recueil de miracles, dans aucune Vie de saint byzantin. L’icône de Garges-lès-Gonesse faisait simplement l’actualité depuis deux jours. Dans un pavillon de la banlieue parisienne, chez des orthodoxes relevant de la juridiction du patriarcat d’Antioche, une icône de la Vierge dégageait des petits filets gras qui coulaient sur le mur. Un début de pèlerinage, avec plus de trente visiteurs par jour, était en train de se mettre en place. Continuer la lecture de Miracle dans la presse. Des journalistes en odeur de sainteté.