Reliques du passé, témoignage du présent, projection dans l’avenir

Le nouveau Musée d’art chrétien du Patriarcat œcuménique (Chambésy, Suisse) a été inauguré le 3 février dernier. Le père Job Getcha nous le fait découvrir.

Reliques du passé, témoignage du présent, projection dans l’avenir

Archimandrite Dr. Job Getcha
Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe auprès du

Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy-Genève

Un événement récent est passé quasiment inaperçu, tant dans le monde académique qu’ecclésiastique : l’inauguration, par le patriarche Bartholomée, du Musée d’art chrétien du Patriarcat œcuménique, au Centre orthodoxe de Chambésy (Suisse). Ce musée a vu le jour grâce à la générosité de la Fondation S. Latsis, pour combler un manque au sein de cette illustre institution.

Fondé en 1966 par Athénagoras Ier, le Centre orthodoxe de Chambésy a comme but principal d’informer la chrétienté d’Occident sur le culte, l’enseignement, la tradition et la théologie orthodoxes. Un  Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe y fonctionne depuis 1996. Le Musée d’art chrétien vient désormais s’y joindre. Il est significatif que ce musée ait été inauguré avec deux expositions temporaires (jusqu’en juillet 2011) :

• Reliques du Passé. Trésors de l’Église orthodoxe grecque et l’échange de populations (collection du Musée Benaki d’Athènes)

• Les expéditions de Sinaï de Fred Boissonnas, 1929-1933 (collection privée)

La première exposition présente, au premier étage du bâtiment, des icônes, manuscrits, ornements et objets liturgiques datant du 16e au 19e siècle et provenant de Cappadoce, du Pont et de Thrace orientale. Ceux-ci témoignent du savoir faire en matière d’orfèvrerie, de broderie d’or, de peinture et de sculpture sur bois des ateliers de Constantinople, d’Andrinople, de Trébizonde ou, en matière de céramique, des célèbres ateliers d’Iznik. A. Ballian, commissaire de l’exposition, décrit admirablement leur périple dans le magnifique catalogue de l’exposition (bilingue anglais-français)1. On apprend ainsi que ces objets furent précieusement emportés par les réfugiés de ces terres lors du tragique « échange obligatoire de populations » qui suivit la Convention de Lausanne de 1923, puis recueillis et conservés par le Musée Benaki d’Athènes dès les années 1930. Ainsi, comme le remarque I. Petropoulou, historienne du Centre des études d’Asie Mineure, cette exposition « fait appel à notre imagination : les trésors qui nous sont présentés constituent un lieu de mémoire. Le parcours individuel géographique et historique de chacun des objets consacrés souligne en particulier la foi indéfectible des populations échangées qui les ont sauvés. Elle fait revivre le zèle des donateurs, l’ardeur spirituelle des notables, la piété des communautés et la solidarité des orthodoxes et hétérodoxes […]. Elle montre aussi la créativité des orfèvres qui ont mis leur habileté artistique au service de la Grande Église pour la gloire de Dieu »2.

Certes, des reliques du passé, un témoignage du présent, mais aussi une projection dans l’avenir, car l’étude des œuvres exposées en lien avec les populations orthodoxes d’Asie mineure a permis de faire, ces cinquante dernières années, d’intéressantes découvertes contribuant à une nouvelle historiographie qui sait valoriser la contribution de ces populations à l’art ottoman. En rendant accessible une telle exposition dans les murs de son nouveau musée, le Patriarcat œcuménique ne fait pas que témoigner en Occident des tragiques événements de son passé et de sa situation présente au Proche-Orient, mais se tourne aussi avec confiance et espérance vers l’avenir. Ainsi, comme le souligne le patriarche Bartholomée, dans le liminaire du catalogue, « quel que soit l’endroit, proche ou lointain, où les œuvres ont abouti, étant connues et étudiées, non seulement elles font l’objet d’une estimation artistique et historique, mais elles constituent une source d’inspiration pour une création nouvelle »3.

La seconde exposition, située au rez-de-chaussée, reconstitue une partie de l’expédition photographique de Fred Boissonnas au Sinaï (1933). Au cours de celle-ci, l’illustre photographe genevois avait voulu suivre les traces des Hébreux, selon le récit du livre de l’Exode. Il immortalisa les sites bibliques qu’il rencontra à son passage, dans le but d’en faire un livre, Le Passage de la Mer Rouge, mais celui-ci ne fut jamais achevé. C’est ainsi qu’il parvint sur le lieu théophanique du Sinaï, sur l’emplacement présumé du Buisson Ardent, où se dresse aujourd’hui le célèbre monastère orthodoxe  de Sainte-Catherine, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Construit au 6e siècle par l’empereur Justinien, ce monastère abrite les reliques de la martyre Catherine d’Alexandrie qui, selon la tradition, y auraient été miraculeusement déposées par des anges. L’exposition présente donc les photos du Sinai prises par Boissonnas en mai-juin 1933, mais aussi d’autres, plus anciennes, datant d’avril 1929.

On retrouvera certaines de ces photos dans le très beau catalogue bilingue (anglais-français) publié à cette occasion. Outre l’article de K. Brunner sur le projet de Boissonas4, on y remarquera également l’article d’A. Warner sur les techniques de l’illustre photographe, à une époque où la technologie photographique était en plein développement5. On s’arrêtera enfin sur cette remarque du professeur O. Baddeley (Université des Arts, Londres), directrice de l’exposition : « tout au long de l’œuvre de Fred Boissonnas, une fascination est exercée sur la manière dont le passé se manifeste dans la vie contemporaine, avec le contraste entre l’éphémère et l’éternel »6.

Construisant de manière subtile un pont entre les lieux marquants du christianisme d’Orient avec le monde occidental, et faisant se croiser les chemins des réfugiés d’Asie Mineure avec celui du pèlerin-photographe genevois, le Musée d’art chrétien du Patriarcat œcuménique témoigne de manière modeste, mais très concrète, d’un héritage et d’un défi pour le monde contemporain. Car si, dans la tradition orthodoxe, les reliques sont intimement liées au pèlerinage, celui-ci vient constamment rappeler à l’homme qu’il n’est qu’un pèlerin sur cette terre en marche vers l’éternité du Royaume de Dieu.

Patriarcat œcuménique – Musée d’art chrétien
37, Chemin de Chambésy – Chambésy/Genève
Ouvert du mercredi au dimanche inclus de 10h00 à 16h00.

1. A. Ballian, « Reliques du passé : Trésors de l’Église orthodoxe grecque et l’Échange des populations », A. Ballian (Ed.) Reliques du Passé. Trésors de l’Église orthodoxe grecque et l’Échange des populations. Les collections du Musée Benaki. Milan : 5 Continents Editions/Benaki Museum, 2011, p. 37-57.
2. I. Petropolou, « La voix des reliques. Leur long voyage à travers le temps », Ibid., p. 33.
3. Ibid., p. 7.
4. K. Brunner, « La photographie, le paysage et le sacré », in O. Baddeley, (éd.), Les Expéditions de Sinaï de Fred Boissonnas. 1929-1933, Chambésy-Genève : Patriarcat œcuménique. Musée d’art chrétien, 2011, p. 12-16.
5. E. Warner, « Les techniques photographiques de Fred Boissonas », Ibid.
6. O. Baddeley, « Les Expéditions au Sinaï : la photographie du voyage comme pèlerinage », Ibid., p. 6.


• Illustrations : Patène de Sinope (1743), poinçons avec le tugra du sultan Mahmud I. Argent. Inscription: « Cette patène appartient à l’église de notre Très Sainte Vierge de l’Annonciation à Sinope 1743, avec le concours financier de Georgios fils de Dimitris, au mois de novembre 1743 », Musée Benaki n° 34330. — Epigonation (1696). Constantinople/Istanbul, 1696, fait par Despineta. Soie, fils et filés d’argent et d’argent doré. Inscription: « Quand les Mages arrivèrent dans la maison ils trouvèrent l’Enfant avec Marie; ils se prosternèrent devant lui et lui offrirent en présent de l’or, de la myrrhe et de l’encens. 1696, de la main de Despineta ». Musée Benaki, n°9357. — Le patriarche œcuménique Bartholomée visite les expositions lors de l’inauguration du Musée d’art chrétien, le 3 février 2011 (Patriarcat œcuménique : Diocèse de Suisse). — Fred Boissonnas, Sinaï, vue plongeante sur le site (28.05.1933) B. cat: 7522. —  Fred Boissonnas, Sainte Catherine, la tête de Sainte Catherine tenue par le trésorier (27.04.1929) B. cat: 6805.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *