L’escalier d’Erasme

Certains lieux possèdent une âme puissante: à certains moments, on y perçoit les pensées de leurs habitants antiques. Tel est le cas d’un escalier de la ville de Louvain, unique vestige du Collège des Trois-Langues fondé en 1518 sous l’autorité d’Erasme de Rotterdam (vers 1469-1536), grâce au legs de Jérôme de Busleyden (vers 1417-1517).

Logé dans une tour carrée, ce solide escalier a résisté à bien des assauts. Flanqué d’un bâtiment industriel construit au 19e siècle sur les restes de l’illustre collège, il poursuit aujourd’hui une paisible existence. On y accède par une vaste cour qui donne sur l’ancien Marché aux Poissons. Son usage a bien changé: loin de conduire à une salle de classe, il dessert désormais la remise d’un bar. Mais on l’emprunte facilement, à condition de ne pas être surpris par le personnel de service. Continuer la lecture de L’escalier d’Erasme

Un volcan contre le schisme. Santorin, 1650

Clouée au sol depuis le 16 avril, guettant «les vents alizés qui inclinent leurs antennes aux bords mystérieux du monde occidental», je pense à ces volcans qui ont marqué notre histoire.

Dans la campagne ensoleillée, les branches fleuries des cerisiers et des pruniers sont parfaitement immobiles.

Aucun vent, aucune brise.
Comme au printemps 1650, dans l’archipel des Cyclades.

En ce temps-là, en effet, il y eut une grande sécheresse qui «incommoda grandement» les habitants de Santorin, l’île des «feux souterrains». Dans sa Relation des missions de l’île Saint-Erini (Paris 1657) le jésuite François Richard († 1679) en témoigne:

Et comme si ces feux souterrains eussent consommé toutes les vapeurs mères et nourrices des vents, aucune ne soufflait capable de faire marcher les moulins. Tellement que les Grecs dans cette affliction publique firent beaucoup de processions.

Mais, semble-t-il, les prières des Grecs n’eurent aucun effet sur ce phénomène. Bien au contraire, quelques mois plus tard la situation s’aggrava considérablement et l’on assista à de puissants tremblements de terre:

Comme ils continuaient dans leurs erreurs, nonobstant tous les bons avis qu’ils reçurent, et toutes les imprécations du Père Prédicateur qu’ils ouïrent avec frayeur, il est à croire que pour châtiment de leur obstination, ou pour les exciter à la pénitence, Dieu voulut le 14 de Septembre, jour auquel ils célébraient l’Exaltation de la Sainte Croix, leur représenter non un signe de salut, mais une marque de son courroux par des tremblements de terre si violents, qu’ils ébranlaient tout l’Archipel. Continuer la lecture de Un volcan contre le schisme. Santorin, 1650

Huit odes sur l’Unique Sabbat

Dans la liesse qui suit l’annonce du Χριστός Ανέστη — le Christ est réssuscité ! — dans la nuit de Pâques, peu de gens prêtent attention à l’hymne admirable qui est alors chantée, avec quelques altérations il est vrai.

Cette hymne a été composée au 8e siècle par Jean Damascène.

Afin que ceux qui le souhaitent puissent la découvrir ou la redécouvrir ce soir, j’en donne ici la traduction française. Cette traduction est également présentée en regard du texte grec original dans le document suivant: Canon de la Résurrection.

On ne s‘étonnera pas de l’absence de la seconde ode, qui ramène les odes du Canon de la Résurrection au nombre de huit. Possèdant un caractère pénitentiel, celle-ci est uniquement présente dans les canons du Grand Carême, et en particulier dans le Grand Canon d’André de Crète (8e s.). Les hymnographes l’omettent délibérément dans les autres cas. Continuer la lecture de Huit odes sur l’Unique Sabbat

Quarantaine : mais quelle est sa durée ?

Echelle sainte, 16e siècle.

Nous avons tous, un jour ou l’autre, répondu sans peine à la question de savoir quelle était la couleur du cheval blanc d’Henri IV. Mais serions-nous capables de dire combien de jours dure la Sainte Quarantaine (Αγία Τεσσαρακοστή)? En effet, si le jeûne du Christ dans le désert, modèle du jeûne prépascal, fut bien de quarante jours, la durée effective du Grand Carême, qui a varié selon les régions dans l’Église ancienne, est bien moins connue. Au 8e siècle, en Palestine, elle a même donné lieu à une violente polémique.
À travers un texte de Jean Damascène, le De sacris jejuniis (à télécharger en traduction française), je vous propose de nous reporter au cœur de cette controverse. Quant à la question de la date des calendes grecques, je la laisserai pour l’instant en suspens… Continuer la lecture de Quarantaine : mais quelle est sa durée ?