Révolution numérique : vers un nouveau “Linéaire B”?

Le 29 mars dernier, l’Académie des Sciences a annoncé la parution d’un rapport sur la préservation à long terme de l’information numérique :

E. Spitz (dir.), F. Laloë, J.-Ch. Hourcade, Longévité de l’information numérique. Les données que nous voulons garder vont-elles s’effacer?, Paris 2010.

Après la promulgation d’une Charte de l’Unesco sur le même sujet le 31 mai 2002, la question s’est en effet posée avec acuité au niveau international. Mais, à ce jour, très peu de solutions concrètes ont été apportées. Il semble d’ailleurs que certaines données stockées il y a quelques décennies sont déjà irrémédiablement perdues. À titre d’exemple, citons le cas évoqué dans le préambule de cette même Charte:

Une part de plus en plus importante de l’information produite aujourd’hui dans presque tous les domaines de l’activité humaine est numérique et conçue pour être accessible sur ordinateur. Mais cet énorme trésor d’informations numérisées sera perdu si l’on ne met pas au point des techniques et des politiques spécifiques pour les conserver. De telles pertes ont déjà eu lieu et cela empirera si rien n’est fait.

Le 27 juillet 2001, l’agence Reuters a rapporté le cas du neurobiologiste de l’Université de Californie du Sud, Joseph Miller, qui avait demandé à la NASA de pouvoir consulter certaines données anciennes que les sondes Viking avaient envoyées de Mars au milieu des années 1970. L’Agence spatiale américaine sortit des bandes magnétiques pour ordinateur vieilles de 25 ans qui étaient dans un format illisible. “La NASA avait oublié depuis longtemps ce logiciel” ou, selon les mots de M. Miller, “les programmeurs qui le connaissaient étaient morts”. Joseph Miller cherchait dans ces données des preuves de vie microbienne sur Mars, traces qui avaient été classées à l’origine comme signes “d’activité chimique sans intérêt”. Il dut finalement se contenter des documents imprimés que l’équipe de la NASA de l’époque avait sauvé et qui ne contenaient qu’un tiers des données numériques d’origine.

Comme le souligne le rapport de l’Académie des Sciences, à la base de ce problème se trouve la confusion entre les notions de «stockage» et d’«archivage à long terme», lesquelles sont liées à deux stratégies de conservation forts différentes.

La première est une stratégie passive, définie par le mot d’ordre «archive et oublie!». Appliquée jusqu’à nos jours à des supports conventionnels, elle a pu en garantir la préservation sur le long terme, mais non sur le très long terme. Nul n’ignore en effet qu’un très grand nombre de fonds d’archives et de bibliothèques a été détruit tout au long de l’histoire.

La seconde stratégie est qualifiée d’active. Elle se fonde sur l’idée de «migrations perpétuelles» et présuppose clairement des ressources financières importantes et garanties dans la durée. Elle génère également une contradiction que les auteurs du rapport n’ont peut-être pas saisie dans toute son ampleur. Pour conserver son patrimoine d’informations, une civilisation doit subsister avec ses caractéristiques propres. Pour nécessaire qu’elle soit désormais, cette stratégie ne laisse de place ni au hiatus historique ni à une nouvelle révolution technologique de grande ampleur, comme le serait par exemple une révolution liée à l’énergie.

On ajoutera que l’obsolescence ou la fragilité des supports n’est pas le seul élément qui pose problème. Le langage informatique évoluera certainement. Mais alors, une future section de l’Ecole pratique des Hautes Etudes donnera-t-elle des cours de html à côté de ses enseignements de hittite et de sumérien?

Le groupe de l’Académie des Sciences souligne la complexité du problème, sans toutefois l’affronter:

« Dans les faits, la conservation numérique de l’information se heurte à de nombreuses difficultés de nature très diverse, plus ou moins faciles à résoudre. Ce rapport se concentre sur la principale d’entre elles, la longévité des supports d’information eux-mêmes; comme nous le verrons, c’est véritablement elle qui est la clé pour la résolution des autres. La multiplicité des problèmes à résoudre entraîne parfois, dans les discussions sur ce sujet, une certaine confusion; toutes les questions sont abordées à la fois. Dans ce rapport, nous tenterons d’éviter cet écueil et de bien sérier les questions; c’est pourquoi nous commençons par en fixer précisément le cadre, quitte parfois à mentionner tel ou tel sujet pour nous contenter de dire qu’il ne sera pas traité.

Cette attitude semble certes fort raisonnable. Mais si la communauté des historiens et des sociologues s’en remet pleinement aux scientifiques sur la cruciale question des supports — dont elle dépend désormais à plus d’un titre—, les scientifiques ne gagneront-ils pas, à leur tour, à confier la discussion des sujets qu’ils laissent délibérément de côté à leurs collègues historiens, sociologues, archivistes, conservateurs ou bibliothécaires, bref à tous ces chartophylakes de notre 21e siècle occidental?

Bien qu’il insiste sur la nécessité de créer des robots «permettant le suivi nécessaire à grande échelle», le rapport de l’Académie fait allusion à de telles collaborations :

«Recommandation n°3: Eviter la perte des compétences dans le privé et le public. Recenser les compétences publiques et privées dans le domaine et prendre les mesures urgentes nécessaires à la préservation des compétences clés, avant qu’elles n’aient complètement disparu de l’Europe».

Dans pareille perspective — et si le rapport se réfère bien aux compétences traditionnelles dans le domaine de la conservation— l’Académie des Sciences gagnerait peut-être à associer à ses travaux les autres académies, en particulier, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, fort attachée à cette notion.

Scientifiques, érudits et conservateurs pourraient ainsi travailler en commun pour que notre belle civilisation, si admirable pour son patrimoine inégalé de connaissances, ne finisse pas comme cette Atlantide qui gît sous nos pieds, cette Knossos dont la langue était grecque, mais dont l’écriture reste à jamais indéchiffrable.

Illustrations: Disque de Phaistos à l’écriture pour l’instant indéchiffrable (contrairement à celle qualifiée de « linéaire B”, dont on a pu parvenir à une lecture partielle).— Sceau en plomb de Nicéphore Chartophylax (Constantinople, 1081).


5 réflexions au sujet de « Révolution numérique : vers un nouveau “Linéaire B”? »

  1. Heureusement que les génies de la Nasa ont constaté le problème!!!!

  2. Spécialiste de l’histoire du livre et des lumières, l’historien américain Robert Darnton pense que, au-delà de la bataille texte-imprimé – livre électronique, il faut s’inquiéter de la meilleure manière de préserver le patrimoine écrit : « Nous risquons de perdre la mémoire collective ». Voir Le Monde du Samedi 20 mars 2010.

  3. Il reste fort heureusement une tradition orale qui permet la transmission de la tradition. L’excès d’informations quelque fois inutiles nuit au savoir et à la connaissance; Il serait temps de privilégier la lecture d’Horace à celle , bruyante du Tasse. Les deux oeuvres sont nécessaires cependant à notre appréhension des phénomènes humains.
    L’oral renvoie à une mémoire vive, celle de l’homme, non pas celle d’un appareil banal qui ne tient pas ses promesses (celles-là n’engageant non pas celui qui les prononce mais celui qui les croit).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.