Numérisation de livres anciens et répertoires. Quelques réflexions.

L’abbé J.-P. Migne (1800-1875)
L’abbé J.-P. Migne (1800-1875)

En regroupant les références des ouvrages numérisés de Nicodème l’Hagiorite, je me suis livrée à quelques rêveries concernant le besoin de “structurer”, de “rationaliser” ou plus simplement de répertorier de façon critique la masse de textes qui nous arrivent maintenant sous cette forme nouvelle.

Au milieu du 19e siècle, J.-P. Migne avait eu l’excellente idée de rassembler en un corpus, avec une présentation unifiée et une numérotation spécifique, l’ensemble de la littérature patristique. Même si tous les textes qu’elle reprend ne sont pas de qualité égale, la Patrologia graeca — et son sigle PG que nous utilisons quotidiennement —a rendu d’immenses services à la recherche en simplifiant à l’extrême le système des citations. Pensons seulement aux millions de notes de bas de page qui ont été réduites au strict minimum grâce à ce système! Par ailleurs, des répertoires tels que la Bibliographie hellénique d’Emile Legrand, la Bibliotheca hagiographica graeca (BHG) de François Halkin, ou la Clavis patrum graecorum (CPG) de Maurice Geerard ont offert souplesse et précision dans l’identification des œuvres citées.

Je pourrais multiplier les exemples, mais nous les connaissons tous, ces Instrumenta studiorum nous sont toujours indispensables.

Cependant, qu’en est-il aujourd’hui? Nous découvrons par des voies diverses — bouche à oreille, hasard de nos divagations informatiques, etc. — que tel ou tel livre ancien existe déjà sous forme numérisée sur internet. On y perd son latin, une œuvre jadis rarissime, scrupuleusement conservée dans une réserve de bibliothèque, objet d’indicible joie lorsque nous la tenions enfin entre nos mains, est désormais consultable sur l’ordinateur portable — voire sur le téléphone — de tout un chacun. Le gain de temps et le confort qui s’ensuivent, dès que nous l’avons téléchargée, sont inestimables. Cependant, quels efforts pour y arriver! Car il nous faut naviguer dans des eaux profondes, draguer désespérément les sombres abysses, faire remonter algues épaisses et débris d’épaves, avant de la repérer et surtout de l’identifier. En effet, pour ce qui est de nos textes grecs, livrés la plupart du temps au format image ou pdf, les moteurs de recherche ne sont pas toujours efficaces et l’indexation d’ouvrages anonymes, aux titres enflés, parfois sans date ni lieu d’édition, s’avère complexe pour quiconque ne les a pas déjà lus ou ne connaît pas leurs auteurs…


Alors, ne faudrait-il pas penser à une mise en place de répertoires critiques regroupant tout simplement par auteurs — par exemple — ces œuvres à présent disponibles au format numérique? Un tel travail, effectué par référence aux Instrumenta existants, ferait gagner aux chercheurs un temps considérable en faisant le tri des déchets numériques et en rassemblant les informations et les compétences des uns et des autres. Il permettrait aussi à la communauté des spécialistes de se rejoindre dans un nouveau système de références unifié.


2 réflexions au sujet de « Numérisation de livres anciens et répertoires. Quelques réflexions. »

  1. Pour ce qui est de la PG, elle est intégralement téléchargeable via e-mule
    http://cigales-eloquentes.over-blog.com/article-35821964.html
    (pas très pratique à l’usage, mais faute de mieux…)
    D’autre part, j’ai mis en ligne la traduction des opera omnia de St Jean Chrysostome par Bareille
    http://www.archive.org/details/ChrysostomeOeuvresCompltesT0
    L’intérêt de cette édition, c’est que son tome 11 est une table analytique des 10 autres volumes.
    Bien sûr, il faut télécharger les pdf…
    Quant à la revue de l’Orient Chrétien, je lui ai composé une table
    http://www.archive.org/search.php?query=Albocicade%20AND%20revue%20orient%20chr%C3%A9tien
    Ah, un dernier parmi mes préférés : l’anthologie d’hymnographie chrétienne grecque, par Christ – Paranikas :
    http://www.archive.org/details/AnthologiaGraecaCarminumChristianorum
    Tout ça en pdf indexés, pour rendre l’usage moins barbare…

  2. Argh : non cicada, sed asinus sum : je n’avais pas vu le lien vers la PG en ligne, dans l’article : c’est beaucoup mieux que ce que je propose. Sorry.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.