Bibliophiles et hymnographes. Nouveaux matériaux pour l’étude des “acolouthies”.

st charalampos1774

«Veillez et priez !» Selon Mt 26, 42, le Chrétien doit s’adonner à la prière continuelle.

Dans le culte orthodoxe, celle-ci est pratiquée à travers une succession de célébrations et de prières qualifiées d’«acolouthies» (ακολουθίαι), terme technique également appliqué aux suites mathématiques.

Il existe plusieurs types d’acolouthies. Les acolouthies régulières sont régies par le Typikon vers lequel convergent les livres liturgiques de l’Horologe (prières quotidiennes), de la Paraclétique (prières hebdomadaires), du Triode (célébrations du cycle prépascal), du Pentecostaire (célébrations de Pâques à la Pentecôte) et des Ménées (fêtes fixes).

Quant aux acolouthies exceptionnelles (sacrements, bénédictions, inaugurations d’églises, prières pour les malades, etc.), elles suivent les dispositions de l’Euchologe.

Le Typikon actuellement en vigueur dans l’Église orthodoxe d’expression grecque a été fixé en 1888.

Concernant les Ménées, qui regroupent les acolouthies des fêtes fixes de l’année (grandes fêtes fixes du Seigneur, fêtes de la Vierge, fêtes des saints), l’édition de référence reste celle de 1843, révisée en 1896. Or cette édition exclut un grand nombre d’acolouthies de saints locaux et, bien entendu, les acolouthies de composition plus récente. Celles-ci sont tolérées comme des particularités régionales ou des œuvres d’édification. Toutefois, n’étant pas insérées dans les Ménées, elles ne sont pas considérées comme officielles pour l’ensemble de l’Église orthodoxe.

On remarquera que cette situation, critiquée dès 1894 par A. Papadopoulos-Kerameus (cf. Vizantiskij Vremennik 1, p. 341-388), reste quasiment inchangée. Une édition corrigée de l’ensemble des acolouthies absentes des Ménées a été réalisée dans les années 1900-1928 par Georges Règas (1884-1961). Longtemps inédite, elle vient de faire l’objet d’une publication en cinq volumes (éd. Ergo, Athènes 2003-2007). Elle favorisera peut-être le renouvellement de ce livre liturgique.

Pour son édition, Règas avait rassemblé des petites brochures, des plaquettes ou des manuscrits contenant les acolouthies non officielles de nombreux saints et martyrs anciens ou modernes. Il avait mis en ordre les compositions hymnographiques qui constituaient leur noyau central et les avait corrigées et harmonisées en vue du culte.

Règas ne connaissait pas Louis Petit (1868-1927), archevêque latin d’Athènes, qui constitua à la même époque une vaste collection de ces mêmes brochures, abusivement appelées «acolouthies». Les visées des deux hommes étaient en effet bien différentes. Contrairement à Règas, essentiellement préoccupé par le rétablissement des canons des saints, Petit avait un projet hagiographique. Il avait remarqué que les brochures contenant les acolouthies des saints étaient précédées de Vies plus ou moins étoffées, de textes exprimant de façon vivante le culte populaire ou révélant l’existence de personnalités inconnues par ailleurs.

Petit écarta les hymnes, qu’il jugea de bas niveau, et se concentra sur le classement des Vies suivant l’ordre alphabétique des personnages considérés, dans l’espoir de poser les bases d’une Bibliotheca hagiographica neo-graeca. Et si son projet hagiographique n’aboutit pas, sa très complète Bibliographie des acolouthies grecques (Bruxelles 1926 – à télécharger ici) révéla au public savant et aux collectionneurs l’intérêt de ces brochures autrefois dédaignées.

Outre celle de Petit, aujourd’hui conservée à la Bibliothèque vaticane, d’autres collections d’«acolouthies», dans le sens de «brochures contenant des acolouthies», furent constituées.

La collection de l’Institut français d’études byzantines présente 311 titres. Peu connue et souvent confondue avec celle de Petit, elle inclut quelques pièces rares. Venance Grumel les avait signalées en 1927 comme ayant échappé à la perspicacité de l’archevêque latin d’Athènes (cf. Echos d’Orient 26, p. 339-344). Remarquons que cette collection est aujourd’hui complétée par l’acquisition de nombreuses brochures récentes (fin 20e-début 21e s.), effectuée grâce au soutien financier de la Bibliothèque nationale de France (pôle associé « Monde orthodoxe »).

L’université de Crète possède pour sa part quelques 200 titres. Cet ensemble, entièrement numérisé, est consultable sur Internet.

Enfin, la collection de Ntorè Papastratou est sans doute l’une des plus riches après celle de Petit. Elle compte 665 titres, commence en 1661 (saint Gobdelaa) et finit en 1981 (saint Arsène de Paros). Le livre présenté ici en fournit l’inventaire raisonné.

*

• D. STRATEGOPOULOS, Έντυπες ακολουθίες αγίων. Συλλογή Ντόρης Παπαστράτου. Επιστημονική εποπτεία, εισαγωγή, Κρίτων Χρυσοχοίδης, Athènes 2007, relié, xlviii+396 p., 27 pl.

Dans une riche introduction, Kritôn Chryssochoïdès décrit les circonstances d’acquisition de cette collection. Ntorè Papastratou est en effet connue pour son exceptionnelle collection de gravures religieuses orthodoxes —χάρτινες εικόνες—, un ensemble qui a fait l’objet d’une importante publication en 1986, et qui a été donné au Musée byzantin de Thessalonique en 1994.

L’acquisition des 665 brochures d’acolouthies —propriété de l’érudit A. D. Chatzèdèmos— avait été faite en bloc en 1980 pour donner à ces gravures leur pendant textuel. Papastratou avait en effet remarqué la complémentarité de ces deux types d’imprimés et avait souhaité entreprendre une approche globale de cet ensemble. Décédée en 1987, elle ne put toutefois mener son projet à terme.

L’inventaire raisonné des 665 brochures acquises par Papastratou est fait par Dèmosthènès Stratègopoulos. Bien que ce travail ne prétende pas à l’exhaustivité, il complète substantiellement la Bibliographie des acolouthies grecques de Petit, en l’actualisant et en rendant leur place aux compositions hymnographiques et aux illustrations qui avaient été délibérément laissées de côté.

En suivant la méthode érudite de Petit, sans négliger l’approche de Règas, Stratègopoulos constitue ainsi un riche répertoire hagiographique et dresse l’inventaire de plusieurs centaines de compositions hymnographiques. Il met également en évidence les noms de 186 compositeurs, parmi lesquels figurent ceux de nombreux hymnographes post-byzantins et modernes sortis de l’oubli.

Le répertoire, qui suit l’ordre alphabétique des noms des saints, s’étend sur 365 pages. Il est agrémenté de plusieurs illustrations. On remarquera en particulier celle de la p. 131 (Gênes 1802), qui prend pour modèle des images présentes dans la littérature catholique sur l’Immaculée Conception. Plusieurs index sont donnés à la fin de l’ouvrage: initia des canons; noms des saints; noms des hymnographes.

Par les riches matériaux qu’il apporte, le volume marque une étape fondamentale dans notre connaissance de l’activité hagiographique et hymnographique post-byzantine. Il sera utile aux bibliophiles ainsi qu’aux chercheurs travaillant sur ces aspects méconnus du culte orthodoxe moderne et contemporain.

*

Illustration: Saint Charalampos, gravure incluse dans son acolouthie (éd. Venise 1774).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vassa Kontouma (8 avril 2010). Bibliophiles et hymnographes. Nouveaux matériaux pour l’étude des “acolouthies”. Graecia orthodoxa. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p472


Une réflexion sur « Bibliophiles et hymnographes. Nouveaux matériaux pour l’étude des “acolouthies”. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search