Une énigme médiévale résolue : le roman de Barlaam et Joasaph a trouvé son auteur

PhotoBarlaam

Quel médiéviste n’a un jour ou l’autre rencontré l’Histoire de Barlaam et Joasaph ? Quel orientaliste n’a exploré les innombrables versions de cette légende chrétienne inspirée de la vie du Bouddha? Quel byzantiniste n’a réfléchi à la question si controversée de son auteur, une énigme digne des meilleurs romans policiers? Robert Volk nous en donne la solution, avec un monumental ouvrage de plus de 1100 pages, qui livre les résultats de vingt ans d’un travail acharné.


Cette publication s’inscrit dans le cadre de l’édition critique des œuvres complètes de Jean Damascène. Boniface Kotter († 1997), l’éditeur des cinq premiers volumes de cette série, avait entrepris une première approche du texte. La mort interrompit son travail au milieu d’un mot : ανοίξας τους θη/. Volk prit le relais l’année suivante. Il travailla dès lors dans la perspective qui avait été celle de Franz Dölger (1891-1968), tentant de démontrer que l’Histoire de Barlaam et Joasaph était bien une œuvre authentique du Damascène. En appréhendant l’ensemble de ce dossier colossal avec une grande honnêteté intellectuelle, il parvint cependant en 2004 à un résultat différent: l’œuvre considérée n’était pas issue de la plume d
e ce Père de l’Église, mais d’Euthyme l’Ibère (vers 955-1028), un grand écrivain et traducteur de langue géorgienne qui passa une partie de sa vie au Mont Athos. Souvent reprise mais non prouvée, l’hypothèse énoncée en 1931 par Paul Peeters (1870-1950) trouve ainsi sa confirmation.

Comme le souligne Volk, ses conclusions n’ont pas procédé d’une réévaluation de la thèse de Dölger à partir de la vaste bibliographie secondaire. Elle découlent de données nouvelles fournies par la recherche la plus récente. En voici la liste non exhaustive :

• La consultation du plus ancien manuscrit daté de l’Histoire de Barlaam et Joasaph, le Kiev. Bibl. Acad. Scient. Ucrain. V 3692 (a. 1021), copié sur l’Athos du vivant d’Euthyme, a montré que ce dernier avait remanié son texte et en avait donné une seconde version améliorée.
• La consultation du Balavariani géorgien et du Kitâb Bilawhar wa Bûdasf arabe (9e s.) ont permis de conclure sur l’ordre dans lequel les traductions successives ont été effectuées : arabe, géorgien, grec.
• La comparaison avec le corpus métaphrastique a établi que Syméon Métaphraste (fl. 982) avait largement puisé dans l’Histoire de Barlaam et Joasaph dans une version différente de celle du manuscrit de Kiev. Notons qu’à la suite des travaux de Volk, il sera nécessaire de reconsidérer les relations entre Syméon et Euthyme. Ces deux hommes se sont probablement connus: leurs œuvres hagiographiques témoignent en effet d’influences mutuelles.
• L’utilisation intensive et systématique du Thesaurus linguae graecae électronique a permis d’identifier des parallèles avec deux textes qui n’avaient pas été considérés : les Εκλογαί de Théodore Daphnopatès († 963) et la Vie de Théodore d’Édesse (BHG 1744). Le premier texte est une source avérée de l’Histoire de Barlaam et Joasaph. Le second est du même auteur qu’elle.

Tous ces éléments ont conduit Volk à situer avec certitude la date de rédaction de l’œuvre dans une période allant de 963 à 1021 et à identifier son auteur avec Euthyme l’Ibère.

*

Dans cet ouvrage d’une grande richesse, la question de l’auteur n’est pas la seule à être traitée de façon approfondie. Le premier volume contient également une analyse des sources de l’Histoire du Barlaam et Joasaph, parmi lesquelles figure en première place l’Apologie d’Aristide, un texte composé au 2e siècle et perdu dans son original. On y trouve aussi une présentation complète de tous les manuscrits grecs concernés, 219 au total. Remarquons que certains de ces manuscrits sont enluminés. Volk les décrit avec précision et distingue trois cycles iconographiques: le premier, du 15e siècle, comprend 123 enluminures, le second, du 11e siècle, 72, et le troisième, du 14e siècle, 197. Il s’agit-là d’un travail présentant un intérêt considérable pour les spécialistes de l’art byzantin.

Notons que cette publication coïncide avec la découverte, en 2006-2007, d’importantes fresques illustrant l’Histoire de Barlaam et Joasaph. Ces fresques ont été retrouvées en Autriche, à Krems sur le Danube, au cours de la rénovation du château de Gozzo (Gozzoburg). Elles datent de la seconde moitié du 13e siècle. À leur sujet, on consultera l’étude de Gertrud Blaschitz, «Barlaam und Joasaphat als Vorlage für Wandmalereien in der Gozzoburg von Krems», téléchargeable ici : Blaschitz, Fresques de la Gozzoburg. Cette présentation fournit, entre autres, un dossier photographique complet.

Le second volume contient l’édition critique du texte de l’Histoire de Barlaam et Joasaph. L’apparat est très riche et présenté sur deux niveaux, parfois trois. Volk s’efforce de rendre compte, autant que possible, des variantes présentes dans les cinq familles qu’il a distinguées au sein de la tradition manuscrite. Il s’attache également à être aussi complet que possible dans son apparat des sources et parallèles. Le volume inclut en outre dix appendices donnant l’édition critique de textes apparentés à l’œuvre : επιτομές (app. I-IV) et extraits isolés (app. V-X). Il s’achève par cinq index, établis selon les critères de la série : citations scripturaires, citations non scripturaires, témoins ou utilisateurs de l’Histoire, index analytique, index des noms propres.

Devant un travail d’une telle ampleur, mené avec courage, détermination, clairvoyance et honnêteté, il serait indécent d’émettre la moindre critique. Nous ne le ferons donc pas. Nous remarquerons simplement que le livre de Robert Volk présente pour les spécialistes — byzantinistes, médiévistes, historiens de l’art, orientalistes — bien plus d’intérêt que l’Histoire de Barlaam et Joasaph elle-même, car il établit un vaste dialogue interdisciplinaire. Statuant sur l’essentiel, mais ouvrant de nombreuses pistes nouvelles, il marque un sommet dans l’histoire des études liées au fameux roman. Gravir ce sommet sera un défi pour la recherche ultérieure. Mais fort heureusement Volk n’a pas encore réponse à tout.

*

Une traduction française de l’Histoire est téléchargeable ici : Histoire de Barlaam et Joasaph. On trouvera également sur internet de nombreux documents relatifs à ce roman. Signalons une version anglaise et un manuscrit arabe enluminé (Liban, 13e-14e siècle), entièrement numérisé.

*

Volk1Robert VOLK, (éd.), Die Schriften des Johannes von Damaskos, 6/1. Historia animae utilis Barlaam et Ioasaph (spuria), Einführung von Robert Volk (Patristische Texte und Studien 61). — Walter de Gruyter, Berlin/New York 2009. 23,5 x 16. 596 p., 1 pl.

Robert VOLK, (éd.), Die Schriften des Johannes von Damaskos, 6/2. Historia animae utilis Barlaam et Ioasaph (spuria), Text und zehn Appendices besorgt von Robert Volk (Patristische Texte und Studien 60). — Walter de Gruyter, Berlin/New York 2006. 23,5 x 16. 512 p.

Illustration : L’ermite Barlaam et le jeune prince Joasaph. Détail de la fresque de la Gozzoburg, Krems, Autriche.


5 réflexions au sujet de « Une énigme médiévale résolue : le roman de Barlaam et Joasaph a trouvé son auteur »

  1. J’ai recherché les représentations provenant du Roman de Barlaam et Joasaph (les exemples grecs, russes, italiens, francais, serbes…). Je suis très intéressée par ces nouveaux exemples autrichiens. Je veux bien contacter Gertrud Blaschitz ou d’autres personnes qui travaillent sur ces peintures murales.

  2. Je vous envoie les coordonnées par mail. J’ai vu sur internet que vous avez été consultante pour un concert récemment donné sur le thème du Roman de Barlaam et Joasaph. Je me permets de donner ici le lien :
    http://www.earlymusic.bc.ca/CMD2-Barlaam.html
    Si vous avez envie de compléter ces informations, ce sera très intéressant!

  3. Dear Milja VUKOVIC,

    I am about to finish a thesis on the iconography of the romance.
    It’s with a great interest that I found out that you are interested on this texte, the music that inspired and it’s iconography!

    Best regards,
    Marina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.