Un poète byzantin enfin traduit en français : Jean Géomètre

zemeniMilitaire de carrière et érudit, aristocrate élégant et dévot, Jean Géomètre (vers 935/40-1000) a vécu sur le mode de l’oxymore, et son œuvre poétique, encore peu connue et souvent mal jugée, est profondément empreinte de ces contrastes. Profanes et religieux à la fois, ses poèmes puisent simultanément à trois sources, l’Iliade d’Homère, les Carmina theologica de Grégoire de Nazianze et l’Anthologie palatine, qu’ils exploitent avec virtuosité en jouant habilement sur la vaste gamme des nuances offertes par la rhétorique byzantine. Ce style « difficile à apprécier pour notre esprit profondément occidental » (p. xiii) est pourtant rendu accessible par le beau travail d’Emilie van Opstall.

Une vaste introduction (119 p.) est suivie de l’édition critique de soixante-deux poèmes, avec traduction française en regard. L’édition se fonde sur deux principaux manuscrits, copiés à une date relativement éloignée de la composition des poèmes : le Paris. Suppl. gr. 352 (13e s.) et le Vatican. gr. 743 (14e s.). La traduction française, simple et épurée, est très soignée. Chaque poème est annoté et suivi d’un commentaire à caractère général. Emilie Van Opstall explore dans ses commentaires de nombreuses pistes d’interprétation historique ou littéraire. Elle établit également d’intéressants parallèles avec des thèmes iconographiques. Joignant la finesse de l’analyse à une solide érudition, elle guide le lecteur sans jamais le contraindre. Elle réussit ainsi à rendre agréable, voire délicieuse, une lecture qui aurait été rébarbative sans cela.

Son travail exprime par ailleurs cette ambition nouvelle, fort appréciable, qui marque les études byzantines ces dernières années : comprendre une œuvre dans sa singularité, par un effort de réappropriation des règles mentales ou esthétiques à l’origine de sa production. Emilie Van Opstall a tenu ce pari. Au terme de la lecture de son important ouvrage, il ne reste qu’une chose à regretter : ne pas pouvoir nous transporter dans la Constantinople du 10e siècle pour goûter pleinement à la déclamation des poèmes par Jean Géomètre lui-même.

*

Sur l’Ascension du Sauveur [n° 18, p. 142-143]
Du haut des cieux il a jailli et aux cieux il est retourné,
étant Dieu et homme à la fois : Dieu unique à deux endroits.

Εις την ανάληψιν του σωτήρος
Ουρανόθεν κατέπαλτο, ες ουρανόν δ΄έδραμεν αύθις,
ών θεός, ών βροτός αμφότερ΄είς Θεός αμφοτέροθε.

*

Sur le Christ dormant dans le bateau [n° 73, p. 260-261]
Tu es Dieu, tu es homme — tu dors, mais tu as aussi apaisé la mer houleuse :
«Tu dors, réveille-toi». Il s’est réveillé et il a apaisé les flots de la mer.

Εις τον Χριστόν υπνώττοντα επί του σκάφους
Εί Θεός, εί βροτός· υπνοίς, αλλά και εύνασας οίδμα·
υπνοίς, έγρεο· έγρετο και σάλον εύνασε πόντου.

*


van opstall, jean géomètre

Emilie Marlène VAN OPSTALL (éd.), Jean Géomètre, Poèmes en hexamètres et en distiques élégiaques. Edition, traduction, commentaire par Emilie Marlène van Opstall (The Medieval Mediterranean 75). — Brill, Leyde – Boston 2008. 24,5 x 16,5 cm. relié. xv + 606 p., 13 pl. — ISBN 978 90 04 16444

Illustration : l’Ascension du Sauveur. Monastère de Zemen, Bulgarie.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.