Grand chartophylax, un métier d’avenir

Sainte Catherine d’AlexandrieLa roue tourne, paraît-il. Le génie de telle civilisation, terni depuis des siècles, retrouve périodiquement son éclat. Faut-il attribuer ces passages de l’ombre à la lumière à un perpétuel mouvement de retour, ou considérer tout simplement que la gamme des possibles auxquels nos sociétés sont soumises est, somme toute, assez peu étendue?

Quoi qu’il en soit, depuis que nous sommes entrés dans le 21e siècle, il semble que Byzance, si longtemps méprisée, ait retrouvé un sens presque évident à la lumière de la civilisation actuelle.

Tout a commencé par nos questionnements sur l’image. L’image s’impose à notre monde de façon obsédante, et nous, démunis devant sa puissance, nous nous tournons timidement vers l’art et la théologie byzantines, qui en avaient scruté la profondeur.

Puis nous nous interrogeons sur notre société multiéthnique et multilingue, notre forteresse dorée au sein d’un monde ouvert et dangereux, entourée de peuples qui s’étonnent de nos criantes contradictions et envient notre indécente opulence. Et nous comprenons alors que telle avait été la res publica graecoromana, cet Etat composite et polymorphe, ce vaste Empire aux lois modernes, aux citoyens aisés et hautains.

Byzance a su relever, à sa façon, certains défis qui sont les nôtres. Et elle a duré mille ans. A-t-elle quelques leçons à nous donner?

Car nous voici maintenant confrontés à une autre question, un problème auquel nous sommes bien peu préparés. Comment appréhender, en effet, le tout nouveau phénomène de la reproduction individuelle de masse? Il ne s’agit plus de reproduction standardisée à grande échelle, comme au temps de l’imprimerie, où les textes fluctuants des manuscrits étaient fixés à jamais sur un support inerte, où les livres, produits par une unique matrice, étaient toujours identiques entre eux. Il ne s’agit pas non plus de copies privées faites à la main, de copies individuelles que le particulier se donnait la peine de réaliser ou de faire réaliser à grands frais, sur un choix subjectif, pour le prestige de sa bibliothèque et l’agrément de ses loisirs.

Il s’agit des deux à la fois.

Avec la magie d’internet et quelques notions d’informatique, tout particulier se fait copiste, tout texte numérique, même le plus privé, peut être reproduit à l’infini et recevoir en quelques jours, au gré de ses innombrables reprises, bien plus d’altérations que n’en aurait subi en mille ans le plus copié des manuscrits.

Cependant, pour être pérenne, une œuvre numérique doit être enregistrée sur six serveurs différents. C’est ce que l’on entend aujourd’hui. Or nous savons que les plus officiels de nos sites ne font pas de copies entre leurs serveurs, mais se contentent d’établir des liens. Dans l’univers numérique, nous sommes donc au stade de l’oralité, au temps où les Grecs chantaient l’Odyssée et ne l’avaient pas encore fixée à l’écrit.

Quels textes subsisteront avec la fermeture ou la transformation — assurée sur le long terme — de certains de nos serveurs? Qui garantira qu’une œuvre conservée sera conforme à l’original? Aurons-nous bientôt des éditions critiques d’œuvres numériques? Comment retrouverons-nous leur prôtotypon (πρωτότυπον) non altéré?

Les Byzantins avaient essayé de résoudre ce problème et, fidèles à leur amour de la titulature, avaient confié cette charge à un haut fonctionnaire, le Grand chartophylax (μέγας χαρτοφύλαξ), généralement considéré comme l’archiviste de l’administration patriarcale.

Cette charge, parmi les plus hautes de l’Empire, ne répondait pas à un vain besoin de sacrifier au cérémonial, comme l‘aurait affirmé tel byzantiniste du 19e siècle. Son sens, nous le saisissons pleinement aujourd’hui: dans la profusion des copies privées des manuscrits, le Grand chartophylax assurait le maintien des textes originaux de l’Eglise. Si un Concile avait lieu, c’est lui qui versait aux débats la documentation nécessaire, c’est lui qui en assurait la validité. Il conservait l’original d’un texte — décision conciliaire, œuvre théologique, vie de saint, etc. — et en garantissait en quelque sorte la traçabilité. Son érudition et la richesse du fonds qui lui était confié lui permettaient également de consolider, par son expertise, l’authenticité des œuvres qu’il livrait.

Aujourd’hui, nous n’avons plus de manuscrits, mais nous avons des millions de copistes. Le livre conventionnel s’est engagé dans une voie secondaire, mais la reproduction en masse a pris des dimensions jusque-là inconnues. Qui garantira le maintien et l‘authenticité des œuvres originales? Faudrait-il introduire, dans nos bibliothèques et dans notre univers numérique, des chartophylakes d’un genre nouveau?


sainte catherine

• Sur la charge de Grand chartophylax, voir l’étude classique de J.DARROUZES, Recherches sur les οφφίκια de l’Eglise byzantine, Archives de l’Orient chrétien 11, Paris 1970, p. 334-353.

• Les plus paresseux ou les plus pressés pourront de leur côté consulter l‘article de J.M.WEHMEYER, The Chartophylax: Archivist and Librarian to the Patriarch of Constantinople, Libraries & Culture 32/1, 1997, p. 107-112. Il est téléchargeable ici: Wehmeyer, Chartophylax.pdf — Il existe aussi une étude plus ancienne, celle de E. BEURLIER.


Illustrations: Sainte Catherine d’Alexandrie. Icône du Mont Sinai, 15e-16e siècle. — Le Caravage, 1598.


3 réflexions au sujet de « Grand chartophylax, un métier d’avenir »

  1. Et si le rôle de “Grand Chartophylax du numérique” devait être tenu par Google, le géant de la numérisation ?
    Certes, nous en sommes encore au tout début de cette “ère des copistes digitaux”, mais les modes de numérisation mis en place par Google sont à même de préserver la qualité de l’original, par la numérisation en mode image.
    Bien sûr, avec un peu de technique et quelques logiciels, on peut arriver à modifier des copies de ces documents.
    C’est ainsi que j’ai ajouté une page numérisée sur mon exemplaire papier à l’exemplaire du “De la date de nos évangiles” de Tischendorf, récupéré incomplet sur books.google.com (le résultat est là : http://www.scribd.com/doc/10449471/De-La-Date-de-Nos-Evangiles ) : la numérotation suivie des pages attestent toutefois de la validité de l’opération ; idem pour le “Dictionnaire grec-français des termes liturgiques en usage dans l’Eglise orthodoxe grecque” de Clugnet, mais là, à partir de deux exemplaires récupérés sur books.google.com (copie complète ici : http://www.scribd.com/doc/2949177/Dictionnaire-Liturgique-orthodoxe )
    Toutefois, la numérisation originale (fut-elle défectueuse) existe toujours sur les serveurs de Google. D’autre part, Google met généralement en ligne plusieurs exemplaires du même titre.
    Et un “géant” comme Google est peut-être (?) à même de pérenniser les moyens nécessaire à la conservation du patrimoine numérisé…
    Enfin, nous n’en sommes encore qu’au “bal du ciment”… enfin aux “balbutiements”. (excusez l’erreur du “copiste”)

  2. J’ai eu d’autres remarques au sujet de la reproduction à l’identique (ou non). A ce propos, j’avoue avoir encore les idées confuses.

    Il est évident que nos capacités de reproduction sont actuellement très évoluées. Cependant, je constate aussi la chose suivante: prenez un texte (dans mon cas j’ai choisi un poème anglais anonyme) et passez-le entièrement dans la moulinette de Google. Le résultat est étonnant. Pour mon poème anglais, j’ai eu plus de 3000 réponses (je n’ai pas tout vérifié ceci dit). Il y avait même des sites chinois qui le reproduisaient. Et souvent, le texte était rendu avec des tas de variantes différentes. Comment reconnaître l’original si on ne le connaît pas déjà?

    Un autre exemple: il existe de très nombreux cas où l’on présente des textes recopiés sur internet (sur wikipedia par exemple) comme des travaux originaux. Je pense notamment à quantité d’exposés d’élèves ou d’étudiants, mais aussi à des présentations de tout type sur internet. Mais plusieurs articles de wikipedia recopient, eux aussi, des travaux antérieurs sans toujours les nommer. Encore une fois, où est l’original?

    Quant à Google Grand Chartophylax, je n’y avais pas pensé… C’est assez osé, je dois dire, mais plutôt vraisemblable. D’ailleurs, je vous invite à lire le rapport de l’Académie des Sciences (lien dans mon billet du 31 mars), il y est aussi question de robots. A méditer donc!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.