Seize ouvrages de Nicodème l’Hagiorite sur internet

Νιkodhmos_o_Αgioreiths1

L’Université de Crète ayant récemment numérisé et mis sur internet, en accès libre, plus de 9000 ouvrages grecs, j’ai cherché quelles œuvres de Nicodème l’Hagiorite (1749-1809) étaient présentes sur son site.

J’en donne ici la liste ainsi que les liens, suivant le classement établi par Elia Citterio, «Nicodemo Agiorita», dans La Théologie byzantine et sa tradition Turnhout 2002, II, p. 914-940.

Ερμηνεία εις τας επτά καθολικάς επιστολάς (TB n° 2), Venise 1806.

Cette Explication des sept épîtres catholiques est une adaptation néohellénique des commentaires de Théophylacte de Bulgarie (PG 125, 1132-1288; 126, 9-103), du Ps.-Œcuménius (PG 119) et de Métrophane de Smyrne (inédits en grande partie) sur ces mêmes épîtres.

Θεφυλάκτου Βουλγαρίας Ερμηνεία εις τας ιδ΄επιστολάς του αποστόλου Παύλου (TB n° 3), Venise 1819.

Comme la précédente, cette Explication des quatorze épîtres de l’apôtre Paul est une adaptation néohellénique des commentaires de Théophylacte de Bulgarie sur ces mêmes épîtres.

Φιλοκαλία (TB n° 5), Athènes 1893.

La Philocalie est une anthologie de textes de spiritualité. Elle réunit des extraits d’œuvres de 36 auteurs des 4e-15e siècles sur le thème de la “prière du cœur” ou de la “prière de Jésus”. C’est la seconde édition qui est donnée ici. La première édition de la Philocalie (Venise 1782, très rare) n’a pas fait l’objet d’une numérisation. Elle est consultable à l’IFEB, Paris. Sur son contenu exact et ses traductions en slavon, russe, roumain, anglais, français (J. Touraille, Bégrolles-en-Mauges 1979-1991, réimpr. 1995), italien et grec moderne, voir Elia Citterio, Vassa Conticello, «La Philocalie et ses versions», dans La Théologie byzantine et sa tradition, Turnhout 2002, II, p. 999-1021.

Συμεών του Νέου Θεολόγου τα ευρισκόμενα (TB n°7), Venise 1790; Syros 1886.

Adaptation néohellénique de la l’œuvre de Syméon le Nouveau Théologien (949-1024).

Γυμνάσματα Πνευματικά (TB n° 13), Venise 1800.

Ces Exercices spirituels sont une adaptation néohellénique de l’œuvre du jésuite G. P. Pinamonti, Esercitii spirituali di S. Ignazio, Bologne 1698. Parmi les 41 méditations de Pinamonti, Nicodème en reprend 34, qu’il fait suivre de 30 autres méditations très courtes, de sa composition. Ces dernières sont destinées à chaque jour du mois.

Συμβουλευτικόν εγχειρίδιον (TB n° 14), Vienne 1801.

Dans ce Manuel de conseils, Nicodème aborde l’anthropologie de l’homme spirituel/macrocosme, dans un univers matériel/microcosme, et passe en revue tous les sens corporels qui doivent être purifiés par l’ascèse.

Χρηστοήθεια των Χριστιανών (TB n° 15), Venise 1803; Hermoupolis (Syros) 1838.

En réponse à la Χρηστοήθεια d’Antonios Byzantios (fl. 1720), Nicodème compose un “savoir-vivre” du Chrétien laïc, qui contient plusieurs discours ou sermons sur des questions diverses relevant de la vie quotidienne.

Ομολογία Πίστεως ήτοι απολογία δικαιοτάτη (TB n° 16), Venise 1819.

Il s’agit d’une courte brochure publiée dix ans après la mort de Nicodème. Elle reprend la Profession de foi que l’Hagiorite soumit aux supérieurs de l’Athos en 1807, à la suite d’une campagne de calomnies dont il avait été l’objet, en particulier dans le contexte de la controverse des collybes et de la communion fréquente.

Εξομολογητάριον (TB n° 17), Venise 1794; 1804; 1818; Athènes 1895.
Version en turc karamanli, Constantinople 1799.

Ce Manuel du confesseur est divisé en trois parties. La première est une synthèse des principes de la confession; la seconde reprend les Canons attribués à Jean le Jeûneur (582-595); la troisième s’adresse au pénitent.

Νέον μαρτυρολόγιον (TB n° 18), Athènes 1856; 1961.

Œuvre anonyme attribuée à Nicodème par Euthyme, son biographe, et par Athanase Parios, ce Nouveau Martyrologe a pour but de faire connaître le martyre des chrétiens morts en confesseurs durant la période ottomane et de promouvoir leur culte. La première édition de cet ouvrage (Venise 1799) n’a pas été numérisée. Elle est consultable à l’IFEB.

Πηδάλιον της νοητής νηός (TB n° 19), Athènes 1841.

Le Gouvernail du navire intelligible constitue la première tentative de regroupement des sources dans le domaine du droit canon de l’Eglise orthodoxe. L’editio princeps de cet imposant ouvrage (Leipzig 1800) n’a pas été numérisée. Elle est consultable à l’IFEB.

Νέον εκλόγιον (TB n° 20), Venise 1803.

Publication anonyme, mais clairement attribuée à Nicodème, cette Sélection hagiographique contient trente-six Vies de saints suivies de douze récits tirés du Pré spirituel de Jean Moschos (m. 619).

Συναξαριστής (TB n° 21), Venise 1819; Athènes 1868.

Le Synaxaire édité par Nicodème est la plus importante compilation d’hagiographie grecque. Il est attribué à un certain Maurice, diacre de Sainte-Sophie (12e s.?). Une adaptation française a été donnée par Macaire de Simonopetra, Le Synaxaire. Vies des saints de l’Eglise orthodoxe, Thessalonique 1987-1996 (6 vol.).

Θεοτοκάριον (TB n° 22), Constantinople 1849.

Recueil d’hymnes en honneur de la Vierge Marie. La première édition du Théotokarion (Venise 1796) n’a pas été numérisée. Elle est consultable à l’IFEB.

Κήπος χαρίτων (TB n° 24), Venise 1819.

Le Jardin des grâces contient un commentaire aux neuf cantiques bibliques de l’office byzantin, mais aussi des chapitres sur des questions relatives à la prière du cœur, les λογισμοί, etc.

Εορτοδρόμιον (TB n° 25), Venise 1836.

Ce Livre des grandes fêtes présente des commentaires aux Canons festifs de Cosmas le Mélode, Jean Damascène (8e s.) et Joseph l’Hymnographe (9e s.). Il s’agit d’une adaptation néohellénique de l’Expositio canonum de Théodore Prodrome (PG 133, 1229-1236).

* * *

Nicodème l’Hagiorite, gravure d’A. Giuliani. Venise 1818.
Nicodème l’Hagiorite, gravure d’A. Giuliani. Venise 1818.

Un certain nombre d’œuvres de Nicodème ne sont pas incluses dans l’ensemble proposé par l’Université de Crète. Elles gagneraient à être numérisées. En voici la liste :

Επιτομή εκ των προφητανακτοδαβιτικών ψαλμών (TB n° 1), Constantinople 1799. — Abrégé des psaumes du roi David.

Ευθυμίου Ζυγαδηνού Ερμηνεία εις τους ρν΄ ψαλμούς (TB n° 4), Constantinople 1819-1821. — Euthyme Zigabène, Commentaire aux 150 Psaumes.

Ευεργετινός (TB n° 6), Venise 1783. — Florilège de Paul de l’Evergétis.

Βίβλος Βαρσανουφίου και Ιωάννου (TB n° 8), Venise 1816. — Correspondance de Jean et Barsanuphe.

Μελετίου Ομολογητού Αλφαβηταλφάβητος ή Παράδεισος (TB n° 10), Mont Athos 1928. — Alphabet ou Paradis de Mélèce le Confesseur.

Περί συνεχούς μεταλήψεως (TB n° 11), Venise 1783. — De la communion fréquente.

Αόρατος πόλεμος (TB n° 12), Venise 1796. — Le combat invisible.

Νέα Κλίμαξ (TB n° 26), Constantinople 1844. — La nouvelle Echelle.

De surcroît, comme il a été signalé précédemment, quatre œuvres n’ont pas été numérisées dans leur editio princeps. Il s’agit de la Φιλοκαλία, du Νέον μαρτυρολόγιον, du Πηδάλιον της νοητής νηός et du Θεοτοκάριον.


Ces ouvrages étant conservés à la bibliothèque de l’Institut français d’études byzantines (Paris), il serait utile d’engager une réflexion au sujet de leur éventuelle numérisation.

*


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.