Un sceau du 9e siècle à l’IFEB

sceau IFEB n°12

Avec son lot de rangements, la rentrée réserve parfois de bonnes surprises. Cette semaine, un sceau conservé dans la collection de l’Institut français des études byzantines nous a discrètement rappelé son importance. Il s’agit de l’IFEB n° 12, un spécimen unique décrit en 1963 par Vitalien Laurent.

Cet exemplaire nous a d’abord frappé par sa beauté. La notice de Laurent nous a révélé par la suite sa valeur historique.

L’IFEB n° 12 est le sceau d’un archevêque de Calabre, Léonce, dont le nom est également présent dans la liste des signataires des actes du « IVe concile de Constantinople » (869-870). En son temps, ce concile fut considéré comme le VIIIe concile œcuménique, mais il fut récusé par les Orientaux dès 880. La traduction latine de ses actes nous a été conservée ; elle est éditée dans le tome 16 des Acta conciliorum de J. D. Mansi. À la colonne 195 de cette édition, on peut lire la mention suivante :

Leontius misericordia Dei episcopus Rhegii omni quae in sancta & universali synodo judicata sunt & definita libenter suscipiens subscripti manu propria.

Cette signature a permis à Laurent de fixer approximativement l’épiscopat de Léonce dans une période qui commence avant 870 et s’achève vers 877/78. Sa présence au concile de 869-870 en fait par ailleurs un partisan d’Ignace de Constantinople (847-858 et 867-877) et un adversaire de Photios (858-867 et 877-886). À ce titre, nous pouvons aussi rapprocher Léonce de Calabre d’une autre personnalité présente au concile de 869-70, Métrophane de Smyrne, dont l’importance a récemment été soulignée par Peter Van Deun.

*

Nous reproduisons ici la description de Vitalien LAURENT, Le corpus des sceaux de l’empire byzantin, V.1, Paris 1963, p. 713-714, n° 908 :

L’archevêque Léonce

Très bel exemplaire rogné au sommet avec entaille sur le bord ; échancrures aux orifices du canal. D.: 29-27mm (total) et 26 (champ).
Au droit
, Vierge (nettement et finement gravée) de face, en buste, tenant des deux mains le médaillon avec l’Enfant au nimbe crucigère ; encadrant le champ, cercle de grènetis ; dessin stylisé. À la circonférence, formule d’invocation précédée de la croisette : + Θ(εοτό)κε βο[ήθει τῷ σ]ῷ δούλ(ῳ).
Au revers, légende sur quatre lignes suivies d’un ornement formé d’une croix accostée de deux fleurons :

+Λεοντ-
ίῳ ἀρχιεπ-
ησκόπῳ Κα-
λαβρήα(ς)

+Λεοντίῳ ἀρχιεπ(ι)σκόπῳ Καλαβρ(ί)ας.

IXe s. (milieu). — Sur cet exemplaire le nom de l’archevêque est Léonce ; sur le sceau que nous présentons à la suite [n° 909 = Milan, Coll. Leuthold], le propriétaire signe Léon, sans que l’on soit autorisé à supposer sur cette dernière pièce un oubli du graveur négligeant l’oméga final. En rigueur de méthode, l’on doit admettre qu’à la même époque deux prélats se succèderont sur le siège de Reggio qui portaient presque le même nom : Léonce et Léon. Et il semble bien qu’il en ait été ainsi. En effet :

1)   au huitième concile œcuménique en 869/70, apparaît un Leontius episcopus Rhegii qui en signa les Actes. Or l’on sait que les décisions de cette assemblée générale furent contraires à Photius ;
2)   les exemples ne manquent pas où Photius, remis en charge (877-886), s’est complu à remplacer les partisans de son rival Ignace décédé par des successeurs homonymes ou à consonance très rapprochée, du type Léon-Léontios.

En conséquence je crois pouvoir conclure à l’existence d’un archevêque de Reggio appelé Léonce qui aura siégé avant et après 870, le terme final de son épiscopat devant se placer selon toute vraisemblance en 877/78, au moment du retour de Photius, dont il dut être l’une des victimes, à la direction de l’Église.

*

sceau de Léontios

• Sur Léon, le successeur de Léonce, ainsi que sur la situation ecclésiastique de la Calabre byzantine, on peut désormais consulter en ligne l’excellente étude de Jean-Marie Martin, Léon, archevêque de Calabre, l’Église de Reggio et la lettre de Photius (Grumel/Darrouzès n°562), ΕΥΨΥΧΙΑ, Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, Paris 1998, p. 481-491 : Léon de Calabre.

Photos (réalisées par J.-Cl. Cheynet) : Sceau IFEB n° 12. — N.B.: L’IFEB a une collection de plus de 1600 sceaux byzantins, inédits pour la plupart.


2 réflexions au sujet de « Un sceau du 9e siècle à l’IFEB »

  1. Merci de votre gentillesse! J’ai disparu quelques mois, tout d’abord parce que j’étais en vacances sans ordinateur (de vraies vacances), puis en raison d’un excès de travail…
    Ce lien que vous me signalez est très utile. Je viens de l’ajouter à mon billet sur le chartophylax.
    Salutations cordiales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *