Parution de la Revue des études byzantines 68, 2010

La Revue des études byzantines 2010 vient de paraître. Elle nous apporte une riche moisson de nouveautés. Les domaines couverts cette année sont nombreux.

Du point de vue de l’histoire, plusieurs contributions concernent la chronologie et la prosopographie. Quelques datations soumises à questionnement dans la recherche sont fixées avec précision: ainsi l’année 595, pour la lettre portée par des ambassadeurs d’Extrême-Orient à l’empereur Maurice. Des byzantins bien connus, tels que Théophane le Confesseur ou Michel Psellos voient leur chronologie affinée. D’autres, jusqu’à présent évanescents, comme Jean III Politès, prennent consistance. De nouveaux noms apparaissent dans les études byzantines: l’évêque Sergios d’Akmonia, le médecin Andreiômenos. Derrière une transcription inintelligible de l’historien Théophylacte Simocatta, des hommes venus de loin se profilent enfin: Τουρούμ est le qaghan Dulan, Τουλδίχ est son neveu Duli.

Dans le domaine de l’histoire ecclésiastique, la seconde période byzantine de la Syrie, ainsi que le patriarcat d’Athanase Ier de Constantinople, reçoivent des éclairages nouveaux; la composition de l’Histoire patriarcale éditée dans la Turcograecia (Bâle 1584) est restituée à Manuel Malaxos.

La philologie n’est pas en reste. L’épigraphie nous révèle une inscription funéraire du 10e-11e siècle. La paléographie nous fait découvrir deux intéressants groupes de copistes: au début du 14e siècle, un groupe de dix-sept (!) personnes ayant travaillé dans un même élan à la copie du Parisinus gr. 1930, apographe autorisé de la Philosophia autographe de Georges Pachymérès; dans les années 1448-1453, une équipe de treize personnes, sans doute étudiants en médecine auprès du professeur Jean Argyropoulos, ayant copié dans un esprit communautaire la riche collection des œuvres de Galien présente dans le Thessalonicensis Vlatadon 14. L’ecdotique aborde l’épineuse question de la transmission de l’œuvre homilétique de Jean Chrysostome, une œuvre par définition orale, transcrite et «éditée» au fil des siècles selon des procédés divers. Quant aux formes littéraires, dont l’infinie variété est très chère aux auteurs byzantins, elles sont aussi soumises à un examen détaillé, du moins pour deux d’entre elles: l’«anticipation» chez Georges Pachymérès et la «métaphrase» chez Jean III d’Antioche.

La théologie est présente par une contribution focalisée sur l’exégèse. Un exemple très représentatif du traitement exégétique appliqué à des livres vétéro-testamentaires par Théophylacte d’Achrida est donné au moyen de l’édition, traduction et commentaire du prologue à son Commentaire sur les petits prophètes. Proche du domaine théologique, l’hagiographie est représentée par la Vie de Jean Damascène, dont la composition est située vers l’an 1000, sur la base d’indices externes et internes.

La médecine antique et byzantine fait l’objet de l’article relatif au manuscrit de Thessalonique récemment sorti de l’oubli. L’histoire du diagramme d’enseignement médical contenu dans ce manuscrit offre une belle illustration des échanges qui se sont tissés dans ce domaine peu avant 1453, entre Byzance et l’Occident.

Les périodes privilégiées dans le volume 68 de la REB sont les 10e-14e siècles. Certains articles concernent cependant les 6e, 8e-9e, 15e et 16e siècles.

La bibliographie recense 76 titres. On trouvera la liste complète de ces ouvrages sur la page web de la revue: Sommaire.

Nous reprenons ci-après les résumés des articles, également téléchargeables sur la page de la REB, avec traduction anglaise.

• p. 5-60: Jean-Claude RIEDINGER, Quatre étapes de la vie de Michel Psellos. – Michel Psellos est sans doute l’esprit le plus pénétrant et le plus grand écrivain byzantin du 11e siècle. Sa carrière reste pourtant indécise, bien qu’il ait semé de nombreux traits autobiographiques dans ses écrits et spécialement dans sa correspondance. L’auteur a rassemblé ces données pour marquer et analyser diverses moments ou étapes de cette brillante carrière : 1. Psellos a exercé la fonction de juge seulement dans le thème des Bucellaires, et cela sous Constantin Doukas. 2. Ce qu’il appelle son «entrée au Palais» est reconstitué dans ses différentes étapes. 3. Le titre de «proèdre» ou «consul» des philosophes correspond bien à une chaire professorale. 4. Il n’a jamais été protoasécrétis, et ses incontestables ambitions politiques se situaient sur un autre plan.

• p. 61-93: Mathilde AUSSEDAT et Matthieu CASSIN, Le prologue du Commentaire sur les petits prophètes de Théophylacte d’Achrida. – Le présent article propose une nouvelle édition des pièces liminaires du Commentaire sur les petits prophètes de Théophylacte d’Achrida (lettre d’envoi à Marie d’Alanie et prologue), réalisée à partir des deux manuscrits dont dépend toute la tradition conservée et d’une copie de l’un deux, qui permet de pallier partiellement les pertes dues à l’humidité dans son modèle. L’édition est accompagnée d’une traduction française et d’un commentaire qui analyse les méthodes employées par Théophylacte pour récrire et réagencer ses sources patristiques. L’auteur s’inspire en particulier de Jean Chrysostome, Hésychius de Jérusalem et Théodoret de Cyr.

• p. 95-126: Antoine PIETROBELLI, Variation autour du Thessalonicensis Vlatadon 14: un manuscrit copié au xénon du Kral, peu avant la chute de Constantinople. – La redécouverte du Thessalonicensis Vlatadon 14 a eu un grand retentissement auprès des spécialistes de Galien, car ce manuscrit conserve des textes de Galien que l’on croyait définitivement perdus. Cette étude se propose de présenter le contenu détaillé du manuscrit galénique et de situer le livre dans son contexte culturel. Grâce à l’analyse d’un diagramme illustrant «la latitude de la santé», on peut mettre en relation le manuscrit de Thessalonique et l’enseignement que dispensait Jean Argyropoulos au xénon du Kral à Constantinople. L’identification paléographique de trois copistes, étudiants d’Argyropoulos, permet de dater le Thessalonicensis Vlatadon 14 entre 1448 et 1453, tout comme de fournir des informations prosopographiques sur la carrière du jeune Constantin Lascaris et sur un médecin peu connu dénommé Andreiôménos.

• p. 127-147: Vassa KONTOUMA, Jean III d’Antioche (996-1021) et la Vie de Jean Damascène (BHG 884). – La Vie de Jean Damascène (BHG 884) est-elle l’œuvre d’un patriarche d’Antioche comme l’affirment ses plus anciens manuscrits (10e-11e s.)? Et, dans l’affirmative, celui-ci est-il Jean III, nommé par Basile II en 996 et installé vers 999-1000? Cet ancien chartophylax a évolué dans un milieu de hauts fonctionnaires férus d’hagiographie de style métaphrastique. Or la Vie de Jean possède les principales caractéristiques de la métaphrase. Elle se fonde sur plusieurs Vies plus anciennes, dont la Vie des Mélodes Cosmas et Jean Damascène (BHG 394). Des extraits de ces Vies, rassemblés en un dossier de métaphrase, ont été retrouvés en 1085 par Michel, l’auteur de la Vie arabe de Jean Damascène, sans doute au monastère de Saint-Syméon du Mont Admirable. Tous les indices concourent ainsi à montrer que la Vie de Jean a été composée dans la région d’Antioche, par un lettré venu de Constantinople, très certainement Jean III. Elle prend son sens dans le contexte de réhellénisation de la Syrie.

• p. 149-163: Guillaume BADY, La tradition des œuvres de Jean Chrysostome, entre transmission et transformation. – Ce que l’on sait de Chrysostome dépend de ce que transmettent les manuscrits, les textes édités et les études modernes. Or, étant donné l’impossibilité d’aboutir à des éditions critiques définitives et de retrouver un original utopique, la déconstruction critique de l’édifice chrysostomien mène en fait à revenir à ce que les traditions les plus anciennes ont d’authentique et à reconnaître leur rôle propre. Texte, entourage du texte, séries de textes et textes dérivés: la tradition transforme l’œuvre chrysostomienne en même temps qu’elle la transmet et la trahit.

• p. 165-178: Albert FAILLER, L’anticipation comme procédé littéraire et comme indice rédactionnel dans l’Histoire de Georges Pachymérès. – L’anticipation chronologique est utilisée par Georges Pachymérès dans son Histoire comme un procédé littéraire, qui introduit mouvement et rupture dans la narration et rompt ainsi la monotonie et la linéarité du cadre temporel. L’anticipation chronologique fournit d’autre part un précieux indice rédactionnel, en reliant les événements entre eux, fût-ce de manière imprécise ou ambiguë, et en informant sur la date de composition d’un passage donné. Sur un nombre important d’exemples, six cas d’anticipation sont retenus, qui présentent des caractéristiques plus prononcées, parce qu’ils embrassent à la fois une durée plus longue et une section plus large de l’Histoire.

• p. 179-189: Jean-Claude RIEDINGER, Remarques sur le texte de la Chronographie de Michel Psellos (3). Addenda. – Le manuscrit unique de la Chronographie de Michel Psellos, né en 1018 et mort vers la fin du siècle, fournit un texte largement défectueux. L’auteur de l’article a déjà proposé de nombreuses améliorations textuelles dans deux articles précédemment parus dans la REB (tome 63, 2005, p. 97-126; tome 64-65, 2006-2007, p. 205-253). Il présente ici, en guise d’Addenda, une nouvelle série de vingt et une corrections (no 174-194).

• p. 191-200: Georges KIOURTZIAN, Sergios d’Akmonia, un nouvel évêque en Phrygie Capatienne. – Dans cet article est éditée pour la première fois une inscription provenant de l’ancienne ville d’Akmonia en Phrygie Capatienne, aujourd’hui Ahat Köy. Ce monument révèle le nom d’un nouvel évêque, Sergios, qu’il faut ajouter à la liste épiscopale très lacunaire de la cité. Plusieurs éléments internes, comme la mention de la Phrygie Capatienne, le terme stichèrôs et les particularités de la langue utilisée (iotacismes extrêmes et irrégularités syntaxiques) conduisent à dater l’épitaphe de l’évêque Sergios du début du 10e siècle.

• p. 201-208: Pantelis GOLITSIS, Un livre reçu par le patriarche Athanase Ier et retourné à l’expéditeur. – Le prooimion (inédit) de la Philosophia de Georges Pachymère permet d’identifier cet auteur avec le destinataire d’une lettre d’Athanase Ier, par laquelle le patriarche retourne un livre à l’expéditeur en raison de son contenu. On arrive ainsi à suivre l’opposition qui s’est développée entre les deux hommes et à mieux comprendre le contexte historique dans lequel la Philosophia de Pachymère est apparue.

• p. 209-217: Dean SAKEL, A non-existent Byzantine-style historian in a new encyclopaedia of Ottoman historians. – The article reviews well-documented evidence to show that the work on the basis of which the sixteenth-century writer Damascenus Studites has been catalogued as an historian was actually authored by his contemporary Manuel Malaxos.

• p. 219-224: Étienne DE LA VAISSIÈRE, Maurice et le qaghan : à propos de la digression de Théophylacte Simocatta sur les Turcs. – La digression de Théophylacte Simocatta sur les peuples turcs et la Chine est le texte le plus détaillé que l’on possède sur l’Extrême-Orient dans les sources byzantines. Une hypothèse avait été faite à propos du contexte politique des contacts turco-byzantins à l’origine de ces renseignements: le qaghan anonyme correspondant de Maurice et dont Théophylacte cite la lettre, aurait été Tardu, neveu du fondateur de l’empire, maître des régions occidentales de l’empire durant une longue période (576-600), puis grand qaghan de tout l’empire (600-603). La redatation de ce passage de l’œuvre de Théophylacte de 598 à 595 et une inscription sogdienne, dite de Mongolküre, montrent que le correspondant de Maurice n’est pas Tardu, mais le qaghan Niri, qui se proclame qaghan suprême cette même année 595 et règne sur le nord des Tianshan. Niri est l’un des acteurs des guerres dynastiques qui déchirent l’empire turc à la fin du 6e siècle, et Tardu n’est alors officiellement que son subordonné.

• p. 225-230: Panayotis YANNOPOULOS, Le lieu et la date de naissance de Théophane le Confesseur. – Les biographes de Théophane le Confesseur restent en général muets sur son lieu de naissance et divergent sur sa date de naissance. Toutefois, grâce à une adaptation du 10e siècle de la biographie de Théophane rédigée par Méthode le patriarche, on sait que Théophane est né dans le thème de la mer Égée, dont son père Isaakios était gouverneur. Puisque Chio était la capitale du thème, il est possible que Théophane y soit né. Quant à sa date de naissance, elle peut être établie grâce aux données chronologiques fournies par ses biographes: Théodore Stoudite, Méthode le patriarche et l’Adaptateur anonyme de Méthode. Ces données paraissent à première vue disparates, car ces trois sources sont chacune de nature différente et visent un public différent. Mais, après une lecture attentive, elles s’avèrent convergentes: Théophane est né en 759.


Une réflexion sur « Parution de la Revue des études byzantines 68, 2010 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.