L’escalier d’Erasme

Certains lieux possèdent une âme puissante: à certains moments, on y perçoit les pensées de leurs habitants antiques. Tel est le cas d’un escalier de la ville de Louvain, unique vestige du Collège des Trois-Langues fondé en 1518 sous l’autorité d’Erasme de Rotterdam (vers 1469-1536), grâce au legs de Jérôme de Busleyden (vers 1417-1517).

Logé dans une tour carrée, ce solide escalier a résisté à bien des assauts. Flanqué d’un bâtiment industriel construit au 19e siècle sur les restes de l’illustre collège, il poursuit aujourd’hui une paisible existence. On y accède par une vaste cour qui donne sur l’ancien Marché aux Poissons. Son usage a bien changé: loin de conduire à une salle de classe, il dessert désormais la remise d’un bar. Mais on l’emprunte facilement, à condition de ne pas être surpris par le personnel de service.

La construction de cet édifice est antérieure à 1518. Il faisait sans doute partie de la maison que les exécuteurs testamentaires de Busleyden achetèrent en 1519 pour y installer le nouveau collège. D’après une pièce d’archives, cette maison appartenait à la famille de Calstris et n’était pas sans élégance: Collegii locus et honestus est, nec inelegantis structurae, dit Erasme à son propos. L’enseignement des «Trois-Langues» —latin, grec, hébreu— y fut dispensé à partir du 18 octobre 1520, après quelques aménagements.

À cette date, le professeur de grec est Rutger Ressen, originaire de la petite ville de Maaseick. C’est lui qui inaugure la chaire de grec le 1er septembre 1518, c’est lui aussi qui gravit cet escalier de 1520 à 1545, parfois en compagnie d’Erasme.

Or le choix de Ressen est ressenti par le savant humaniste comme un pis-aller. Erasme comptait en effet confier l’enseignement nouveau à un «Grec de naissance», «afin que les auditeurs s’imprègnent directement de [son] authentique prononciation». Un argument étonnant sous la plume du promoteur de la prononciation reconstituée du grec ancien, la fameuse «prononciation érasmienne»…

Cependant, force est de constater que le 26 avril 1518, dix ans avant la composition de son dialogue De recta latini graecique sermonis pronuntiatione (Cologne 1529), Erasme écrit à l’érudit grec Jean Lascaris (vers 1445-1534) pour le presser d’envoyer à Louvain un de ses compagnons d’exil. Sa lettre nous a été conservée:

À JEAN LASCARIS, LE GREC

Salutations en nombre à l’homme très célèbre en tous domaines!

Jérôme de Busleyden, un homme instruit et influent, gloire incomparable de ce royaume, a, au moment de sa mort survenue au cours d’un voyage en Espagne, légué plusieurs milliers de ducats pour créer un nouveau Collège à Louvain, où l’Université brille parmi les premières à notre époque, pour qu’on y enseigne publiquement et gratuitement les trois langues: l’hébreu, le grec et le latin. Le traitement, assez élevé, d’environ soixante-dix ducats, pourrait pourtant être augmenté eu égard à la personnalité du titulaire. Le professeur d’hébreu est déjà sur place, celui de latin également. Plusieurs posent leur candidature pour la chaire de grec. Mais mon avis a toujours été de faire appel à un Grec de naissance, afin que les auditeurs s’imprègnent directement de l’authentique prononciation de la langue grecque. Les auteurs responsables de cette affaire abondent dans mon sens; aussi m’ont-ils chargé de faire appel en leur nom à celui que j’aurais jugé apte à cette charge. Je viens donc te demander, au nom de ton amabilité coutumière pour nous, ou au nom de ton penchant pour les bonnes lettres: si tu connais quelqu’un dont tu estimes qu’il ferait honneur aussi bien à moi qu’à toi, veille à ce qu’au plus vite il vienne ici à tire-d’aile. On lui donnera un viatique, on lui donnera un traitement, on lui donnera un logement. Il aura affaire à des hommes parfaitement intègres et courtois. Qu’il n’accorde pas moins sa confiance à ma lettre que si l’affaire avait été traitée par cent papiers officiels. Entre honnêtes gens, on agit honnêtement, même sans billets signés. À toi donc de choisir l’homme qui convient; moi, je veillerai à ce qu’il n’ait pas lieu de regretter d’être venu ici. Porte-toi bien, homme très savant et très célèbre.

Louvain, le lendemain de la Saint-Marc, an 1518.

(Lettre n° 836 de La correspondance d’Erasme, traduite et annotée […] par Aloïs Gerlo, III, Bruxelles 1975, p. 330-331).

Malheureusement, l’offre généreuse d’Erasme ne trouva pas de réponse. Jean Lascaris, qui avait quitté Rome pour la France, ne reçut pas sa lettre, et le choix d’un «Grec de naissance» fut abandonné à contrecœur à Louvain.

Imaginons. Comment aurait-on enseigné le grec aujourd’hui, si un réfugié byzantin avait bien gravi l’escalier de la tour carrée?

*

• Sur le Collège des Trois-Langues, on pourra lire la monographie de F. NEVE, Mémoire historique et littéraire sur le Collége des Trois-Langues, Bruxelles 1856, à télécharger ici: Collegium trilingue.

Photos: L’entrée de la tour d’escalier. — L’escalier, Louvain/Leuven (Belgique).


4 réflexions au sujet de « L’escalier d’Erasme »

  1. Le dernier vestige du Collège des Trois Langues réduit à mener dans l’arrière boutique d’une gargote… il y a quelque chose de pitoyable là dedans…
    Pour un peu, je préfèrerais l’anecdote répandue dans les milieux protestants évangéliques qui veut que « la maison de Voltaire ait plus tard servi de siège social à une Société biblique ». Malheureusement, cette anecdote (aux multiples variantes) semble bien être totalement apocryphe…
    http://www.scribd.com/doc/33127426/Voltaire-s-House-and-the-Bible-society
    Finalement, je préfère encore l’escalier d’Erasme…

  2. Terrific work! This is the type of information that should be shared around the web. Shame on the search engines for not positioning this post higher!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.