Un orthodoxe à l’aube du mouvement œcuménique : Germanos Strénopoulos, métropolite de Thyatire (1872-1951)

L’archevêque Germanos, Lausanne 1927.

Directeur des publications au Conseil œcuménique des Églises à Genève de 2002 à 2007), Yannick Provost a eu ces dernières années un accès privilégié aux archives de celui-ci. Il a ainsi été en mesure de repérer la correspondance inédite du métropolite de Thyathire Germanos Strénopoulos, qui présente un intérêt indéniable, puisqu’elle montre que Germanos fut le principal promoteur de la participation orthodoxe au mouvement œcuménique de la première moitié du 20e siècle.

L’identification et la présentation de ce corpus est d’autant plus méritoire que nos renseignements sur la vie et les activités de ce haut dignitaire du Patriarcat de Constantinople, qui siégea à Londres de 1922 à sa mort, sont extrêmement minces par ailleurs. En effet, nous n’avons sur lui que deux articles, publiés en 1981 et 1982 par André Tylliridès. Par ailleurs, aucun travail de ce type n’est effectué sur les archives de la Métropole grecque orthodoxe de Londres.

Dans un Diplôme de l’École pratique des hautes études soutenu en janvier 2009 (séminaire «Christianisme orthodoxe»), Yannick Provost a présenté la traduction française de l’intégralité des 98 pièces de la correspondance du métropolite Germanos. Cet ensemble, qui contient également des lettres de personnalités telles que W. A. Visser’t Hooft (1900-1985), est précédé d’une longue introduction dressant l’historique de la participation orthodoxe au mouvement œcuménique, de 1902 à 1957. Deux encycliques du Patriarcat de Constantinople (1902 et 1920) y sont étudiées en particulier.

Actuellement, ce travail est encore inédit. Son auteur a néanmoins eu l’amabilité de nous communiquer quelques pages de présentation, deux textes en traduction française (à télécharger), ainsi que quelques belles photos trouvées dans les archives du Conseil œcuménique des Églises. Nous l’en remercions.

*

Un orthodoxe à l’aube du mouvement œcuménique :

Germanos Strénopoulos, métropolite de Thyatire (1872-1951)

par Yannick PROVOST

Eléments biographiques

Germanos Strénopoulos, naquit en 1872 dans le village de Delliones, en Thrace orientale. En 1889, il entra à l’école de théologie de Halki, et obtint son diplôme avec mention en 1897, présentant un mémoire de fin d’études sur «l’Église œcuménique, un juge infaillible en matière de foi». Deux années après l’obtention de son diplôme, ayant déjà été ordonné diacre, il fut envoyé en Europe occidentale par le Patriarcat œcuménique afin d’y poursuivre ses études, en particulier aux universités de Leipzig, Strasbourg et Lausanne. Il reçut de l’université de Leipzig un doctorat en philosophie avec une thèse soutenue en 1903, consacrée aux «Théories philosophiques d’Hippolyte».

Rentré à Istanbul en 1904, il devint professeur à l’Institut théologique de Halki, et le demeura jusqu’en 1922. Fondé en 1844 par le Patriarche Germain IV, sur une île proche de Constantinople, cet institut était l’école la plus prestigieuse de théologie orthodoxe. Germanos y enseigna la dogmatique, la symbolique, le Nouveau Testament et la catéchèse, et rédigea quelques manuels destinés à y être utilisés. En 1907, après avoir été ordonné prêtre puis promu archimandrite, il fut nommé adjoint du doyen, puis doyen l’année suivante, en 1908. En 1912, il fut élu et consacré métropolite de Séleucie.

En 1922, sous le patriarcat de Mélétios IV, il fut élu métropolite de Thyatire et exarque du Patriarcat œcuménique en Europe occidentale et centrale —avec siège à Londres—, une fonction qu’il occupa jusqu’à sa mort. En cette qualité, il travailla trente ans avec ardeur dans le domaine des relations entre les Églises. Aussi est-il unanimement considéré comme l’un des pionniers du mouvement œcuménique naissant. Il aurait également été le rédacteur de l’encyclique patriarcale et synodale de 1920, une encyclique ayant marqué l’entrée de l’Église orthodoxe dans le mouvement œcuménique, comme nous le verrons ci-dessous.

Le métropolite Germanos décéda à Londres en janvier 1951. Quelques semaines auparavant, il participait encore à des réunions et effectuait des visites pastorales.

L’encyclique de 1920 et le contexte de sa rédaction

Dès le début du 20e siècle, il y eut des avancées considérables dans le domaine des relations entre les Églises. On remarquera que cette recherche d’une meilleure connaissance mutuelle et de relations plus fraternelles ne se produisit pas seulement sur l’initiative des Églises occidentales et américaines, mais aussi grâce à des initiatives venues des Églises orthodoxes.

En 1902, alors que Joachim III occupait le trône patriarcal, une encyclique patriarcale et synodale fut envoyée de Constantinople aux autres patriarches orthodoxes et aux chefs des Églises autocéphales. Dans celle-ci, la question des relations entre Églises orthodoxes, mais aussi celle des relations de l’orthodoxie avec les autres communautés chrétiennes étaient abordées. L’échange qui s’ensuivit, en 1904, montre clairement une nouvelle orientation du monde orthodoxe dans ses relations avec le reste du monde chrétien.

La délégation orthodoxe à une réunion de l’Alliance mondiale pour la promotion de l’amitié par les Eglises (1920). Germanos est le quatrième au premier rang.

La première guerre mondiale montra à quel point la barbarie pouvait se manifester chez des nations dites chrétiennes. Les appels divers et les efforts de paix en provenance des Églises furent nombreux. Dans cette période, l’implication du Patriarcat œcuménique dans le développement du mouvement du «christianisme pratique» et dans celui des relations entre Églises ne cessa pas, malgré les difficultés et les nombreux motifs de découragement. Ces efforts sont très visibles dans la proposition faite lors d’une réunion du Saint-Synode du Patriarcat de Constantinople par le locum tenens, Dorothéos de Brousse, le 10 janvier 1919 :

« Je pense que le temps est venu pour les Églises orthodoxes de prendre sérieusement en compte la question de l’union des différentes Églises chrétiennes, tout particulièrement avec les Anglicans, les Vieux Catholiques et l’Église arménienne. Tout comme l’annonce et le souhait de différentes nations à l’intérieur d’une société des Nations est venue de la grande république des États-Unis d’Amérique et du monde occidental, l’annonce et le souhait d’un rapprochement et d’un travail en commun avec les autres Églises chrétiennes en une société des Églises doit venir de la grande Église de Constantinople, en Orient. Notre Église doit donc prendre des initiatives dans ce sens, et après une étude sérieuse de cette question donner un véritable élan pour l’union de toutes les Églises dans l’amour du Christ ».

Après discussions et échanges d’idées, un comité fut formé pour travailler à la préparation d’un rapport sur cette question et faire des propositions. Ce comité était composé de métropolites, du premier secrétaire du Saint-Synode et de membres de la faculté de théologie de Halki. Le rapport de ce comité fut approuvé avec quelques changements mineurs, et soumis au Saint-Synode pour approbation finale et mise en œuvre le 19 novembre 1919. Finalement, c’est à partir du contenu de ce rapport que fut préparée la célèbre encyclique patriarcale de janvier 1920, qui fut envoyée à «Toutes les Églises du Christ à travers le monde». Dans ce texte, le Patriarcat œcuménique invite toutes les Églises chrétiennes à établir et développer des contacts en vue d’une meilleure connaissance mutuelle, et à travailler à la construction d’une «Société des Églises». Certains principes de coopération et des propositions de mise en œuvre y figurent clairement.

L’archevêque Germanos, l’archevêque d’York William Temple et le président de l’Eglise d’Ecosse à la Conférence mondiale de Foi et Constitution, Edimbourg, 1937.

L’encyclique de 1920 —dont le principal artisan fut la faculté de théologie de Halki— reflète les positions de ses membres et tout particulièrement celles de son président, le métropolite de Séleucie, Germanos. D’ailleurs, il est communément admis que sa rédaction fut confiée à ce dernier, malgré l’absence de preuve formelle. Quoi qu’il en soit, sa contribution fut très importante, et pas seulement dans la préparation du document, mais aussi et surtout dans le travail qu’il fit pour présenter ce texte aux non-orthodoxes par la suite.

À cette époque, le mouvement œcuménique en était à ses premiers balbutiements et, en dehors de quelques initiatives individuelles ou issues de groupes restreints, il commençait à vivre et à se développer sous trois formes : la Conférence mondiale de Foi et Constitution, l’Alliance mondiale pour la promotion de l’amitié entre les Églises, et la Conférence chrétienne universelle pour le christianisme pratique. À partir de 1920, Germanos Strenopoulos fut en relation, d’une manière ou d’une autre, avec chacun de ces mouvements.

Immédiatement après la fin de la première guerre mondiale, les organisateurs du mouvement Foi et Constitution —qui provenaient de l’Église épiscopalienne américaine— voulurent élargir les activités et la liste des participants à leur travail. En 1920, dans le but de préparer l’ordre du jour de la première Conférence, ils décidèrent de convoquer une conférence préliminaire. Dans ce cadre, ils envoyèrent une délégation auprès des Églises européennes et orientales, afin de les informer de leur action et de les inviter à participer à celle-ci.

La réunion préliminaire de Foi et Constitution se tint à Genève du 12 au 20 août 1920, avec quelques participants venus des Églises orthodoxes, vieille catholique, anglicanes et protestantes. L’Église catholique romaine, qui était également invitée, refusa de participer (il fallut attendre 1968 pour qu’elle participe officiellement au dialogue). Toutes les Églises orthodoxes, à l’exception des Patriarcats d’Antioche et de Russie, envoyèrent des délégués. Venant de Russie, l’archevêque Euloge de Volynie et le père Serge Orloff étaient présents, d’une manière non officielle. L’Église de Bulgarie était également représentée.

L’évêque Euloge de Korytza, M. Thimothy Lew, l’archevêque Germanos et le Père Luc à la Conférence mondiale de Foi et Constitution, Edimbourg, 1937.

Germanos s’exprima en faveur d’une coopération entre les Églises orthodoxes à l’intérieur du mouvement oecuménique, insistant sur le fait que celles-ci devaient se présenter comme une seule Église. Il soutint de surcroît l’idée selon laquelle le Patriarcat de Constantinople devait être reconnu dans cet ensemble comme le centre de l’unité du monde orthodoxe. Il proposa également la création d’un comité inter-orthodoxe ayant pour objet d’élaborer une position commune.

Le métropolite de Thyatire travailla sans relâche à cette unité, dans l’esprit de ce qui avait été proposé dans l’encyclique de 1920, malgré les pressions diverses et les tentations d’alliances politiques ou nationales. Il insista également sur la nécessité d’établir des liens directs avec les Églises hétérodoxes, tout particulièrement avec celles qu’il sentait les plus proches, à savoir les Anglicans, les Vieux-Catholiques et l’Église de Suède. Après ses contacts à Genève en août 1920, il écrivit :

« Notre impression est que les Vieux-Catholiques sont très proches de notre Église, avec très peu de différences entre eux et nous, les différences sont plus marquées avec les Anglicans, mais avec du temps et des efforts de part et d’autre, nous pouvons parvenir à l’unité. Il faudra de part et d’autre confirmer cette volonté d’unité qui n’est pas encore comprise par tous comme une nécessité ».

Lorsque la première Conférence de Foi et Constitution eut enfin lieu, à Lausanne en 1927, il tint un discours que l’on pourrait qualifier de programmatique. Cette première communication officielle prononcée par notre métropolite à l’occasion d’une rencontre entre Églises est importante pour plusieurs raisons. Tout d’abord, Germanos s’y exprime le plus souvent au nom de l’Église orthodoxe tout entière, et non pas au nom du seul Patriarcat de Constantinople. Il insiste pour voir dans l’unité qu’il s’agit de retrouver, non une fin en soi, mais l’expression d’une nécessaire fidélité à l’évangile. Enfin, il y aborde clairement la question difficile des divergences théologiques entre confessions chrétiennes, ce qui n’avait pas été le cas dans les réunions précédentes d’autres mouvements, dont les finalités étaient plus centrées sur l’action en commun que sur la recherche d’une pleine unité. Par là, Germanos exprime distinctement la voix de l’orthodoxie, une voix qu’il fit entendre jusqu’à sa mort, en 1951.

• On trouvera ici (à télécharger) les deux textes qui viennent d’être mentionnés : l’ENCYCLIQUE de 1920 et le DISCOURS de Germanos à la première Conférence de Foi et Constitution (Lausanne 1927).

L’archevêque Germanos et le Père Georges Florovsky à Genève en 1950.

*

Photos: archives du Conseil œcuménique des Églises, Genève, Suisse.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.