Madame Merkel et le sultan

Parfois, il vaut mieux attendre…

Dans son 4e fascicule de l’année 2006, tout fraîchement sorti des presses, la revue Ορθοδοξία – Ortodoksia fait état de la visite de la chancelière allemande au Phanar, une visite qui a eu lieu le 6 octobre 2006.

Hasard de la rédaction ou clin d’œil du rédacteur, une photo très suggestive, prise par N. Manginas, illustre la courte notice informative.

Sous une mosaïque représentant Mehmet II le Conquérant en compagnie de Georges Gennade Scholarios, le patriarche Bartholomée Ier échange des politesses avec Mme Angela Merkel.

Nous laisserons à d’autres, plus compétents que nous, le soin de faire l’exégèse – nécessairement typologique – de la scène, en souhaitant seulement que cette photo, rendue à son actualité par les aléas du «temps orthodoxe», contribuera à détendre la détestable ambiance qui règne en ce moment dans les relations germano-helléniques.

Quelques mots cependant sur la mosaïque que nous découvrons en arrière plan, une mosaïque de facture moderne, qui apparaît souvent sur Internet. Nous la voyons ici dans son contexte, au siège du patriarcat œcuménique au Phanar (Istanbul, Turquie).

Sur celle-ci, le sultan Mehmet II tend au patriarche Gennade II Scholarios un document portant l’inscription «έσω πατριάρχης έχων πάντα τα προνόμια τών προ εσού» (sois patriarche en ayant tous les privilèges des tes prédécesseurs).

Ce document, souvent qualifié de firman par les historiens, serait en fait un bérat, soit un acte par lequel la Porte attribuait les hautes charges de l’État. Le plus ancien bérat de nomination d’un patriarche qui nous soit conservé date du 29 avril / 8 mai 1483. Il est adressé à Syméon Ier (1482-1486). Quant aux derniers documents de ce type, ils remontent aux années 1910. En 1923, le gouvernement turc met explicitement et officiellement fin à cette pratique.

Nous ignorons si la nomination de Gennade Scholarios, représentée sur la mosaïque, a fait l’objet d’un bérat. La scène s’inspire du récit plus tardif du Chronicon du Pseudo-Sphrantzès, qui couvre les années 1258-1481, et qui est l’œuvre de Macaire Mélissènos, évêque de Monabassia dans la seconde moitié du 16e siècle. On trouvera ce récit dans l’édition de Vasile GRECU, Georgios Sphrantzes, Memorii (Scriptores Byzantini 5), Bucarest 1966, p. 446-456 (grec avec traduction roumaine). En voici un bref résumé:

Le troisième jour après la chute de Constantinople, le sultan annonça que les habitants de la Ville pouvaient rentrer en paix dans leurs maisons, chacun continuant à vivre dans la religion qui était la sienne. Il ordonna également au clergé qu’il élise un patriarche selon ses propres usages. C’est ainsi que Scholarios fut choisi.
Or, il existait une coutume chez les empereurs de Byzance, selon laquelle ils offraient au patriarche nouvellement élu une crosse en or et en pierres précieuses, ainsi qu’un cheval royalement harnaché. À cette occasion, une cérémonie particulière avait lieu.
Le sultan, qui se considérait comme un basileus, voulut également procéder de la sorte. Il invita donc Gennade au Palais et entreprit une discussion d’ordre théologique, au cours de laquelle le patriarche fit une confession de foi orthodoxe.
À l’issue de la discussion, Mehmet II offrit à Gennade la crosse et le cheval, et ordonna à toute sa cour de le suivre en cortège jusqu’à l’église des Saints-Apôtres qui lui avait été attribuée, Sainte-Sophie ayant été transformée en mosquée. Quelque temps plus tard, le patriarche demanda que le monastère de la Pammakaristos lui soit donné comme résidence, ce qui lui fut accordé.
L’intention du sultan était de faire revenir les habitants de Constantinople dans la ville qu’ils avaient abandonnée. Ce projet réussit.
Par ailleurs, il donna des ordres écrits aux patriarche, portant sa signature [έδωκε δε και προστάγματα εγγράφως τώ πατριάρχη μετά εξουσίας βασιλικής υπογεγραμμένα κατώθεν], et lui conférant des privilèges particuliers, applicables à lui et à tous ceux qui lui succéderaient: inviolabilité personnelle, exemption de taxes, liberté de déplacement, etc.

Un tel document n’est pas conservé. En 1520, le patriarche Théolepte Ier (1513-1522) déclarait qu’il avait été détruit dans un incendie. Certains historiens considèrent toutefois que ce bérat n’a jamais existé et que seul un accord oral avait eu lieu à ce moment, soit en 1453-54.

• Il existe une abondante littérature sur cette question. On consultera sur Internet l’ouvrage désormais classique de Steven RUNCIMAN, The Great Church in Captivity, Cambridge 1968, mais également des travaux plus récents, comme ceux de Paraskeuas KONORTAS, Οθωμανικές θεωρήσεις για το οικουμενικό πατριαρχείο. Βεράτια για τους προκαθήμενους της Μεγάλης Εκκλησίας (17ος– αρχές 20ου αιώνα), Athènes 1998, ou Marie-Hélène BLANCHET, Georges-Gennadios Scholarios (vers 1400-vers 1472). Un intellectuel orthodoxe face à la disparition de l’Empire byzantin (Archives de l’Orient chrétien 20), Paris 2008.

*



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vassa Kontouma (28 avril 2010). Madame Merkel et le sultan. Graecia orthodoxa. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p476


Une réflexion sur « Madame Merkel et le sultan »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search