Un volcan contre le schisme. Santorin, 1650

Clouée au sol depuis le 16 avril, guettant «les vents alizés qui inclinent leurs antennes aux bords mystérieux du monde occidental», je pense à ces volcans qui ont marqué notre histoire.

Dans la campagne ensoleillée, les branches fleuries des cerisiers et des pruniers sont parfaitement immobiles.

Aucun vent, aucune brise.
Comme au printemps 1650, dans l’archipel des Cyclades.

En ce temps-là, en effet, il y eut une grande sécheresse qui «incommoda grandement» les habitants de Santorin, l’île des «feux souterrains». Dans sa Relation des missions de l’île Saint-Erini (Paris 1657) le jésuite François Richard († 1679) en témoigne:

Et comme si ces feux souterrains eussent consommé toutes les vapeurs mères et nourrices des vents, aucune ne soufflait capable de faire marcher les moulins. Tellement que les Grecs dans cette affliction publique firent beaucoup de processions.

Mais, semble-t-il, les prières des Grecs n’eurent aucun effet sur ce phénomène. Bien au contraire, quelques mois plus tard la situation s’aggrava considérablement et l’on assista à de puissants tremblements de terre:

Comme ils continuaient dans leurs erreurs, nonobstant tous les bons avis qu’ils reçurent, et toutes les imprécations du Père Prédicateur qu’ils ouïrent avec frayeur, il est à croire que pour châtiment de leur obstination, ou pour les exciter à la pénitence, Dieu voulut le 14 de Septembre, jour auquel ils célébraient l’Exaltation de la Sainte Croix, leur représenter non un signe de salut, mais une marque de son courroux par des tremblements de terre si violents, qu’ils ébranlaient tout l’Archipel.

La persistance des Grecs «dans leurs erreurs» semble être la cause du courroux de Dieu qui s’exprime par ces impressionnants phénomènes naturels. Pour étayer son opinion, Richard se rapporte à l’autorité du Cardinal César Baronius (1538-1607).
En effet, en examinant le témoignage de la Chronographie de Théophane, au sujet de l’éruption volcanique qui eut lieu à Santorin en 726, ce dernier met en évidence le lien étroit qui existe entre elle et la montée en force de l’iconoclasme. On remarquera qu’il s’agit bien de l’interprétation de Baronius:

C’était chose bienséante que par un tel prodige plein d’horreur, l’hérésie parut comme une nouvelle furie sortant des Enfers.

En effet, Théophane se contente de décrire l’éruption et de la situer sous le règne de Léon III, sans faire le rapprochement avec l’iconoclasme :

Cette même année, une vapeur qui semblait issue d’une cheminée monta entre les îles de Thèra et de Thèrassia. Elle sortit du fond de la mer pendant plusieurs jours et, rapidement, elle se densifia et se solidifia par l’intensité du feu qui brûlait (Chronographie, éd. de Boor 19632, p. 404-405).

À la suite de Baronius, Richard se fait donc fort de démontrer que l’éruption du volcan sous-marin de Koloumbos, situé au large de Santorin, n’est qu’un effet du courroux de Dieu.

L’hérésie de Palamas faisant de nouveaux efforts pour s’affermir en Grèce, les feux sortirent du fond de la mer à trois milles proches de Sant-Erini, avec tant de prodiges, qu’ils firent paraître aux schismatiques et aux hérétiques la vraie image du dernier jour du Jugement.

En effet, pour lui, les Grecs sont non seulement «schismatiques», mais également «hérétiques», car ils suivent l’enseignement de Grégoire Palamas. Par cette affirmation, Richard se rattache au point de vue d’un autre jésuite, mort quelques années plus tôt, le théologien érudit Denis Pétau (1583-1652).

Pour Pétau, la pensée palamite est un ensemble de ridicula dogmata, qui divisent Dieu, frôlent le polythéisme et logent l’âme humaine dans le nombril. Il s’agit donc bien d’une hérésie.

*

Précis et détaillé dans sa description de l’éruption de 1650, le récit de Richard a largement été pris en compte par les chercheurs, aussi bien par les historiens, les volcanologues que les spécialistes d’études religieuses. Ce n’est toutefois pas le seul témoignage que nous ayons. Dans une publication téléchargeable ici, le byzantiniste Spyridon Lampros (1851-1919) a succintement présenté l’ensemble des sources se référant à cet événement. Lui-même édite, dans ce même article, un récit inédit fort intéressant, trouvé dans un manuscrit du Mont Athos, Docheiareiou 131 du 17e siècle (f° 1-5) : Sp. LAMPROS, «Ανέκδοτος διήγησις περί της εν έτει 1650 παρά την Θήραν εκρήξεως», Δελτίον της ιστορικής και εθνολογικής εταιρείας της Ελλάδος 2 (1883), p. 107-111.

Si la description des phénomènes naturels liés à l’éruption, donnée dans l’Anekdotos Diègèsis, concorde avec celle de Richard, on ne sera pas étonné de ne pas y trouver l’interprétation par le prodige. Bien entendu, le témoin anonyme ne peut manquer de se référer aux processions qui eurent lieu à ce moment, ni à «l’aide de Dieu» qui épargna l’île et ses habitants:

Et tous sortirent des forteresses et des maisons, petits et grands, hommes et femmes, en portant les saintes icônes vers la plaine, et en pleurant beaucoup. Ils disaient que la fin du monde était arrivée, et ils demandaient pardon les uns aux autres, en versant beaucoup de larmes amères.

Et le soir de la saint Nicolas, trois trombes sortirent du lieu où le mal avait paru au début [=le lieu du volcan sous-marin], et il apparut que ces trombes prirent la direction de l’Ouest. Et, avec l’aide de Dieu, le lieu redevint comme il était avant.

Il reste qu’il ne donne aucun sens miraculeux au phénomène, qui le terrifie certes, mais qui reste à ses yeux purement naturel.

Tout à l’opposé, le récit de Richard vise à faire valoir le merveilleux de la situation. Sa description est celle d’une apocalypse:

Ces vapeurs ensoufrées, qui poussées des feux souterrains sortent de la mer comme des nuées noires […] prenaient feu, et le tout tournait en éclairs, en foudres et en autres figures. Vous eussiez vu des serpents voler, des lances et des épées éclater, des torches ardentes voltiger […]. Ce qui donna à croire aux Turcs, que toutes les îles de l’Archipel étaient consommées du feu du Ciel.
Ô que la puissance d’un Dieu est grande! Puisque le souffle d’un simple élément a tant de pouvoir […], que ne sera celui que la colère d’un Dieu allumera sur la fin du monde!

Les hérétiques sont l’objet du châtiment divin:

Un misérable, qui de Franc s’était fait Grec […], fut écrasé subitement.

Les prêtres grecs n’expérimentèrent pas la même protection […]: ils voulurent se séparer des Francs pour gagner avec toute leur suite l’extrémité de l’île. Mais en chemin, ils furent assaillis de tonnerre et d’éclairs et de diverses exhalaisons enflammées, qui passaient et repassaient continuellement auprès d’eux, sans toucher aux personnes laïques, que vous eussiez dit que le Ciel leur avait déclaré la guerre. Particulièrement, lorsqu’ils furent arrivés à une église de sainte Marine, où la foudre tomba à leurs pieds, fendit en deux un roc voisin et laissa en l’air une telle malignité, que tous ces prêtres et tous ceux qui assistaient à leurs processions demeurèrent aveugles […]. C’était pour lors que l’on pouvait dire en tous sens de ces Palamites, cæci sunt, et duces cæcorum [Mt 15, 14: «ce sont des aveugles qui guident des aveugles»].

Quant aux catholiques présents sur l’île, ils sont préservés de ces maux:

Les Religieuses de saint Dominique, voyant que tous abandonnaient leurs maisons pour se retirer dans des grottes, avaient obtenu permission de sortir de leur monastère. Mais la considération de la présence du saint Sacrement les arrêta. Elles ne voulurent pas l’abandonner, et ce Dieu d’amour en récompense les conserva: Qui habitat in adiutorio Altissimi in protectione Dei caeli commorabitur [Ps 90, 1: « Celui qui habite à l’abri du Très-Haut se reposera sous la protection du Dieu du ciel»].

D’ailleurs, le Ciel ne se contente pas de les protéger de l’éruption. Sa grâce se manifeste à eux sous la forme d’un puissant miracle —«fournaise d’amour» par opposition à la fournaise démoniaque du volcan—, un miracle survenu par le biais d’un Crucifix:

[Alors] sortirent à trois diverses reprises de la poitrine du Crucifix, qui était exposé sur notre Tabernacle, de grandes flammes, qui furent vues de tous les Grecs, qui par une Providence particulière s’étaient retirés en notre église […]. Et immédiatement après que cette fournaise d’amour eut jeté ces flammes, elle répandit une telle odeur et avec telle abondance, qu’elle se fit sentir non seulement en notre église, mais par toute l’île et réjouit tous les habitants, qui se mouraient de la puanteur que vomissait ce gouffre d’enfer. Cette odeur dura plus d’un quart d’heure. Et il n’y a aucun dans l’île, qui n’assure qu’elle surpassait en senteur toutes les roses et tous les lys, et tout ce qu’il y a d’odoriférant en ce monde. Aussi ne venait-elle pas de la terre. Et la cause étant toute divine, elle ne pouvait être que très merveilleuse.

Une bonne odeur semble véritablement s’être répandue à Santorin cette nuit-là. L’auteur anonyme du récit publié par Lamprou y fait également allusion:

Et lorsque une heure du matin fut passée, les tremblements de terre, le tonnerre et la foudre cessèrent, et une bonne odeur se répandit, et elle dura environ une heure.

Toutefois, ce parfum n’est pas interprété, dans ce témoignage, comme le signe d’une protection divine. Bien au contraire:

Puis la mer enfla et monta sur l’île […], et elle entraîna des murets en ruines et des chapelles qui se trouvaient parmi les champs.

Ce tsunami est attesté également par Richard, qui en sépare toutefois la description de celle du miracle, mais qui donne aussi une information très utile aux historiens et aux archéologues:

[L’eau] ravagea plus de trois cents arpents de terre en l’île de Sant-Erini, renversa deux églises et découvrit en élevant par violence la terre voisine aux deux côtés de la montagne, deux bourgs qui autrefois, par semblables révolutions, avaient été ensevelis sous la terre.

Il s’agit bien entendu des ruines de l’antique Thèra.

*

Mais voyons enfin si tout ce courroux divin eut, aux yeux de notre missionnaire jésuite les résultats escomptés.

Pour Richard, les effets de la grâce sont immédiats. Devant la colère du Ciel, plusieurs habitants de Santorin on «secoué le joug de Satan» et ont fait pénitence. Les prêtres grecs eux-mêmes se sont avoués vaincus. Les Palamites ont été confondus et les bons chrétiens consolés. Enfin, le Seigneur a clairement manifesté sa volonté, qui n’est autre que d’obtenir la «conversion de ces peuples» et de les conduire à emprunter sans plus attendre la voie du Paradis, en leur faisant simplement voir la réalité de l’Enfer:

Toutefois parmi tant de malheurs, notre consolation était de voir que si les corps de nos habitants souffraient, et leurs biens se perdaient, leurs âmes s’enrichissaient de dons célestes. Plusieurs émus des tremblements de terre ont secoué le joug de Satan par une vraie repentance de leurs crimes. Plusieurs épouvantés des meuglements effroyables de la mer et des bruits souterrains, ont ouvert les oreilles du cœur aux douces semonces du Ciel […]. Cette puanteur insupportable et ensoufrée a produit une divine odeur dans les consciences de plusieurs, qui ne respirent plus à présent que de la grâce et du Paradis. Et vous diriez que ces foudres, ces éclairs, ces tonnerres, ne seraient que pour atterrer le schisme et l’hérésie.

Certes, ces «effets de la grâce» ne furent réels et durables que dans le récit baroque de François Richard. Quant à la majorité des habitants de Santorin qui restèrent attachés à la confession orthodoxe, le «Temps du Mal» (ο Kαιρός του Kακού) fut exorcisé par un acte symbolique, la construction sur la côte de Koloumbos d’une chapelle dédiée à la «Vierge du Bien» (Παναγία του Καλού), une chapelle que le voyageur peut visiter encore aujourd’hui.

*

• La totalité du chapitre 26 de Fr. RICHARD, Relation des missions de l’île de Saint-Erini, Paris 1657, p. 408-426, est téléchargeable ici: «Effets merveilleux des feux qui sortirent du fond de la mer proche de l’île de Sant-Erini l’an 1650»

Illustrations: Carte de Santorin par G. A. Olivier (1801). — Eruption d’un volcan sous-marin dans le sud du Pacifique (2009). — Panaghia tou Kalou, Santorin, Grèce.


Une réflexion sur « Un volcan contre le schisme. Santorin, 1650 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.