Le 11 novembre, fête byzantine: deux émissions sur saint Théodore Stoudite

À la faveur du 11 novembre, où les Églises d’Orient et d’Occident célèbrent Théodore Stoudite (759-826), deux émissions, animées par Alexis Chryssostalis et diffusées sur France Culture, reviennent sur l’histoire du monastère de Stoudios à Constantinople, ainsi que sur la figure de son célèbre abbé. Continuer la lecture de Le 11 novembre, fête byzantine: deux émissions sur saint Théodore Stoudite

La communauté grecque de Venise entre Réforme et Contre-Réforme: Charles de Guise, Zacharias Skordylios et le Greco

Sébastien Garnier a récemment soutenu un doctorat sur Syméon de Thessalonique et la réception, en Orient et en Occident, d’une de ses œuvres majeures, l’Explication touchant le temple divin, les ornements sacrés et la divine Mystagogie. Il vient de me transmettre le texte d’une conférence qu’il a récemment donnée et que j’ai le grand plaisir de publier ici.

*

Continuer la lecture de La communauté grecque de Venise entre Réforme et Contre-Réforme: Charles de Guise, Zacharias Skordylios et le Greco

A l’aube de la psalmodie orthodoxe moderne: le Doxastarion de Pierre Lampadarios et sa transcription par les « Maîtres du nouveau système » (Bucarest, 1820)

Dimitrios Zaganas, prôtopsaltès et fin connaisseur de la musique byzantine, m’a transmis ce billet que je suis très heureuse de publier ici:

Continuer la lecture de A l’aube de la psalmodie orthodoxe moderne: le Doxastarion de Pierre Lampadarios et sa transcription par les « Maîtres du nouveau système » (Bucarest, 1820)

Un athénien à Paris : saint Denys entre légende et archéologie

1.   D’Athènes à Constantinople, en passant par Paris : la légende médiévale et byzantine de saint Denys l’Aréopagite

Denys l’Aréopagite a sans doute été un personnage historique. Les Actes des Apôtres le mentionnent pour la première fois à l’occasion de la prédication de Paul à Athènes, sur le rocher de l’Aréopage : « C’est ainsi que Paul se retira du milieu d’eux. Quelques hommes cependant s’attachèrent à lui et embrassèrent la foi. Denys l’Aréopagite fut du nombre » (Ac 17, 33-34). D’ailleurs, au 3e siècle, dans son exposé sur la « première succession des apôtres, Eusèbe de Césarée rapporte que ce même Denys fut le premier évêque de la cité d’Athènes : « En outre, l’Aréopagite, qui s’appelle Denys […] un ancien, qui fut le pasteur de l’Eglise de Corinthe, rapporte qu’il fut le premier évêque de l’Eglise d’Athènes» (Histoire ecclésiastique, III, 4). Bien que son activité de juge en ait fait un lettré, ce Denys n’a laissé aucun écrit. Aussi est-ce avec un certain étonnement qu’au 6e siècle, nombre d’érudits et de théologiens byzantins prirent connaissance du Corpus areopagiticum, un ensemble de livres et de lettres de première importance placé sous son autorité. Très vite pourtant, grâce aux scholies successives de Jean de Scythopolis et de Maxime le Confesseur, le Corpus areopagiticum acquit une importance capitale dans la théologie d’expression grecque. Disciple de Paul et premier évêque d’Athènes, son auteur présumé reçut également une place de choix dans le chœur des Pères et des docteurs de l’Eglise. Ce fut Grégoire le Grand qui, de retour de Constantinople, en 586, fit connaître à Rome le Corpus areopagiticum. Mais à cette époque, le rayonnement de l’œuvre dionysienne ne franchit pas les frontières de l’Italie. Continuer la lecture de Un athénien à Paris : saint Denys entre légende et archéologie

Persée accueille les Annuaires de l’EPHE (1872-2007)

Ceux qui ont acquis l’habitude de se promener sur le portail « Persée » auront maintenant la joie d’y découvrir les Annuaires de l’École pratique des Hautes Études. À travers ce lien, ils accéderont à la consultation de l’Annuaire de la Section des Sciences historiques et philologiques (années 1872-2007) et de l’Annuaire de la Section des Sciences religieuses (années 1890-2007). Nous rappelons que les parutions postérieures  (année 2008 et suivantes) sont déjà en ligne sur revues.org (suivre ce lien).

• Illustration : Edward Burne-Jones (1833-1898), Persée et les nymphes (1875).

Cinq cent cinquante-huit ans après… Un nouveau livre sur la prise de Constantinople

Cinq cent cinquante-huit ans après, et comme si c’était hier… Les événements dramatiques du 29 mai 1453 continuent de fonder l’identité et de nourrir l’imaginaire d’une bonne partie des populations du Sud-Est européen. Depuis ce mardi noir où le temps s’est figé, lamentations (θρήνοι), visions et prophéties prolifèrent, expressions d’un cauchemar dont nul ne semble réveillé. Continuer la lecture de Cinq cent cinquante-huit ans après… Un nouveau livre sur la prise de Constantinople

Écrits d’un exilé du Mont Athos

À l’occasion de la publication récente de deux recueils posthumes de Basile Krivochéine (1900-1985), le P. Job Getcha m’a communiqué le compte-rendu qu’on lira ci-dessous. Je lui renouvelle mes remerciements pour sa fidélité à « Graecia orthodoxa » ainsi que pour la générosité avec laquelle il contribue à ce blog. Continuer la lecture de Écrits d’un exilé du Mont Athos

La Revue des études slaves passe au numérique

Nous venons de l’apprendre : la mise en ligne de la Revue des études slaves sur le portail Persée est désormais une réalité. On peut d’ores et déjà consulter le texte complet des années 1992-2005 à l’adresse Revue des études slaves – version numérique. Les autres numéros seront mis en ligne prochainement.

Illustration : Eugène Delacroix, Saint Georges combattant le dragon, ou Persée délivrant Andromède (1847).

Semaine sainte à Athènes

Héraclite affirmait qu’on ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve. Les Athéniens pensent sans doute qu’ils ne se réveillent pas deux fois dans la même ville, tant Athènes est changeante et imprévisible. Ici, tout coule, tout se transforme rapidement, les lieux, les gens, les discours. La nuit tombée, les pensées et les actions de la journée courent se perdre dans l’oubli et, au petit matin, le ciel de l’Attique recueille, telle une feuille blanche, de nouveaux projets.

Ainsi, en partant pour la Semaine sainte à Athènes, j’étais bien naïve de croire que le programme que je m’étais fixé serait suivi. Loin de là ! Tâches administratives sans fin, dossiers à préparer, rendez-vous reportés, contrariétés avaient entièrement miné l’esprit de componction dans lequel je m’apprêtais à passer ces quelques jours, loin des tempêtes du monde. Il ne me restait plus qu’à suivre le courant et à tirer profit des haltes que le hasard ou la providence allaient peut-être m’offrir. Continuer la lecture de Semaine sainte à Athènes

Fil(le)s d’Ariane

Dans un récent billet intitulé Ce que disent les objets 1. Le sac de laines et la soucoupe calcinée, notre collègue Marie-Anne Paveau (Université Paris-13) livre un témoignage suscité par un sac de laines trouvé en juin 1944 et « passé de mère en fille et de trauma collectif en histoire personnelle ».

Ce récit n’a pas été sans éveiller en moi de puissants souvenirs, liés à des réalités plus orientales. Voici donc une rêverie post-byzantine et autobiographique sur le même sujet. Ceux qui ont lu le précédent billet du père Job Getcha sur le Musée de Chambésy et ses « reliques du passé » ne manqueront pas d’y remarquer certaines similitudes. Nostalgie, quand tu nous tiens… Continuer la lecture de Fil(le)s d’Ariane