A l’aube de la psalmodie orthodoxe moderne: le Doxastarion de Pierre Lampadarios et sa transcription par les « Maîtres du nouveau système » (Bucarest, 1820)

Dimitrios Zaganas, prôtopsaltès et fin connaisseur de la musique byzantine, m’a transmis ce billet que je suis très heureuse de publier ici:

Continuer la lecture de A l’aube de la psalmodie orthodoxe moderne: le Doxastarion de Pierre Lampadarios et sa transcription par les « Maîtres du nouveau système » (Bucarest, 1820)

Un athénien à Paris : saint Denys entre légende et archéologie

1.   D’Athènes à Constantinople, en passant par Paris : la légende médiévale et byzantine de saint Denys l’Aréopagite

Denys l’Aréopagite a sans doute été un personnage historique. Les Actes des Apôtres le mentionnent pour la première fois à l’occasion de la prédication de Paul à Athènes, sur le rocher de l’Aréopage : « C’est ainsi que Paul se retira du milieu d’eux. Quelques hommes cependant s’attachèrent à lui et embrassèrent la foi. Denys l’Aréopagite fut du nombre » (Ac 17, 33-34). D’ailleurs, au 3e siècle, dans son exposé sur la « première succession des apôtres, Eusèbe de Césarée rapporte que ce même Denys fut le premier évêque de la cité d’Athènes : « En outre, l’Aréopagite, qui s’appelle Denys […] un ancien, qui fut le pasteur de l’Eglise de Corinthe, rapporte qu’il fut le premier évêque de l’Eglise d’Athènes» (Histoire ecclésiastique, III, 4). Bien que son activité de juge en ait fait un lettré, ce Denys n’a laissé aucun écrit. Aussi est-ce avec un certain étonnement qu’au 6e siècle, nombre d’érudits et de théologiens byzantins prirent connaissance du Corpus areopagiticum, un ensemble de livres et de lettres de première importance placé sous son autorité. Très vite pourtant, grâce aux scholies successives de Jean de Scythopolis et de Maxime le Confesseur, le Corpus areopagiticum acquit une importance capitale dans la théologie d’expression grecque. Disciple de Paul et premier évêque d’Athènes, son auteur présumé reçut également une place de choix dans le chœur des Pères et des docteurs de l’Eglise. Ce fut Grégoire le Grand qui, de retour de Constantinople, en 586, fit connaître à Rome le Corpus areopagiticum. Mais à cette époque, le rayonnement de l’œuvre dionysienne ne franchit pas les frontières de l’Italie. Continuer la lecture de Un athénien à Paris : saint Denys entre légende et archéologie