Un orthodoxe à l’aube du mouvement œcuménique : Germanos Strénopoulos, métropolite de Thyatire (1872-1951)

L’archevêque Germanos, Lausanne 1927.

Directeur des publications au Conseil œcuménique des Églises à Genève de 2002 à 2007), Yannick Provost a eu ces dernières années un accès privilégié aux archives de celui-ci. Il a ainsi été en mesure de repérer la correspondance inédite du métropolite de Thyathire Germanos Strénopoulos, qui présente un intérêt indéniable, puisqu’elle montre que Germanos fut le principal promoteur de la participation orthodoxe au mouvement œcuménique de la première moitié du 20e siècle.

L’identification et la présentation de ce corpus est d’autant plus méritoire que nos renseignements sur la vie et les activités de ce haut dignitaire du Patriarcat de Constantinople, qui siégea à Londres de 1922 à sa mort, sont extrêmement minces par ailleurs. En effet, nous n’avons sur lui que deux articles, publiés en 1981 et 1982 par André Tylliridès. Par ailleurs, aucun travail de ce type n’est effectué sur les archives de la Métropole grecque orthodoxe de Londres.

Dans un Diplôme de l’École pratique des hautes études soutenu en janvier 2009 (séminaire «Christianisme orthodoxe»), Yannick Provost a présenté la traduction française de l’intégralité des 98 pièces de la correspondance du métropolite Germanos. Cet ensemble, qui contient également des lettres de personnalités telles que W. A. Visser’t Hooft (1900-1985), est précédé d’une longue introduction dressant l’historique de la participation orthodoxe au mouvement œcuménique, de 1902 à 1957. Deux encycliques du Patriarcat de Constantinople (1902 et 1920) y sont étudiées en particulier. Continuer la lecture de Un orthodoxe à l’aube du mouvement œcuménique : Germanos Strénopoulos, métropolite de Thyatire (1872-1951)

Byzance après Byzance ? Diaspora grecque et orthodoxie moderne en Europe centrale

Aride et morcelée, ouverte à tous les envahisseurs par son littoral disproportionné, mais également parcourue par des vents qui poussent ses marins vers des terres nourricières, la Grèce a essaimé depuis l’Antiquité en de nombreuses diasporas. Certains lieux portent encore les traces de ses colonies les plus célèbres: Grande Grèce, Marseille, Alexandrie…

De nos jours où la «patrie grecque» est en danger, victime de son ventre, la diaspora encore très nombreuse —6,5 millions de personnes— s’interroge à bon droit. Car elle est composée, du moins dans les pays européens, de nombreux immigrés de première ou de seconde génération, d’hommes et de femmes qui ont quitté leurs villes, leurs îles et leurs montagnes il y a quelques décennies seulement, certains pour faire fortune, d’autres pour étudier, d’autres enfin pour fuir une réalité ankylosante à laquelle ils ont refusé d’acquiescer. Au nom justement d’une indépendance d’esprit toute grecque.

Cette diaspora, qui a sans doute les moyens et les compétences nécessaires pour venir au secours de sa terre d’origine, doit-elle oublier les démons qu’elle a fuis, les humiliations qu’elle a subies à l’heure tant espérée du retour, pour aider maintenant ceux qui sont restés, ceux qui ont craint les tempêtes du grand voyage? Continuer la lecture de Byzance après Byzance ? Diaspora grecque et orthodoxie moderne en Europe centrale

Mais où se cache donc Cyprien ?

L’exposition «Sainte Russie», qui se déroule au Louvre jusqu’au 24 mai 2010, n’a pas fini de faire parler d’elle. L’archimandrite Job Getcha nous propose ici quelques «stations» —στάσεις— qui nous permettent de mieux comprendre le contexte dans lequel certaines pièces exceptionnelles, qui y sont exposées, ont été produites: icône de la «Rencontre de l’icône miraculeuse de la Vierge de Vladimir», copie de l’icône miraculeuse attribuée à André Roublev, icônes de la Vierge de Maxime, et de la Vierge de Pimène, manuscrit de l’Échelle de saint Jean Climaque, epitrachelion du métropolite Photios… Le fil conducteur de ce parcours nous est donné par le métropolite Cyprien Tsamblak (†1406), une figure ecclésiastique de premier plan sur laquelle le P. Job prépare actuellement un ouvrage. Continuer la lecture de Mais où se cache donc Cyprien ?