Madame Merkel et le sultan

Parfois, il vaut mieux attendre…

Dans son 4e fascicule de l’année 2006, tout fraîchement sorti des presses, la revue Ορθοδοξία – Ortodoksia fait état de la visite de la chancelière allemande au Phanar, une visite qui a eu lieu le 6 octobre 2006.

Hasard de la rédaction ou clin d’œil du rédacteur, une photo très suggestive, prise par N. Manginas, illustre la courte notice informative.

Sous une mosaïque représentant Mehmet II le Conquérant en compagnie de Georges Gennade Scholarios, le patriarche Bartholomée Ier échange des politesses avec Mme Angela Merkel.

Nous laisserons à d’autres, plus compétents que nous, le soin de faire l’exégèse – nécessairement typologique – de la scène, en souhaitant seulement que cette photo, rendue à son actualité par les aléas du «temps orthodoxe», contribuera à détendre la détestable ambiance qui règne en ce moment dans les relations germano-helléniques. Continuer la lecture de Madame Merkel et le sultan

Un volcan contre le schisme. Santorin, 1650

Clouée au sol depuis le 16 avril, guettant «les vents alizés qui inclinent leurs antennes aux bords mystérieux du monde occidental», je pense à ces volcans qui ont marqué notre histoire.

Dans la campagne ensoleillée, les branches fleuries des cerisiers et des pruniers sont parfaitement immobiles.

Aucun vent, aucune brise.
Comme au printemps 1650, dans l’archipel des Cyclades.

En ce temps-là, en effet, il y eut une grande sécheresse qui «incommoda grandement» les habitants de Santorin, l’île des «feux souterrains». Dans sa Relation des missions de l’île Saint-Erini (Paris 1657) le jésuite François Richard († 1679) en témoigne:

Et comme si ces feux souterrains eussent consommé toutes les vapeurs mères et nourrices des vents, aucune ne soufflait capable de faire marcher les moulins. Tellement que les Grecs dans cette affliction publique firent beaucoup de processions.

Mais, semble-t-il, les prières des Grecs n’eurent aucun effet sur ce phénomène. Bien au contraire, quelques mois plus tard la situation s’aggrava considérablement et l’on assista à de puissants tremblements de terre:

Comme ils continuaient dans leurs erreurs, nonobstant tous les bons avis qu’ils reçurent, et toutes les imprécations du Père Prédicateur qu’ils ouïrent avec frayeur, il est à croire que pour châtiment de leur obstination, ou pour les exciter à la pénitence, Dieu voulut le 14 de Septembre, jour auquel ils célébraient l’Exaltation de la Sainte Croix, leur représenter non un signe de salut, mais une marque de son courroux par des tremblements de terre si violents, qu’ils ébranlaient tout l’Archipel. Continuer la lecture de Un volcan contre le schisme. Santorin, 1650

Epitaphios, Mandylion et Saint Suaire

Les semaines qui suivent la fête de Pâques ne sont certainement pas celles du deuil, du πένθος, mais plutôt celles de la joie du «tombeau vide». Plus particulièrement, le troisième dimanche de la période pascale (le second après l’Anastasis), l’Église orthodoxe commémore les femmes myrrhophores, Joseph d’Arimathie et Nicodème, un groupe de personnes qui recueillirent le corps du Christ après sa Passion et le mirent au tombeau, enveloppé d’un suaire. Les Évangiles mentionnent cet épisode:

«Le soir venu, vint un homme riche d’Arimathie, nommé Joseph, qui lui aussi était devenu disciple de Jésus. Il alla trouver Pilate pour lui demander le corps de Jésus; Pilate alors ordonna qu’on le lui remît. Joseph prit le corps, l’enveloppa d’un linceul blanc, et le déposa dans son sépulcre neuf, qu’il avait fait tailler dans le roc; puis, ayant roulé une grosse pierre à l’entrée du sépulcre, il s’en alla. Or Marie la Magdaléenne et l’autre Marie étaient là, assises en face du tombeau». (Mt 27, 57-61)

La survivance de ce suaire, ainsi que son identification éventuelle avec la relique conservée dans la cathédrale de Turin, ont fait l’objet d’un tel nombre d’études —de la plus sérieuse à la plus excentrique— qu’une discipline a vu le jour: la sindonologie.

L’exposition du Saint Suaire, qui a lieu pour la première fois depuis dix ans à Turin (10 avril-23 mai 2010), vient de relancer discussions et publications. Nous avons le plaisir d’accueillir ici la contribution d’un collègue, professeur à l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe (Chambésy-Genève).

L’Archimandrite Job Getcha nous invite à observer «l’apparente similitude entre la silhouette du défunt que les négatifs ont dévoilé sur le Saint Suaire, en 1898, et la représentation iconographique du Christ mis au tombeau, la plupart du temps brodée ou peinte sur un tissu appelé epitaphios». On s’en doute, comme nombre de mystères qui entourent le Saint Suaire — et celui de sa provenance, byzantine ou non, n’est pas des moindres—, cette similitude n’a pas encore été expliquée. Mais en fin connaisseur de la liturgie byzantine, le P. Job nous suggère une piste fort intéressante.

* Continuer la lecture de Epitaphios, Mandylion et Saint Suaire

La théologie grecque, des années 1960 à nos jours

La théologie grecque contemporaine offre un domaine d’études encore peu connu en dehors de son aire géographique propre. Un colloque international, qui se tiendra les 15 et 16 avril prochains à Paris, donnera au public français l’occasion de la découvrir. Il permettra également aux spécialistes d’en dresser un premier bilan.

M. Michel Stavrou, Professeur à l’Institut Saint-Serge, a eu l’amabilité de présenter ici les grandes lignes de ce colloque. Continuer la lecture de La théologie grecque, des années 1960 à nos jours

Bibliophiles et hymnographes. Nouveaux matériaux pour l’étude des “acolouthies”.

st charalampos1774

«Veillez et priez !» Selon Mt 26, 42, le Chrétien doit s’adonner à la prière continuelle.

Dans le culte orthodoxe, celle-ci est pratiquée à travers une succession de célébrations et de prières qualifiées d’«acolouthies» (ακολουθίαι), terme technique également appliqué aux suites mathématiques.

Il existe plusieurs types d’acolouthies. Les acolouthies régulières sont régies par le Typikon vers lequel convergent les livres liturgiques de l’Horologe (prières quotidiennes), de la Paraclétique (prières hebdomadaires), du Triode (célébrations du cycle prépascal), du Pentecostaire (célébrations de Pâques à la Pentecôte) et des Ménées (fêtes fixes).

Quant aux acolouthies exceptionnelles (sacrements, bénédictions, inaugurations d’églises, prières pour les malades, etc.), elles suivent les dispositions de l’Euchologe. Continuer la lecture de Bibliophiles et hymnographes. Nouveaux matériaux pour l’étude des “acolouthies”.

Huit odes sur l’Unique Sabbat

Dans la liesse qui suit l’annonce du Χριστός Ανέστη — le Christ est réssuscité ! — dans la nuit de Pâques, peu de gens prêtent attention à l’hymne admirable qui est alors chantée, avec quelques altérations il est vrai.

Cette hymne a été composée au 8e siècle par Jean Damascène.

Afin que ceux qui le souhaitent puissent la découvrir ou la redécouvrir ce soir, j’en donne ici la traduction française. Cette traduction est également présentée en regard du texte grec original dans le document suivant: Canon de la Résurrection.

On ne s‘étonnera pas de l’absence de la seconde ode, qui ramène les odes du Canon de la Résurrection au nombre de huit. Possèdant un caractère pénitentiel, celle-ci est uniquement présente dans les canons du Grand Carême, et en particulier dans le Grand Canon d’André de Crète (8e s.). Les hymnographes l’omettent délibérément dans les autres cas. Continuer la lecture de Huit odes sur l’Unique Sabbat