Une énigme médiévale résolue : le roman de Barlaam et Joasaph a trouvé son auteur

PhotoBarlaam

Quel médiéviste n’a un jour ou l’autre rencontré l’Histoire de Barlaam et Joasaph ? Quel orientaliste n’a exploré les innombrables versions de cette légende chrétienne inspirée de la vie du Bouddha? Quel byzantiniste n’a réfléchi à la question si controversée de son auteur, une énigme digne des meilleurs romans policiers? Robert Volk nous en donne la solution, avec un monumental ouvrage de plus de 1100 pages, qui livre les résultats de vingt ans d’un travail acharné.

Continuer la lecture de Une énigme médiévale résolue : le roman de Barlaam et Joasaph a trouvé son auteur

Un poète byzantin enfin traduit en français : Jean Géomètre

zemeniMilitaire de carrière et érudit, aristocrate élégant et dévot, Jean Géomètre (vers 935/40-1000) a vécu sur le mode de l’oxymore, et son œuvre poétique, encore peu connue et souvent mal jugée, est profondément empreinte de ces contrastes. Profanes et religieux à la fois, ses poèmes puisent simultanément à trois sources, l’Iliade d’Homère, les Carmina theologica de Grégoire de Nazianze et l’Anthologie palatine, qu’ils exploitent avec virtuosité en jouant habilement sur la vaste gamme des nuances offertes par la rhétorique byzantine. Ce style « difficile à apprécier pour notre esprit profondément occidental » (p. xiii) est pourtant rendu accessible par le beau travail d’Emilie van Opstall. Continuer la lecture de Un poète byzantin enfin traduit en français : Jean Géomètre

Grand chartophylax, un métier d’avenir

Sainte Catherine d’AlexandrieLa roue tourne, paraît-il. Le génie de telle civilisation, terni depuis des siècles, retrouve périodiquement son éclat. Faut-il attribuer ces passages de l’ombre à la lumière à un perpétuel mouvement de retour, ou considérer tout simplement que la gamme des possibles auxquels nos sociétés sont soumises est, somme toute, assez peu étendue?

Quoi qu’il en soit, depuis que nous sommes entrés dans le 21e siècle, il semble que Byzance, si longtemps méprisée, ait retrouvé un sens presque évident à la lumière de la civilisation actuelle. Continuer la lecture de Grand chartophylax, un métier d’avenir

Livres et culture à Byzance jusqu’en 1204 : un aperçu

chrysostomeLaurens

I. GENERALITES

1. LA LANGUE ET L’INSTRUCTION

Le niveau d’alphabétisation

Comme la recherche a pu le montrer, le niveau d’alphabétisation à Byzance était relativement élevé.

En premier lieu, l’instruction s’adressait aussi bien aux clercs qu’aux laïcs. En effet, si l’on constate qu’une grande partie des moines savait lire et écrire, on n’est pas moins frappé par le nombre de laïcs dont les fonctions au sein de l’administration impériale requéraient un bon niveau d’études, même si celui-ci n’était pas nécessairement classique. Le phénomène concernait également, bien que de façon très ponctuelle, les femmes, dont certaines se distinguèrent dans la copie de manuscrits, l’épistolographie, la poésie, l’historiographie. Continuer la lecture de Livres et culture à Byzance jusqu’en 1204 : un aperçu

Chères bibliothèques…

… lieux de nos racines, lieux de notre envol. Chères bibliothèques de bois, d’encre et de papier.

Daphne.DO.J’ai appris qu’il existait désormais une bibliothèque sans livres, pleine de terminaux d’ordinateurs par lesquels tout le savoir devenait accessible. Un lieu sans bois, sans encre, sans papier, sans lecteurs non plus probablement. En effet, quel étudiant se lèvera-t-il chaque matin, la tête pleine des pensées que la nuit lui aura confiées, pour s’y rendre à pied, en bus, à vélo? Quel chercheur traversera-t-il les mers pour y retrouver, enfin, l’ouvrage rare, la thèse que des savants morts depuis longtemps y ont laissés en dépôt? Continuer la lecture de Chères bibliothèques…

Numérisation de livres anciens et répertoires. Quelques réflexions.

L’abbé J.-P. Migne (1800-1875)
L’abbé J.-P. Migne (1800-1875)

En regroupant les références des ouvrages numérisés de Nicodème l’Hagiorite, je me suis livrée à quelques rêveries concernant le besoin de “structurer”, de “rationaliser” ou plus simplement de répertorier de façon critique la masse de textes qui nous arrivent maintenant sous cette forme nouvelle.

Au milieu du 19e siècle, J.-P. Migne avait eu l’excellente idée de rassembler en un corpus, avec une présentation unifiée et une numérotation spécifique, l’ensemble de la littérature patristique. Même si tous les textes qu’elle reprend ne sont pas de qualité égale, la Patrologia graeca — et son sigle PG que nous utilisons quotidiennement —a rendu d’immenses services à la recherche en simplifiant à l’extrême le système des citations. Pensons seulement aux millions de notes de bas de page qui ont été réduites au strict minimum grâce à ce système! Continuer la lecture de Numérisation de livres anciens et répertoires. Quelques réflexions.

Seize ouvrages de Nicodème l’Hagiorite sur internet

Νιkodhmos_o_Αgioreiths1

L’Université de Crète ayant récemment numérisé et mis sur internet, en accès libre, plus de 9000 ouvrages grecs, j’ai cherché quelles œuvres de Nicodème l’Hagiorite (1749-1809) étaient présentes sur son site.

J’en donne ici la liste ainsi que les liens, suivant le classement établi par Elia Citterio, «Nicodemo Agiorita», dans La Théologie byzantine et sa tradition Turnhout 2002, II, p. 914-940. Continuer la lecture de Seize ouvrages de Nicodème l’Hagiorite sur internet