Le 11 novembre, fête byzantine: deux émissions sur saint Théodore Stoudite

À la faveur du 11 novembre, où les Églises d’Orient et d’Occident célèbrent Théodore Stoudite (759-826), deux émissions, animées par Alexis Chryssostalis et diffusées sur France Culture, reviennent sur l’histoire du monastère de Stoudios à Constantinople, ainsi que sur la figure de son célèbre abbé. Continuer la lecture de Le 11 novembre, fête byzantine: deux émissions sur saint Théodore Stoudite

La communauté grecque de Venise entre Réforme et Contre-Réforme: Charles de Guise, Zacharias Skordylios et le Greco

Sébastien Garnier a récemment soutenu un doctorat sur Syméon de Thessalonique et la réception, en Orient et en Occident, d’une de ses œuvres majeures, l’Explication touchant le temple divin, les ornements sacrés et la divine Mystagogie. Il vient de me transmettre le texte d’une conférence qu’il a récemment donnée et que j’ai le grand plaisir de publier ici.

*

Continuer la lecture de La communauté grecque de Venise entre Réforme et Contre-Réforme: Charles de Guise, Zacharias Skordylios et le Greco

A l’aube de la psalmodie orthodoxe moderne: le Doxastarion de Pierre Lampadarios et sa transcription par les « Maîtres du nouveau système » (Bucarest, 1820)

Dimitrios Zaganas, prôtopsaltès et fin connaisseur de la musique byzantine, m’a transmis ce billet que je suis très heureuse de publier ici:

Continuer la lecture de A l’aube de la psalmodie orthodoxe moderne: le Doxastarion de Pierre Lampadarios et sa transcription par les « Maîtres du nouveau système » (Bucarest, 1820)

Persée accueille les Annuaires de l’EPHE (1872-2007)

Ceux qui ont acquis l’habitude de se promener sur le portail « Persée » auront maintenant la joie d’y découvrir les Annuaires de l’École pratique des Hautes Études. À travers ce lien, ils accéderont à la consultation de l’Annuaire de la Section des Sciences historiques et philologiques (années 1872-2007) et de l’Annuaire de la Section des Sciences religieuses (années 1890-2007). Nous rappelons que les parutions postérieures  (année 2008 et suivantes) sont déjà en ligne sur revues.org (suivre ce lien).

• Illustration : Edward Burne-Jones (1833-1898), Persée et les nymphes (1875).

Un volcan contre le schisme. Santorin, 1650

Clouée au sol depuis le 16 avril, guettant «les vents alizés qui inclinent leurs antennes aux bords mystérieux du monde occidental», je pense à ces volcans qui ont marqué notre histoire.

Dans la campagne ensoleillée, les branches fleuries des cerisiers et des pruniers sont parfaitement immobiles.

Aucun vent, aucune brise.
Comme au printemps 1650, dans l’archipel des Cyclades.

En ce temps-là, en effet, il y eut une grande sécheresse qui «incommoda grandement» les habitants de Santorin, l’île des «feux souterrains». Dans sa Relation des missions de l’île Saint-Erini (Paris 1657) le jésuite François Richard († 1679) en témoigne:

Et comme si ces feux souterrains eussent consommé toutes les vapeurs mères et nourrices des vents, aucune ne soufflait capable de faire marcher les moulins. Tellement que les Grecs dans cette affliction publique firent beaucoup de processions.

Mais, semble-t-il, les prières des Grecs n’eurent aucun effet sur ce phénomène. Bien au contraire, quelques mois plus tard la situation s’aggrava considérablement et l’on assista à de puissants tremblements de terre:

Comme ils continuaient dans leurs erreurs, nonobstant tous les bons avis qu’ils reçurent, et toutes les imprécations du Père Prédicateur qu’ils ouïrent avec frayeur, il est à croire que pour châtiment de leur obstination, ou pour les exciter à la pénitence, Dieu voulut le 14 de Septembre, jour auquel ils célébraient l’Exaltation de la Sainte Croix, leur représenter non un signe de salut, mais une marque de son courroux par des tremblements de terre si violents, qu’ils ébranlaient tout l’Archipel. Continuer la lecture de Un volcan contre le schisme. Santorin, 1650

Bibliophiles et hymnographes. Nouveaux matériaux pour l’étude des “acolouthies”.

st charalampos1774

«Veillez et priez !» Selon Mt 26, 42, le Chrétien doit s’adonner à la prière continuelle.

Dans le culte orthodoxe, celle-ci est pratiquée à travers une succession de célébrations et de prières qualifiées d’«acolouthies» (ακολουθίαι), terme technique également appliqué aux suites mathématiques.

Il existe plusieurs types d’acolouthies. Les acolouthies régulières sont régies par le Typikon vers lequel convergent les livres liturgiques de l’Horologe (prières quotidiennes), de la Paraclétique (prières hebdomadaires), du Triode (célébrations du cycle prépascal), du Pentecostaire (célébrations de Pâques à la Pentecôte) et des Ménées (fêtes fixes).

Quant aux acolouthies exceptionnelles (sacrements, bénédictions, inaugurations d’églises, prières pour les malades, etc.), elles suivent les dispositions de l’Euchologe. Continuer la lecture de Bibliophiles et hymnographes. Nouveaux matériaux pour l’étude des “acolouthies”.

Numérisation de livres anciens et répertoires. Quelques réflexions.

L’abbé J.-P. Migne (1800-1875)
L’abbé J.-P. Migne (1800-1875)

En regroupant les références des ouvrages numérisés de Nicodème l’Hagiorite, je me suis livrée à quelques rêveries concernant le besoin de “structurer”, de “rationaliser” ou plus simplement de répertorier de façon critique la masse de textes qui nous arrivent maintenant sous cette forme nouvelle.

Au milieu du 19e siècle, J.-P. Migne avait eu l’excellente idée de rassembler en un corpus, avec une présentation unifiée et une numérotation spécifique, l’ensemble de la littérature patristique. Même si tous les textes qu’elle reprend ne sont pas de qualité égale, la Patrologia graeca — et son sigle PG que nous utilisons quotidiennement —a rendu d’immenses services à la recherche en simplifiant à l’extrême le système des citations. Pensons seulement aux millions de notes de bas de page qui ont été réduites au strict minimum grâce à ce système! Continuer la lecture de Numérisation de livres anciens et répertoires. Quelques réflexions.

Seize ouvrages de Nicodème l’Hagiorite sur internet

Νιkodhmos_o_Αgioreiths1

L’Université de Crète ayant récemment numérisé et mis sur internet, en accès libre, plus de 9000 ouvrages grecs, j’ai cherché quelles œuvres de Nicodème l’Hagiorite (1749-1809) étaient présentes sur son site.

J’en donne ici la liste ainsi que les liens, suivant le classement établi par Elia Citterio, «Nicodemo Agiorita», dans La Théologie byzantine et sa tradition Turnhout 2002, II, p. 914-940. Continuer la lecture de Seize ouvrages de Nicodème l’Hagiorite sur internet