Persée accueille les Annuaires de l’EPHE (1872-2007)

Ceux qui ont acquis l’habitude de se promener sur le portail « Persée » auront maintenant la joie d’y découvrir les Annuaires de l’École pratique des Hautes Études. À travers ce lien, ils accéderont à la consultation de l’Annuaire de la Section des Sciences historiques et philologiques (années 1872-2007) et de l’Annuaire de la Section des Sciences religieuses (années 1890-2007). Nous rappelons que les parutions postérieures  (année 2008 et suivantes) sont déjà en ligne sur revues.org (suivre ce lien).

• Illustration : Edward Burne-Jones (1833-1898), Persée et les nymphes (1875).

Cinq cent cinquante-huit ans après… Un nouveau livre sur la prise de Constantinople

Cinq cent cinquante-huit ans après, et comme si c’était hier… Les événements dramatiques du 29 mai 1453 continuent de fonder l’identité et de nourrir l’imaginaire d’une bonne partie des populations du Sud-Est européen. Depuis ce mardi noir où le temps s’est figé, lamentations (θρήνοι), visions et prophéties prolifèrent, expressions d’un cauchemar dont nul ne semble réveillé. Continuer la lecture de Cinq cent cinquante-huit ans après… Un nouveau livre sur la prise de Constantinople

La Revue des études slaves passe au numérique

Nous venons de l’apprendre : la mise en ligne de la Revue des études slaves sur le portail Persée est désormais une réalité. On peut d’ores et déjà consulter le texte complet des années 1992-2005 à l’adresse Revue des études slaves – version numérique. Les autres numéros seront mis en ligne prochainement.

Illustration : Eugène Delacroix, Saint Georges combattant le dragon, ou Persée délivrant Andromède (1847).

La Revue des études byzantines passe au numérique

Après plus d’une année de travail de l’équipe éditoriale, avec l’aimable autorisation des éditions De Boccard (Paris) et le support matériel et technique du programme Persée (Lyon), la Revue des études byzantines est résolument entrée, ce matin, dans l’univers du numérique.

Dès aujourd’hui, plus de trente ans de recherche (1, 1943 – 33, 1975) sont donc librement accessibles sur le site de persee.fr. Lien direct : REB version numérique. Les numéros suivants (34, 1976 – 63, 2005) seront ajoutés au début de l’année 2011. Une barrière mobile de cinq ans préservera l’édition papier, qui continuera de paraître de son côté en livraison annuelle.

Illustration : Piero di Cosimo, Persée délivrant Andromède (vers 1520), Florence.

Bibliophiles et hymnographes. Nouveaux matériaux pour l’étude des “acolouthies”.

st charalampos1774

«Veillez et priez !» Selon Mt 26, 42, le Chrétien doit s’adonner à la prière continuelle.

Dans le culte orthodoxe, celle-ci est pratiquée à travers une succession de célébrations et de prières qualifiées d’«acolouthies» (ακολουθίαι), terme technique également appliqué aux suites mathématiques.

Il existe plusieurs types d’acolouthies. Les acolouthies régulières sont régies par le Typikon vers lequel convergent les livres liturgiques de l’Horologe (prières quotidiennes), de la Paraclétique (prières hebdomadaires), du Triode (célébrations du cycle prépascal), du Pentecostaire (célébrations de Pâques à la Pentecôte) et des Ménées (fêtes fixes).

Quant aux acolouthies exceptionnelles (sacrements, bénédictions, inaugurations d’églises, prières pour les malades, etc.), elles suivent les dispositions de l’Euchologe. Continuer la lecture de Bibliophiles et hymnographes. Nouveaux matériaux pour l’étude des “acolouthies”.

Numérisation de livres anciens et répertoires. Quelques réflexions.

L’abbé J.-P. Migne (1800-1875)
L’abbé J.-P. Migne (1800-1875)

En regroupant les références des ouvrages numérisés de Nicodème l’Hagiorite, je me suis livrée à quelques rêveries concernant le besoin de “structurer”, de “rationaliser” ou plus simplement de répertorier de façon critique la masse de textes qui nous arrivent maintenant sous cette forme nouvelle.

Au milieu du 19e siècle, J.-P. Migne avait eu l’excellente idée de rassembler en un corpus, avec une présentation unifiée et une numérotation spécifique, l’ensemble de la littérature patristique. Même si tous les textes qu’elle reprend ne sont pas de qualité égale, la Patrologia graeca — et son sigle PG que nous utilisons quotidiennement —a rendu d’immenses services à la recherche en simplifiant à l’extrême le système des citations. Pensons seulement aux millions de notes de bas de page qui ont été réduites au strict minimum grâce à ce système! Continuer la lecture de Numérisation de livres anciens et répertoires. Quelques réflexions.