Une Chaîne sur l’Octateuque à l’Institut français d’études byzantines

Nées en Égypte ou en Palestine, aux 5e-6e siècles, les chaînes exégétiques (Catenae, Σειραί) sur l’Ancien ou le Nouveau Testament ont, depuis cette époque, contribué à faciliter la compréhension des Écritures. Constituées d’extraits des grands commentaires d’auteurs tels qu’Origène, Théodoret de Cyr ou Cyrille d’Alexandrie, entre autres, elles ont conservé à travers les âges de nombreux fragments d’œuvres parfois perdues. De ce fait, les patristiciens et les philologues modernes ont considéré les chaînes comme un réservoir de textes anciens, les abordant de préférence du point de vue de la rareté et de l’intérêt de leurs fragments particuliers. On citera ainsi les travaux de Françoise Petit, qui a édité une reconstitution du commentaire de Sévère d’Antioche sur l’Exode (Leuven 1999). Continuer la lecture de Une Chaîne sur l’Octateuque à l’Institut français d’études byzantines

La communauté grecque de Venise entre Réforme et Contre-Réforme: Charles de Guise, Zacharias Skordylios et le Greco

Sébastien Garnier a récemment soutenu un doctorat sur Syméon de Thessalonique et la réception, en Orient et en Occident, d’une de ses œuvres majeures, l’Explication touchant le temple divin, les ornements sacrés et la divine Mystagogie. Il vient de me transmettre le texte d’une conférence qu’il a récemment donnée et que j’ai le grand plaisir de publier ici.

*

Continuer la lecture de La communauté grecque de Venise entre Réforme et Contre-Réforme: Charles de Guise, Zacharias Skordylios et le Greco

Nouveaux documents sur la mission des Capucins au Levant

Niki Papaïliaki a déjà publié en Grèce un important ouvrage :  Μιὰ αἰχμάλωτη κοινότητα. Ἐπιστολὲς ἀπὸ τὴ Χίο πρὶν τὴν καταστροφή (Thessalonique 2001). Elle y a édité et exploité 46 documents constituant le dossier de la correspondance des notables de Chios, pris en otages par les Turcs en 1821-1822. Toutes ces lettres sont conservées dans les Archives des Capucins de Paris.

C’est dans les mêmes archives qu’elle a puisé, ces dernières années, 141 autres documents des 17e et 18e siècles, qui relèvent plus particulièrement de l’histoire religieuse. Leur édition a donné lieu à une thèse de doctorat : Aspects de la mission catholique auprès des Grecs de l’Empire ottoman. Archives grecques inédites des Capucins de Paris (XVIIe-XVIIIe siècles), EPHE, Paris 2009. Nous pouvons y suivre, pas à pas, l’installation de la mission capucine au Levant, en particulier dans les îles de l’Égée : Chios, Naxos, Syros, Andros, Milos, Paros. Continuer la lecture de Nouveaux documents sur la mission des Capucins au Levant

Byzance après Byzance ? Diaspora grecque et orthodoxie moderne en Europe centrale

Aride et morcelée, ouverte à tous les envahisseurs par son littoral disproportionné, mais également parcourue par des vents qui poussent ses marins vers des terres nourricières, la Grèce a essaimé depuis l’Antiquité en de nombreuses diasporas. Certains lieux portent encore les traces de ses colonies les plus célèbres: Grande Grèce, Marseille, Alexandrie…

De nos jours où la «patrie grecque» est en danger, victime de son ventre, la diaspora encore très nombreuse —6,5 millions de personnes— s’interroge à bon droit. Car elle est composée, du moins dans les pays européens, de nombreux immigrés de première ou de seconde génération, d’hommes et de femmes qui ont quitté leurs villes, leurs îles et leurs montagnes il y a quelques décennies seulement, certains pour faire fortune, d’autres pour étudier, d’autres enfin pour fuir une réalité ankylosante à laquelle ils ont refusé d’acquiescer. Au nom justement d’une indépendance d’esprit toute grecque.

Cette diaspora, qui a sans doute les moyens et les compétences nécessaires pour venir au secours de sa terre d’origine, doit-elle oublier les démons qu’elle a fuis, les humiliations qu’elle a subies à l’heure tant espérée du retour, pour aider maintenant ceux qui sont restés, ceux qui ont craint les tempêtes du grand voyage? Continuer la lecture de Byzance après Byzance ? Diaspora grecque et orthodoxie moderne en Europe centrale

Byzance et la naissance de la chrétienté russe

sauveur de zvenigorod

A l’occasion de l’exposition «Sainte Russie» qui se tient au Louvre du 5 mars au 24 mai 2010, l’Institut européen des sciences religieuses a organisé une journée de formation sur le thème de «La Russie orthodoxe : art, histoire et religion», une journée à laquelle j’ai été invitée à parler. On trouvera ci-dessous le texte complet de cette conférence, dont voici les parties:

• Premiers contacts
• Le baptême de Vladimir et l’installation d’un «métropolite des Russes»
• Le métropolite de Kiev dans le «Commonwealth» byzantin
• Les traductions du grec au slavon et le choix de l’unité liturgique
• L’orthodoxie russe, un christianisme sans hellénisme
• L’Eglise russe, fille du Concile de Nicée II

Continuer la lecture de Byzance et la naissance de la chrétienté russe

Quarantaine : mais quelle est sa durée ?

Echelle sainte, 16e siècle.

Nous avons tous, un jour ou l’autre, répondu sans peine à la question de savoir quelle était la couleur du cheval blanc d’Henri IV. Mais serions-nous capables de dire combien de jours dure la Sainte Quarantaine (Αγία Τεσσαρακοστή)? En effet, si le jeûne du Christ dans le désert, modèle du jeûne prépascal, fut bien de quarante jours, la durée effective du Grand Carême, qui a varié selon les régions dans l’Église ancienne, est bien moins connue. Au 8e siècle, en Palestine, elle a même donné lieu à une violente polémique.
À travers un texte de Jean Damascène, le De sacris jejuniis (à télécharger en traduction française), je vous propose de nous reporter au cœur de cette controverse. Quant à la question de la date des calendes grecques, je la laisserai pour l’instant en suspens… Continuer la lecture de Quarantaine : mais quelle est sa durée ?

Livres et culture à Byzance jusqu’en 1204 : un aperçu

chrysostomeLaurens

I. GENERALITES

1. LA LANGUE ET L’INSTRUCTION

Le niveau d’alphabétisation

Comme la recherche a pu le montrer, le niveau d’alphabétisation à Byzance était relativement élevé.

En premier lieu, l’instruction s’adressait aussi bien aux clercs qu’aux laïcs. En effet, si l’on constate qu’une grande partie des moines savait lire et écrire, on n’est pas moins frappé par le nombre de laïcs dont les fonctions au sein de l’administration impériale requéraient un bon niveau d’études, même si celui-ci n’était pas nécessairement classique. Le phénomène concernait également, bien que de façon très ponctuelle, les femmes, dont certaines se distinguèrent dans la copie de manuscrits, l’épistolographie, la poésie, l’historiographie. Continuer la lecture de Livres et culture à Byzance jusqu’en 1204 : un aperçu