La Revue des études byzantines passe au numérique

Après plus d’une année de travail de l’équipe éditoriale, avec l’aimable autorisation des éditions De Boccard (Paris) et le support matériel et technique du programme Persée (Lyon), la Revue des études byzantines est résolument entrée, ce matin, dans l’univers du numérique.

Dès aujourd’hui, plus de trente ans de recherche (1, 1943 – 33, 1975) sont donc librement accessibles sur le site de persee.fr. Lien direct : REB version numérique. Les numéros suivants (34, 1976 – 63, 2005) seront ajoutés au début de l’année 2011. Une barrière mobile de cinq ans préservera l’édition papier, qui continuera de paraître de son côté en livraison annuelle.

Illustration : Piero di Cosimo, Persée délivrant Andromède (vers 1520), Florence.

Entre Constantinople et Thessalonique : la correspondance de Nicolas Cabasilas (vers 1322-vers 1399)

Remparts de Thessalonique

Marie-Hélène Congourdeau est bien connue pour son édition de la Vie en Christ dans la collection des Sources chrétiennes (Paris 1989 et 1990), ainsi que pour ses nombreux articles scientifiques sur Nicolas Cabasilas. Dans l’élégante publication bilingue qui vient de paraître aux Belles Lettres (Paris 2010), elle rassemble, traduit et commente sa correspondance, qui était jusqu’à présent éparpillée dans plusieurs éditions indépendantes. Continuer la lecture de Entre Constantinople et Thessalonique : la correspondance de Nicolas Cabasilas (vers 1322-vers 1399)

Parution de la Revue des études byzantines 68, 2010

La Revue des études byzantines 2010 vient de paraître. Elle nous apporte une riche moisson de nouveautés. Les domaines couverts cette année sont nombreux.

Du point de vue de l’histoire, plusieurs contributions concernent la chronologie et la prosopographie. Quelques datations soumises à questionnement dans la recherche sont fixées avec précision: ainsi l’année 595, pour la lettre portée par des ambassadeurs d’Extrême-Orient à l’empereur Maurice. Des byzantins bien connus, tels que Théophane le Confesseur ou Michel Psellos voient leur chronologie affinée. D’autres, jusqu’à présent évanescents, comme Jean III Politès, prennent consistance. De nouveaux noms apparaissent dans les études byzantines: l’évêque Sergios d’Akmonia, le médecin Andreiômenos. Derrière une transcription inintelligible de l’historien Théophylacte Simocatta, des hommes venus de loin se profilent enfin: Τουρούμ est le qaghan Dulan, Τουλδίχ est son neveu Duli. Continuer la lecture de Parution de la Revue des études byzantines 68, 2010

La religion en Grèce aujourd’hui : matériaux et questionnements nouveaux

La Grèce fascine. Fait-elle partie de l’Europe? Ses traditions sont-elles compatibles avec la démocratie? Quel rôle attribuer à l’Église orthodoxe dans la réalité grecque d’aujourd’hui?

Voici les questions posées par le récent ouvrage collectif édité par Vasilios Makrides (Université d’Erfurt, Allemagne) et Victor Roudometof (Université de Chypre), Orthodox Christianity in 21st Century Greece (Ashgate 2010).

Le volume intègre des travaux amorcés au 28e colloque de la «Société internationale de sociologie des religions» (Zagreb 2005), ainsi que des contributions plus récentes, dans un objectif bien identifié: décrire et expliquer une modernité typiquement grecque, en relevant ses caractéristiques religieuses, mais aussi revenir sur des stéréotypes bien ancrés et montrer les changements importants que l’Église grecque a connu ces dernières années.

Relevant du domaine de la sociologie, fort peu fréquenté par les spécialistes de l’orthodoxie contemporaine, l’ouvrage procède d’une double méthodologie, historique et comparatiste. Continuer la lecture de La religion en Grèce aujourd’hui : matériaux et questionnements nouveaux

Mais où se cache donc Cyprien ?

L’exposition «Sainte Russie», qui se déroule au Louvre jusqu’au 24 mai 2010, n’a pas fini de faire parler d’elle. L’archimandrite Job Getcha nous propose ici quelques «stations» —στάσεις— qui nous permettent de mieux comprendre le contexte dans lequel certaines pièces exceptionnelles, qui y sont exposées, ont été produites: icône de la «Rencontre de l’icône miraculeuse de la Vierge de Vladimir», copie de l’icône miraculeuse attribuée à André Roublev, icônes de la Vierge de Maxime, et de la Vierge de Pimène, manuscrit de l’Échelle de saint Jean Climaque, epitrachelion du métropolite Photios… Le fil conducteur de ce parcours nous est donné par le métropolite Cyprien Tsamblak (†1406), une figure ecclésiastique de premier plan sur laquelle le P. Job prépare actuellement un ouvrage. Continuer la lecture de Mais où se cache donc Cyprien ?

Madame Merkel et le sultan

Parfois, il vaut mieux attendre…

Dans son 4e fascicule de l’année 2006, tout fraîchement sorti des presses, la revue Ορθοδοξία – Ortodoksia fait état de la visite de la chancelière allemande au Phanar, une visite qui a eu lieu le 6 octobre 2006.

Hasard de la rédaction ou clin d’œil du rédacteur, une photo très suggestive, prise par N. Manginas, illustre la courte notice informative.

Sous une mosaïque représentant Mehmet II le Conquérant en compagnie de Georges Gennade Scholarios, le patriarche Bartholomée Ier échange des politesses avec Mme Angela Merkel.

Nous laisserons à d’autres, plus compétents que nous, le soin de faire l’exégèse – nécessairement typologique – de la scène, en souhaitant seulement que cette photo, rendue à son actualité par les aléas du «temps orthodoxe», contribuera à détendre la détestable ambiance qui règne en ce moment dans les relations germano-helléniques. Continuer la lecture de Madame Merkel et le sultan

Bibliophiles et hymnographes. Nouveaux matériaux pour l’étude des “acolouthies”.

st charalampos1774

«Veillez et priez !» Selon Mt 26, 42, le Chrétien doit s’adonner à la prière continuelle.

Dans le culte orthodoxe, celle-ci est pratiquée à travers une succession de célébrations et de prières qualifiées d’«acolouthies» (ακολουθίαι), terme technique également appliqué aux suites mathématiques.

Il existe plusieurs types d’acolouthies. Les acolouthies régulières sont régies par le Typikon vers lequel convergent les livres liturgiques de l’Horologe (prières quotidiennes), de la Paraclétique (prières hebdomadaires), du Triode (célébrations du cycle prépascal), du Pentecostaire (célébrations de Pâques à la Pentecôte) et des Ménées (fêtes fixes).

Quant aux acolouthies exceptionnelles (sacrements, bénédictions, inaugurations d’églises, prières pour les malades, etc.), elles suivent les dispositions de l’Euchologe. Continuer la lecture de Bibliophiles et hymnographes. Nouveaux matériaux pour l’étude des “acolouthies”.

Sous le regard du Très-Haut

Pantocrator, Chora, Istanbul

Il fait beau, enfin.
Les rats quittent leurs bibliothèques et les grenouilles leurs bénitiers.
Sur la plus grande photo du monde, deux jolies coupoles orthodoxes se faufilent parmi les toits de Paris.
Regardez!

Saint-Alexandre-Nevski (1861)

Saint-Stéphane (1895)

*


• Sur ces monuments parisiens, on pourra lire :

N. ROSS, Saint-Alexandre-sur-Seine: l’église russe de Paris et ses fidèles. Des origines à 1917 (Collection historique de l’Institut d’études slaves 79), Paris 2005, 320 p.
A. TOMADAKIS, A. CHRYSSOSTALIS, Saint-Stéphane – Agios Stephanos. Livre du centenaire de la cathédrale orthodoxe grecque Saint-Stéphane de Paris (Archevêché orthodoxe grec en France), Paris 1995, 107 p.

• Sur la plus grande photo du monde : Paris 26 gigapixels

Photo: Le Pantocrator de Chora, Istanbul, Turquie.

Une énigme médiévale résolue : le roman de Barlaam et Joasaph a trouvé son auteur

PhotoBarlaam

Quel médiéviste n’a un jour ou l’autre rencontré l’Histoire de Barlaam et Joasaph ? Quel orientaliste n’a exploré les innombrables versions de cette légende chrétienne inspirée de la vie du Bouddha? Quel byzantiniste n’a réfléchi à la question si controversée de son auteur, une énigme digne des meilleurs romans policiers? Robert Volk nous en donne la solution, avec un monumental ouvrage de plus de 1100 pages, qui livre les résultats de vingt ans d’un travail acharné.

Continuer la lecture de Une énigme médiévale résolue : le roman de Barlaam et Joasaph a trouvé son auteur

Un poète byzantin enfin traduit en français : Jean Géomètre

zemeniMilitaire de carrière et érudit, aristocrate élégant et dévot, Jean Géomètre (vers 935/40-1000) a vécu sur le mode de l’oxymore, et son œuvre poétique, encore peu connue et souvent mal jugée, est profondément empreinte de ces contrastes. Profanes et religieux à la fois, ses poèmes puisent simultanément à trois sources, l’Iliade d’Homère, les Carmina theologica de Grégoire de Nazianze et l’Anthologie palatine, qu’ils exploitent avec virtuosité en jouant habilement sur la vaste gamme des nuances offertes par la rhétorique byzantine. Ce style « difficile à apprécier pour notre esprit profondément occidental » (p. xiii) est pourtant rendu accessible par le beau travail d’Emilie van Opstall. Continuer la lecture de Un poète byzantin enfin traduit en français : Jean Géomètre