Un ouvrage remarquable conservé à l’IFEB : la Bible de Moscou de 1663

Les spécialistes le savent bien : la prestigieuse “Bible de Moscou” est un ouvrage aussi illustre que rare à trouver dans les bibliothèques occidentales. Un exemplaire en est cependant conservé à l’Institut français d’études byzantines (Bibliothèque Jean de Vernon, ICP, Paris).

Il est issu de la collection constituée par Pie Neveu (1877-1946), évêque latin de Moscou de 1926 à 1936(*). Ce dernier l’a légué à l’IFEB avec une série d’autres ouvrages majeurs pour le monde slave : Trebnik de Pierre Mohila (Kiev 1646), Kormčaja kniga (1653), Kamen Very de Stefan Javorskij (Pečerskaja Lavra 1730), éditions anciennes du Dobrotoljubie. Continuer la lecture de Un ouvrage remarquable conservé à l’IFEB : la Bible de Moscou de 1663

Actualité de Jean Meyendorff (1926-1992)

 

Du 9 au 11 février 2012, l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge (Paris) organise un colloque international pour honorer la mémoire du byzantiniste Jean Meyendorff, décédé il y a vingt ans, le 22 juillet 1992. On consultera ici sa vaste bibliographie, en anglais et français, et on notera que deux de ses œuvres ont été rééditées récemment : Le Christ dans la théologie byzantine (Paris, Cerf 2010), Initiation à la théologie byzantine (Paris, Cerf, 2010). Sur cette dernière, nous publions aujourd’hui un compte-rendu de lecture écrit par Sophie Tyser, étudiante en Master à l’EPHE. Continuer la lecture de Actualité de Jean Meyendorff (1926-1992)

“Riches et pauvres dans l’Église ancienne”. Une réédition d’actualité

Au début des années ’60, en pleine époque des Trente glorieuses, la collection « Lettres chrétiennes » publiait un volume intitulé Riches et pauvres dans l’Église ancienne. Les Éditions Migne, qui à côté des collections « Pères dans la foi » et « Bibliothèque » redonnent vie à « Lettres chrétiennes », rééditent ce volume dans un contexte totalement différent, en pleine « crise de la zone euro ». Or il s’avère que les textes patristiques ici traduits sont plus que jamais en résonance avec l’actualité. Continuer la lecture de “Riches et pauvres dans l’Église ancienne”. Une réédition d’actualité

Une traduction japonaise de la Philocalie

Publiée pour la première fois à Venise, en 1782, la Philocalie des saints neptiques de Macaire de Corinthe (1731-1805) et Nicodème l’Hagiorite (1749-1809) a tenu lieu d’assise à toute la spiritualité orthodoxe, grecque ou slave, du 18e siècle à nos jours. Sur cette longue période, ce livre important – qui présente au fil des 1206 pages de l’original grec les textes d’une trentaine d’auteurs – a connu d’importants remaniements ou adaptations et de nombreuses traductions. Je cite ici les plus connues. Continuer la lecture de Une traduction japonaise de la Philocalie

Grégoire de Nazianze au 9e siècle. Présentation publique du Paris gr. 510

Le Paris gr. 510, luxueux manuscrit des Homélies de Grégoire de Nazianze, a été copié et enluminé pour le compte de Basile Ier, fondateur de la dynastie macédonienne. Il est remarquable pour la pureté de son texte, la qualité de son écriture en onciales, ainsi que pour la richesse de ses enluminures. Continuer la lecture de Grégoire de Nazianze au 9e siècle. Présentation publique du Paris gr. 510

A l’aube de la psalmodie orthodoxe moderne: le Doxastarion de Pierre Lampadarios et sa transcription par les « Maîtres du nouveau système » (Bucarest, 1820)

Dimitrios Zaganas, prôtopsaltès et fin connaisseur de la musique byzantine, m’a transmis ce billet que je suis très heureuse de publier ici:

Continuer la lecture de A l’aube de la psalmodie orthodoxe moderne: le Doxastarion de Pierre Lampadarios et sa transcription par les « Maîtres du nouveau système » (Bucarest, 1820)

Cinq cent cinquante-huit ans après… Un nouveau livre sur la prise de Constantinople

Cinq cent cinquante-huit ans après, et comme si c’était hier… Les événements dramatiques du 29 mai 1453 continuent de fonder l’identité et de nourrir l’imaginaire d’une bonne partie des populations du Sud-Est européen. Depuis ce mardi noir où le temps s’est figé, lamentations (θρήνοι), visions et prophéties prolifèrent, expressions d’un cauchemar dont nul ne semble réveillé. Continuer la lecture de Cinq cent cinquante-huit ans après… Un nouveau livre sur la prise de Constantinople

Écrits d’un exilé du Mont Athos

À l’occasion de la publication récente de deux recueils posthumes de Basile Krivochéine (1900-1985), le P. Job Getcha m’a communiqué le compte-rendu qu’on lira ci-dessous. Je lui renouvelle mes remerciements pour sa fidélité à « Graecia orthodoxa » ainsi que pour la générosité avec laquelle il contribue à ce blog. Continuer la lecture de Écrits d’un exilé du Mont Athos

La Revue des études slaves passe au numérique

Nous venons de l’apprendre : la mise en ligne de la Revue des études slaves sur le portail Persée est désormais une réalité. On peut d’ores et déjà consulter le texte complet des années 1992-2005 à l’adresse Revue des études slaves – version numérique. Les autres numéros seront mis en ligne prochainement.

Illustration : Eugène Delacroix, Saint Georges combattant le dragon, ou Persée délivrant Andromède (1847).

Femmes grecques, sorcières à Venise

Isabella était la fille naturelle du noble vénitien Zan Paolo Malipiero. Avec un grec de Rhodes prénommé Théodore, elle eut une fille, Tarsia, qui grandit parmi les grecs de la diaspora. Très jeune, Tarsia entra comme novice au monastère féminin orthodoxe de Venise, où elle reçut son éducation. Elle en sortit pourtant à l’âge de 13 ans, pour épouser un marin originaire d’Andros, lui aussi appelé Théodore. Au cours d’un voyage, Théodore fut capturé par des Turcs et disparut à jamais. Continuer la lecture de Femmes grecques, sorcières à Venise