Un prince pour Noël

Date 22 décembre 2011

Un domaine d’études en grande partie inexploré, une abondance de sources inédites et désormais numérisées. Voilà de quoi faire le bonheur des spécialistes du christianisme orthodoxe. Ces derniers jours, au hasard de mes lectures sur l’admirable base de données de l’Université Aristote de Thessalonique, mon attention a été retenue par un manuscrit de la Bibliothèque d’Argyroupolis (actuellement à Naoussa en Macédoine).

Vestiges de l’hellénisme de la Mer Noire, les manuscrits d’Argyroupolis ont été entièrement numérisés. Ils sont librement accessibles en ligne depuis juillet dernier. Le n°65  est un épais volume copié dans la seconde moitié du 18e siècle, comme le montrent deux annotations de Iôannès Serbanos (7 octobre 1768: f°432) et Panagiôtès Serbanos de Trébizonde (1771: f°137), étudiants à l’Académie princière de Bucarest.

Aux f° 513-545 de l’Argyr. 65 (fichiers numériques XI et XII), on rencontre une série de vingt-cinq discours inédits, composés par un personnage peu connu, Nicolas Chiliodromeus (Χιλιοδρομεύς), directeur de l’Académie princière de Jassy de 1733 à 1760/68, et proche de l’écrivain et poète Constantin/Kaisarios Dapontes (1713/14-1784). Suivant une indication d’A. Camariano-Cioran (1), j’ai comparé cette série de discours à une autre, présente dans le ms. Bucarest, Bibliothèque de l’Académie Roumaine 702 (2), et imputable au même Chiliodromeus. La comparaison de ces deux séries de discours m’a permis d’arriver au résultat suivant:

Les manuscrits Argyr. 65 et BAR 702 ont conservé un total de trente discours prononcés par le directeur de l’Académie princière de Jassy, de Noël 1733-34 à l’Épiphanie 1764-67. Ces discours sont nommément adressés, dans leur grande majorité, aux princes de Moldavie Constantin Mavrocordato, Grégoire II Ghika, Jean II Mavrocordato, Constantin Racoviţă, Matei Ghika, Skarlat Ghika et Grégoire III Ghika. On trouvera ci-dessous leur liste exacte sous forme de tableau récapitulatif.

Quatre de ces discours sont des éloges aux princes, composés à l’occasion de leur accession au trône de Moldavie (n° 8, 11, 21, 24). Deux autres sont adressés à d’autres personnages de la cour: Constantin Kaminarès/Dapontès (n°20) et un certain comte Alexandre (n°25). Mais les plus intéressants pour notre propos sont ceux qui ont été prononcés à l’occasion des fêtes de Noël (n° 1, 3, 6, 9, 12, 15, 18, 22, 26, 27, 30), de l’Épiphanie (n° 4, 10, 13, 16, 19, 23, 28, 30) et de Pâques (n° 2, 5, 7, 14, 17, 29). En effet, ils révèlent une information historique qui nous était inconnue. De quoi s’agit-il ?

À partir de 1728, à la suite de la réorganisation de l’instruction initiée par Grégoire II Ghika et poursuivie par Constantin Mavrocordato, l’Académie de Jassy s’était vue attribuer des responsabilités accrues, notamment la gestion d’un enseignement plurilingue (“hellène, grec et moldave” et plus tard latin, “arabe” et turc ottoman), gratuit et obligatoire, destiné aussi bien aux enfants des boyards qu’aux pauvres et aux “étrangers”. Cet enseignement était majoritairement financé par la Principauté moldave et soumis au contrôle strict et permanent de sa Métropole.

Dans ce contexte, les princes régnants de Moldavie ne manquaient pas de visiter personnellement l’Académie plusieurs fois dans l’année. Telle est l’information que révèlent les discours de Chiliodromeus, qui s’insèrent dans cette réalité. Ainsi, nous constatons que les princes se rendaient à l’Académie de préférence à Noël, souvent à l’Épiphanie, plus rarement à Pâques, généralement accompagnés de leurs épouses et bien sûr de leur cour. Le point culminant de la cérémonie était le discours du directeur. Il célébrait la fête du jour et faisait en même temps l’éloge appuyé de l’illustre visiteur. Ces festivités, attestées depuis 1733-34, eurent cours jusqu’au déclenchement de la guerre russo-turque en 1768.

On imagine bien l’effervescence des préparatifs. Maîtres et étudiants recevaient en effet un prince pour Noël.

(1) A. Camariano-Cioran, Les Académies princières de Bucarest et de Jassy et leurs professeurs, Thessalonique 1974, p. 557.

(2) C. Litzica, Catalogul manuscriptelor greceşti, Bucarest 1909, p. 442-444.

Les trente discours inédits de Nicolas Chiliodromeus et leurs destinataires

[1] Ἐγκώμιον πρὸς τὸν ὑψηλότατον αὐθέντην τῆς Μολδαβίας κύριον Ἰωάννην Κωνσταντῖνον Νικολάου βοεβόδα, ἐκφωνηθὲν κατὰ τὴν ἑορτὴν τῆς Χριστοῦ γεννήσεως, ποίημα Ἰωάννου τοῦ Χιλοδρομέως Constantin Mavrocodato,
Noël 1733-34
BAR, f°117; Argyr. (XI) p. 79
[2] Εἰς τὴν ἀνάστασιν τοῦ Χριστοῦ. Ἰωάννην Κωνσταντῖνον Νικολάου βοεβόδα Constantin Mavrocodato,
Pâques 1734-35
BAR f°119v; Argyr. p. 84
[3] Τοῦ αὐτοῦ πρὸς τὸν αὐτὸν αὐθέντην κατὰ τὴν ἑορτὴν τῆς κατὰ σάρκα γεννήσεως τοῦ Κυρίου Constantin Mavrocodato,
Noël 1733-34
BAR f° 121; Argyr. p. 36
[4] Τοῦ αὐτοῦ πρὸς τὸν αὐτὸν αὐθέντην κατὰ τὴν ἑορτὴν τῶν ἁγίων θεοφανείων Constantin Mavrocodato,
Épiphanie 1734-35
BAR f° 122v; Argyr. p. 39
[5] Πρὸς τὸν αὐτὸν αὐθέντην κατὰ τὴν ἑορτὴν τῆς τοῦ Χριστοῦ ἀναστάσεως Constantin Mavrocodato,
Pâques 1734-35
BAR f° 124; Argyr. p. 41
[6] Εἰς Χριστοῦ γέννησιν Non identifié Argyr. p. 87
[7] Εἰς τὴν ἀνάστασιν Non identifié Argyr. p. 92
[8] Τοῦ αὐτοῦ πρὸς τὸν Γρηγόριον αὐθέντην κατὰ τὴν ἡμέραν τοῦ προβιβασμοῦ αὐτοῦ ἐπὶ τον θρόνον ἐκφωνηθὲν Grégoire II Ghika,
16 nov. 1735
BAR f° 125; Argyr. p. 44
[9] Τοῦ αὐτοῦ πρὸς τὸν αὐτὸν αὐθέντην κατὰ την ἑορτὴν τῆς κατὰ σάρκα γεννήσεως τοῦ Κυρίου Grégoire II Ghika,
Noël 1735-41
BAR f° 127; Argyr. p. 47
[10] Τοῦ αὐτοῦ πρὸς τὸν αὐτὸν αὐθέντην κατὰ τὴν ἑορτὴν τῶν θεοφανείων Grégoire II Ghika,
Épiphanie 1736-41
BAR f° 129v; Argyr. p. 51
[11] Ἐγκώμιον πρὸς τὸν ὑψηλότατον αὐθέντην τῆς Μολδαβίας κύριον Ἰωάννην Ἰωάννην Νικολάου βοεβόδαν, ἐκφωνηθὲν κατὰ τὴν ἡμέραν τοῦ προβοβασμοῦ αὐτοῦ εἰς τὸν ἔκλαμπρον θρόνον τῆς ἡγεμονίας Νικολάου Χιλιοδρομέως ποίημα Jean II Mavrocordato,
juillet 1743
BAR f° 131v; Argyr. p. 54
[12] Τοῦ αὐτοῦ πρὸς τὸν αὐτὸν αὐθέντην τῆς Μολδαβίας κατὰ τὴν ἑορτὴν τῆς Χριστοῦ γεννήσεως Jean II Mavrocordato,
Noël 1743-46
BAR f° 133; Argyr. p. 57
[13] Τοῦ αὐτοῦ πρὸς τὸν αὐτὸν αὐθέντην κατὰ τὴν τῶν θεοφανείων ἑορτην Jean II Mavrocordato,
Épiphanie 1744-47
BAR f° 135v; Argyr. p. 62
[14] Τοῦ αὐτοῦ πρὸς τον αὐτὸν αὐθέντην, κατὰ τὴν ἑορτὴν τῆς ἀναστάσεως τοῦ Κυρίου Jean II Mavrocordato,
Pâques 1744-47
BAR f° 137v; Argyr. p. 66
[15] Τοῦ αὐτοῦ πρὸς τον αὐτὸν αὐθέντην, κατὰ τὴν ἑορτὴν τῆς Χριστοῦ γεννήσεως Jean II Mavrocordato,
Noël 1743-46
BAR f° 138v; Argyr. p. 68
[16] Κατὰ τὴν τῶν θεοφανείων Non identifié BAR f° 140; Argyr. p. 71
[17] Κατὰ τὴν τῆς ἀναστάσεως ἑορτὴν Non identifié BAR f° 141v; Argyr. p. 73
[18] Τοῦ αὐτοῦ πρὸς τον αὐτὸν αὐθέντην, κατὰ τὴν ἑορτὴν τῆς Χριστοῦ γεννήσεως Jean II Mavrocordato,
Noël 1743-46
BAR f° 143; Argyr. p. 75
[19] Κατὰ τὴν ἑορτὴν τῶν θεοφανείων Non identifié BAR f° 145
[20] [Ἕτερον εἰς τὸν Κωνσταντῖνον Καμινάρην] [Constantin Dapontes,
1743-47]
BAR f°159
[21] Διὰ τὸν ἐρχομὸν τοῦ ὑψηλοτάτου αὐθέντου κυρίου Ἰωάννου Κωνσταντίνου Μιχαὴλ Ρακοβίτζα βοεβόδα Constantin Racoviţă,
31 juillet 1749
Argyr. p. 95
[22] Κατὰ τὴν ἑορτὴν τῆς Χριστοῦ γεννήσεως. Εἰς τὸν Ματαίην Γκίκα βοεβόδα Matei Ghika,
Noël 1753-55
BAR f° 148
[23] Ἐγκώμιον εἰς τὴν ἑορτὴν τῶν ἁγίων θεοφανείων, Ἰωάννου Ματαίη Γκίκα βοεβόδα Matei Ghika,
Épiphanie 1754-56
BAR f° 157
[24] Ἐγκώμιον εἰς τὸν προβιβασμὸν τοῦ ὑψηλοτάτου αὐθέντου Ἰωάννου Σκαρλάτου Γκίκα βοεβόδα Skarlat Ghika,
2 mars 1757
BAR f° 151
[25] [Τοῦ αὐτοῦ πρὸς τὸν Ἀλέξανδρον κόμισιν] Non identifié BAR f° 158
[26] Εἰς τὴν Χριστοῦ γέννησιν Non identifié Argyr. (XII), p. 1
[27] Εἰς τὴν Χριστοῦ γέννησιν Non identifié Argyr., p. 4
[28] Κατὰ τὴν ἐορτὴν τῶν θεοφανείων Non identifié Argyr., p. 8
[29] Εἰς τὴν ἀνάστασιν Non identifié Argyr., p. 12
[30] Κατὰ τὴν ἑορτὴν τῶν θεοφανείων. Des. Πολυχρόνιον … τὸν Ἰωάννην Γρηγόριον Γκίκα βοεβόδα… Grégoire III Ghika,
1764-1767
Argyr., p. 14-18

 

• N.B. : les numéros de folios n’apparaissent pas sur les photos en ligne du ms. Argyr. 65. Nous renvoyons donc aux numéros des pages selon les fichiers pdf, en l’occurrence les fichiers 11 (XI) et 12 (XII) qui contiennent les discours.

• Illustrations: Basil Lupu, fondateur de l’Académie de Jassy en 1640 et son épouse. Fresque de l’église des Trois-Hiérarques, Jassy (Roumanie). — Argyr. 65, f° 432 et fichiers XI, p. 41 et XII, p. 18.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche