Une Chaîne sur l’Octateuque à l’Institut français d’études byzantines

Date 23 novembre 2011

Nées en Égypte ou en Palestine, aux 5e-6e siècles, les chaînes exégétiques (Catenae, Σειραί) sur l’Ancien ou le Nouveau Testament ont, depuis cette époque, contribué à faciliter la compréhension des Écritures. Constituées d’extraits des grands commentaires d’auteurs tels qu’Origène, Théodoret de Cyr ou Cyrille d’Alexandrie, entre autres, elles ont conservé à travers les âges de nombreux fragments d’œuvres parfois perdues. De ce fait, les patristiciens et les philologues modernes ont considéré les chaînes comme un réservoir de textes anciens, les abordant de préférence du point de vue de la rareté et de l’intérêt de leurs fragments particuliers. On citera ainsi les travaux de Françoise Petit, qui a édité une reconstitution du commentaire de Sévère d’Antioche sur l’Exode (Leuven 1999).

Dans ce mouvement d’enthousiasme pour les précieuses pépites que les chaînes recelaient, on a souvent négligé d’étudier ces dernières du point de vue de leur caractère spécifique et de leur histoire. Car les chaînes, présentes dans plusieurs centaines de manuscrits datables du 7e au 18e siècle, appartiennent à un genre bien particulier.  Ce sont avant tout des «bibliothèques» ou des florilèges accompagnant la lecture scripturaire et fondant la réflexion théologique. Bien entendu, toutes les chaînes ne présentent pas un intérêt équivalent : certaines recèlent en effet des textes très rares ; d’autres sont de véritables œuvres d’art, en raison de leur riche décoration (1) ; d’autres enfin, plus modestes, témoignent seulement de la pérennité et de l’ample diffusion du genre, non seulement à Byzance, mais aussi à l’époque moderne.

Pour ce qui est de l’exégèse de l’Ancien Testament, les chaînes sur l’Octateuque (Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome, Josué, Juges, Ruth) détiennent une place à part. Il en existe une quarantaine de témoins (9e-18e s.). En 1772-1773, à Leipzig, paraît la première et unique édition d’une Chaîne sur l’Octateuque, par les soins de l’érudit grec Nicéphore Théotokis et grâce au soutien financier du prince moldave Grégoire Ghika. Très critiquée de nos jours, en raison du fait que l’éditeur était intervenu sur le texte, le corrigeant et l’amplifiant de nouvelles citations, et le transformant ainsi en une œuvre nouvelle du point de vue de l’exégèse, cette édition a été préparée dans une grande effervescence, minutieusement décrite par Théotokis dans sa préface :

Lorsque je séjournais à Constantinople [1763-1764], je bénéficiais de l’hospitalité du très honorable prince [Grégoire Ghika], ce qui me donnait le loisir de feuilleter les manuscrits de sa bibliothèque. C’est ainsi que je pris connaissance de celui-ci (2) avec une joie que je n’ose évoquer. Or, il me sembla qu’un tel livre ne devait pas rester dans l’obscurité de sa cachette, comme c’était le cas, mais qu’il fallait le sortir au grand jour et le faire connaître au moyen de l’imprimerie [...]. Avant de me mettre à la tâche, je fis jouer tous les ressorts pour trouver d’autres livres pareils à celui-ci, dans le but de suppléer précisément, par la collation, à des lacunes imputables à des oublis, à des corruptions dues à l’ancienneté et à tous les autres défauts, quels qu’ils soient. J’ai donc recherché de tels livres non seulement dans des bibliothèques publiques et privées [de Constantinople], mais également dans les sous-sols <du monastère> de Halki. Par l’intermédiaire de personnes très respectables, j’ai également sollicité le très saint métropolite de Smyrne (3). On disait en effet qu’un tel manuscrit avait été conservé dans cette région. De même, j’ai montré mon livre aux sept supérieurs des grands monastères cénobitiques de l’Athos, venus à ce moment à Constantinople, en leur demandant si rien de tel ne se trouvait dans leurs vénérables monastères (4). Mais ces efforts ne donnèrent aucun résultat. Il semblait donc que mes actions avaient été vaines et j’avais perdu tout espoir. C’est alors que le grand spathaire Alexandre Konstantinou, le noble ami des muses, vint à moi de sa propre initiative et me remit un livre semblable, qu’il avait dans sa propre bibliothèque (5).

Le manuscrit entier du prince [Ghika] fut donc transcrit par plusieurs mains, et collationné avec le second, et avec des textes de commentateurs édités, tous ceux que je pus trouver [à Constantinople]. Il paraissait ainsi prêt à être envoyé à l’imprimerie. Désirant cependant perfectionner le livre, j’entrepris de faire la comparaison de la plus grande partie des commentaires avec les meilleures éditions de ceux-ci. Deux d’entre elles seulement, celle de Philon et celle d’Origène, ne me furent rendues accessibles que tardivement, alors que j’étais déjà au milieu de mon édition de la Genèse [...]. Mais il manquait encore quelque chose, les commentaires inédits de Procope de Gaza sur l’Octateuque, qui sont extrêmement difficiles à trouver. Je pus eux aussi les obtenir grâce aux très illustres, très généreux et très libéraux Seigneurs de la noblesse d’Augsbourg, zélés promoteurs de l’instruction, qui les mirent à ma disposition avec empressement et m’envoyèrent le manuscrit qui les contenait (6) » (Préface de la Chaîne sur l’Octateuque, p. δ´-ε)

Ces quelques lignes nous montrent, très justement, l’intérêt extraordinaire de grands dignitaires orthodoxes pour l’édition monumentale de la Chaîne sur l’Octateuque. Il est évident que cet engouement ne peut être expliqué par la seule érudition : au milieu du 18e siècle, une exégèse proprement orthodoxe devait être réhabilitée, valorisée, diffusée par la voie de l’imprimerie, dans le but de fonder un renouveau de la réflexion théologique. Peut-on dire cependant que cette édition constituait une redécouverte de la tradition exégétique grecque, comme Théotokis le laisse penser dans sa préface, et comme on le remarque généralement ? L’identification, à l’Institut français des études byzantines, d’un nouveau manuscrit de la Chaîne sur l’Octateuque, révèle une réalité plus nuancée : vingt ans avant que Nicéphore Théotokis n’entreprenne son édition, un homme d’église cultivé lit et copie encore une chaîne sur l’Ancien Testament, comme l’avaient fait avant lui de nombreux byzantins. Et sans doute, il n’est pas le seul à le faire à ce moment (7).

La chaîne sur l’Octateuque de l’Institut français d’études byzantines

L’IFEB 1 n’a jamais été décrit. Je l’ai examiné récemment : c’est un in-f° de papier (49 × 36 cm), rassemblant dans le désordre six cahiers + deux feuillets isolés pour un total de 44 folios. Il a une reliure demi-toile et coins du 19e-20e siècle.

Contenu

Le manuscrit ne comporte pas de titre. Le texte est copié suivant les procédés de la « chaîne encadrante » : texte biblique complet, avec lemmes, au centre ; commentaires en caractères de taille inférieure, répartis en colonnes, à gauche, à droite, en bas et parfois même en haut du texte biblique. Certains rappels de lemmes signalent occasionnellement les correspondances. Du point de vue du contenu, la distribution du texte est la suivante :

Feuillet isolé 1 1r Lévitique : fin du commentaire, sans texte biblique.
Cahier I 2r-8v Exode 29, 4-35, 34, avec commentaires.
Feuillet isolé 2 9r-v Nombres 7, 24-7, 89, avec commentaires.
Cahier II 10r-14v Nombres 8, 1-16, 26, avec commentaires.
Cahier III 15r-22v Nombres 16, 27-26, 63 avec commentaires.
Cahier IV 23r-29r Nombres 26, 64-36, 9 avec commentaires, jusqu’à la fin de ce livre.
30r-30v Introduction au Deutéronome.
30v Deutéronome 1, 1-6, avec commentaire.
Cahier V 31r Introduction aux Nombres.
31r-36v Nombres 1, 1-7, 24, avec commentaires.
Cahier VI 37r-44v Genèse 24, 49-30, 44, avec commentaires.

Ce relevé désigne une Chaîne sur le Pentateuque, conservée pour un cinquième seulement, mais avec l’intégralité du livre des Nombres (31r-36v + 9r-29r). Cependant, comme je le montrerai ci-dessous, l’IFEB 1 est en réalité le fragment d’une Chaîne sur l’Octateuque (8).

Date de la copie et identification du copiste

La date et le nom du copiste de l’IFEB 1 sont indiqués dans deux annotations :

« Fin et gloire à Dieu. 1743. 31 juillet. Macaire de Chios » (1r : Τέλος καὶ τῷ Θεῷ δόξα. 1743. Ἰουλίῳ 31. Μακάριος Χῖος) ; « Fin du livre des Nombres, avec l’aide de Dieu. 1743. 15 août. Macaire de Chios » (29r : Τέλος σὺν Θεῷ τῆς βίβλου τῶν Ἀριθμῶν. ᾳψμγ´. Αὐγούστῳ 15. Μακάριος Χῖος).

La date ne fait aucun doute, la copie du livre du Lévitique ayant été achevée le 31 juillet 1743 et celle du livre des Nombres quinze jours plus tard, soit le 15 août de la même année. Quant au copiste, j’ai réussi à l’identifier à partir du témoignage d’un autre manuscrit décrit en 1899 par Papadopoulos-Kerameus (9). Il s’agit de Mikes Bouros, fils de Kozès (Μικὲς Κοζῆ Βοῦρος), procurateur laïc (ἐπίτροπος) du Métochion du Saint-Sépulcre, à Chios, à la date du 12 mai 1725 (10). Les archives de Nea Monè le mentionnent comme laïc en 1717, 1719 et 1731 (11). Nous devons de ce fait supposer que Mikes Bouros prit l’habit et devint hiérodiacre (ἱεροδιάκονος) sous le nom de Macaire entre 1731, au plus tôt, et 1743, au plus tard.

Mais quel est donc le manuscrit ayant permis l’identification de ce personnage? Il s’agit du Constantinople, Métochion du Saint-Sépulcre 1, actuellement conservé à Athènes. Ce codex est composé de trois parties bien distinctes. La troisième, qui ne comporte que sept folios, est un fragment d’une Chaîne sur l’Octateuque, plus précisément sur les livres des Juges et de Ruth. On y trouve une note très intéressante pour notre propos, puisqu’elle rappelle en tous points les deux indications de date données dans l’IFEB 1 :

« Fin du livre scripturaire des Juges d’Israël, avec l’aide de Dieu. 1743. 6 septembre. Amen. Macaire de Chios » (4v : Τέλος σὺν Θεῷ τῆς τῶν Κριτῶν Ἰσραὴλ ἁγιογράφου βίβλου. ᾳψμγ´. Σεπτεμβρίῳ ς´. Ἀμὴν. Μακάριος Χῖος).

Cependant, c’est le long colophon conservé par ce manuscrit (7r) qui constitue notre meilleure source d’information. Le copiste, qui n’est autre que Mikes Bouros –entre temps devenu Macaire–, nous livre lui-même son nom de famille. Il décrit de surcroît la teneur de son travail de copie ainsi que les codices lui ayant servi de modèle :

Du présent livre de l’Octateuque, le Pentateuque a été recopié à partir d’un ancien manuscrit, lacunaire au début et ne comportant pas de mention du copiste ou de la date à laquelle il a été copié, à la fin. Quant aux trois livres suivants, ils ont été recopiés à partir d’un manuscrit similaire au premier, fait sous le règne de […] Alexis Comnène et Jean Porphyrogenète. Fait le 12 du mois de novembre, à la neuvième heure, année 6612 de la création du monde, 12e indiction, sur ordre de l’illustre Léon protonobelissime et familier du feu basileus. Copié de la main de Jean Xenos et Koulix. C’est donc à partir de ces deux [manuscrits] qu’elle a été recopiée de la main de Macaire Bouros, hiérodiacre, originaire de l’île de Chios. En l’an 1743 depuis la naissance de Dieu, le jeudi 8 septembre, 7e indiction.

Τῆς δὲ παρούσης Ὀκτατεύχου βίβλου ἡ μὲν Πεντάτευχος ἔκ τινος ἀντιγράφου παλαιοῦ ἀναγέγραπται, ἐλλειποῦς μὲν τὴν ἀρχὴν, ἐν τῷ τέλει δὲ, οὔτε τὸν γράψαντα, οὔτε τὸν χρόνον καθ´ὃν γέγραπται ἔχοντος· ἡ δὲ λοιπὴ τρίτευχος, ἀναγέγραπται ἔκ τινος ὁμοίου τῷ πρώτῳ ἀντιγράφῳ, γεγονότος ἐπὶ βασιλείας τοῦ κραταιωτάτου καὶ εὐσεβεστάτου βασιλέως καὶ αὐτοκράτορος Ρωμαίων Ἀλεξίου τοῦ Κομνηνοῦ καὶ Ἰωάννου τοῦ βασιλέως τοῦ πορφυρογεννήτου· ἐκτελεσθέντος μηνὶ νοεμβρίῳ ιβ´ νυκτὸς ὥρᾳ θ´ κατὰ τὸ ςχιβ´ ἔτος ἀποκτίσεως κόσμου [=1103]· ἰνδικτιῶνος ιβ´ διὰ προσταγῆς τοῦ ἐκλαμπροτάτου Λέοντος πρωτονοβολησίμου [sic] καὶ οἰκειοτάτου τῷ ἀοιδίμῳ βασιλεῖ· και διὰ χειρὸς γραφέντος Ἰωάννου τοῦ Ξένου καὶ Κούλικος. Ἐκ τούτων οὖν ἀναγραφεῖσα καὶ αὔτη διὰ χειρὸς Μακαρίου ἱεροδιακόνου Βούρου· ἐκ νήσου Χίου· κατὰ τὸ ᾳψμγ´ ἀποθεογονίας ἐν μηνὶ σεπτεμβρίῳ η´ ἡμέρα ε´· ἰνδικτιῶνος ζ´(12).

Les informations très claires livrées par le Constantinople, Métochion du Saint-Sépulcre 1, combinées à celle que j’ai relevées dans l’IFEB 1, permettent d’établir que ces deux manuscrits sont les fragments d’un même codex, à savoir une Chaîne sur l’Octateuque copiée de juin/juillet au 8 septembre 1743. Son copiste, Mikes/Macaire Bouros, a travaillé à partir de deux manuscrits byzantins, dont l’un au moins est identifiable : il s’agit de l’actuel Londres, Lambeth Palace 1214 (a. 1103). Le second, qui contient une Chaîne sur le Pentateuque d’époque « similaire » (ἔκ τινος ὁμοίου), est peut-être le Patmos 216 (11e s.).

Reste à savoir en quel lieu l’IFEB 1 –ainsi que les sept feuillets du Métochion du Saint-Sépulcre 1– ont été copiés. En effet, comme le signale Nicéphore Théotokis, le manuscrit Londres, Lambeth Palace 1214, qui a également servi à l’édition de 1772-1773, lui fut remis en mains propres en 1763-1764, à Constantinople, par le grand spathaire Alexandre Konstantinou, son propriétaire à l’époque (voir ci-dessus et note 4). Faut-il alors supposer que ce manuscrit s’y trouvait déjà en 1743, et que Macaire effectua son travail de copie à Constantinople ? C’est en tous cas dans cette même ville que se trouvaient encore, au début du 20e siècle, le Métochion du Saint-Sépulcre 1 et l’IFEB 1.

Conclusion

L’existence de cette copie d’une Chaîne sur l’Octateuque datée de 1743 –à laquelle on peut en ajouter une autre, l’ Athos, Ibèrôn 1423 (voir note 7)–, montrent que l’intérêt pour ce genre exégétique n’avait pas disparu dans le monde orthodoxe moderne, mais qu’il était encore vivace peu avant la «redécouverte» de Nicéphore Théotokis. Bien entendu, la lecture des chaînes était très limitée et réservée à un petit nombre d’ecclésiastiques, qui l’appréciaient suffisamment pour prendre la peine de copier ou de faire copier des textes d’une grande ampleur. À l’opposé, l’opération d’édition financée par le prince Grégoire Ghika, soutenue par le grand spathaire Alexandre Konstantinou et réalisée par Nicéphore Théotokis, avait un but très ambitieux : dresser l’exégèse grecque orthodoxe à sa juste hauteur, face à ses rivales latines, et la diffuser le plus largement possible auprès d’un vaste public pieux et lettré.

Notes

(1) Les Chaînes sur l’Octateuque enluminées sont bien étudiées du point de vue de l’histoire de l’art. Voir ainsi l’étude complète de J. Lowden, ‘Illustrated Octateuch Manuscripts: A Byzantine Phenomenon’, dans The Old Testament in Byzantium, éd. P. Magdalino, R. Nelson (Dumbarton Oaks Byzantine Symposia and Colloquia), Washington DC, 2010, 107-152.

(2) Athènes, BN gr. 43 (11e s.).

(3) Smyrne, École évangélique A1 (12e s.). Ce manuscrit richement enluminé a été détruit dans l’incendie de 1922.

(4) Athos, Batopédi 602 (12e s.), un manuscrit incluant 162 enluminures et actuellement en restauration.

(5) Londres, Lambeth Palace 1214 (a. 1103).

(6) Munich, gr. 358 (9e s.).

(7) Voir ainsi le Athos, Ibèrôn 1423, une Chaîne sur la Genèse et l’Exode copiée dans la première moitié du 18e siècle par six copistes ayant travaillé en alternance.

(8) Comme le montre une rapide collation avec l’édition Théotokis, il s’agit d’une Chaîne sur l’Octateuque de type III. Sur ce classement, voir M. Geerard, Clavis patrum graecorum IV, Turnhout 1980, p. 106-107 (C 2).

(9) A. I. Papadopoulos-Kerameus, Ἱεροσολυμιτικὴ βιβλιοθήκη, ἤτοι κατάλογος τῶν ἐν ταῖς βιβλιοθήκαις τοῦ ὀρθοδόξου πατριαρχικοῦ θρόνου τῶν Ἱεροσολύμων ἀποκειμένων ἑλληνικῶν κωδίκων, IV, Saint-Pétersbourg 1899, p. 1-2 ; sur le copiste, voir aussi p. 202.

(10) G. Zolôtas, Ἱστορία τῆς Χίου, I/2, Athènes 1923, p. 303 ; id. Χιακῶν καὶ ἐρυθραϊκῶν ἐπιγραφῶν συναγωγή, Athènes 1908, p. 303-304 (on suppose que l’inscription éditée par Zôlotas, et actuellement conservée au Musée de Chios, est due au patriarche de Jérusalem Chrysanthe Notaras ; aucune preuve n’en est cependant apportée).

(11) G. Phôteinos, Τὰ Νεαμονήσια, Chios 1865, p. 216 et 242 (je n’ai pas pu y retrouver le document de 1731 signalé par Zolôtas).

(12) Papadopoulos-Kerameus, Ἱεροσολυμιτικὴ βιβλιοθήκη, p. 2.

• Illustrations : Scènes du livre de Josué : Vatican, Palatinus gr. 431 (10es.). — L’exemplaire de l’édition de Théotokis (Leipzig 1772-1773) conservé à l’IFEB, sous la cote R III 396 (page de titre, portrait de Grégoire Ghika). — Le manuscrit IFEB 1, f° 29r et 31r.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche