A l’aube de la psalmodie orthodoxe moderne: le Doxastarion de Pierre Lampadarios et sa transcription par les « Maîtres du nouveau système » (Bucarest, 1820)

Dimitrios Zaganas, prôtopsaltès et fin connaisseur de la musique byzantine, m’a transmis ce billet que je suis très heureuse de publier ici:

C’est avec une grande surprise que j’ai découvert à Paris, à la bibliothèque de l’Institut Français d’Études Byzantines, l’édition princeps du Doxastarion1 de Pierre Lampadarios.

Acquis vers 1900 à Constantinople, par l’équipe d’Assomptionnistes qui s’y trouvait alors, cet imprimé est un joyau précieux du chant byzantin. Comme son titre l’indique, il contient les doxastika2 de toute l’année liturgique, composés par Pierre le Péloponnésien, Lampadarios de la Grande Église († 1778)3, et traduits dans le nouveau système de notation musicale instauré en 1814 par les « trois Maîtres », Chrysanthe de Madytos, Grégoire le Prôtopsalte et Chourmouzios Chartophylax. Le volume fut imprimé à Bucarest en 1820 par Pierre Manuel Éphésios († 1840), disciple des trois Maîtres et professeur au Conservatoire princier de Valachie.

Dédiée au prince Alexandre Șuțu, cette édition paraît au moment où l’on passe, dans ce domaine, de la copie de manuscrits à la typographie. Elle vise à faciliter l’apprentissage du chant byzantin d’après le nouveau système de notation. C’est le second imprimé de chant byzantin à voir le jour : quelques mois plus tôt, Éphésios publiait l’Anastasimatarion4 de Pierre Lampadarios pour les besoins du Conservatoire de Valachie.

On remarquera que la façon dont les caractères musicaux ont été gravés trahissent leur dépendance des manuscrits de la même période. Éphésios a voulu rester proche de l’esthétique des manuscrits, une esthétique abandonnée par la suite dans les éditions de Constantinople.

Malgré ses nombreuses rééditions (revues, corrigées ou augmentées), l’édition bucarestoise du Doxastarion est devenue très précieuse au fil du temps. Au début du 20e s., cet imprimé était déjà considéré comme rare et servait de garantie d’authenticité musicale. Vers 1990, l’édition originale a été reproduite de façon anastatique par les éditions « Koultoura » à Athènes. Enfin, en 2006, le Doxastarion a été numérisé par l’Université de Crète et rendu accessible à tous à l’adresse suivante : ANEMI – Lampadarios. On notera que l’exemplaire qui a servi à la numérisation est originairement issu de la bibliothèque de Melpo Merlier, ethnomusicologue grecque.

(1) Σύντομον δοξαστάριον, μεταφρασθὲν κατὰ τὴν νέαν μέθοδον τῆς μουσικῆς τῶν μουσικολογιωτάτων διδασκάλων τοῦ νέου συστήματος, τοῦ ἀοιδίμου Πέτρου Λαμπαδαρίου τοῦ Πελοποννησίου = Doxastarion abrégé, du bienheureux Petros Lampadarios du Péloponnèse, transcrit dans la nouvelle notation musicale des Maîtres du nouveau système, Bucarest 1820. — Cote IFEB : R II 8227.

(2) Hymnes précédées du « Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit » que l’on chante pendant les offices des Vêpres et des Matines dans l’Eglise grecque orthodoxe. 

(3) On peut écouter un bon nombre de ces compositions ICI.

(4) Livre de chant byzantin qui contient des hymnes de résurrection (en grec : anastasis) en suivant l’ordre de l’Octoèque du dimanche. C’est le manuel le plus important pour apprendre les huit tons.

Dimitrios ZAGANAS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *