Cinq cent cinquante-huit ans après… Un nouveau livre sur la prise de Constantinople

Cinq cent cinquante-huit ans après, et comme si c’était hier… Les événements dramatiques du 29 mai 1453 continuent de fonder l’identité et de nourrir l’imaginaire d’une bonne partie des populations du Sud-Est européen. Depuis ce mardi noir où le temps s’est figé, lamentations (θρήνοι), visions et prophéties prolifèrent, expressions d’un cauchemar dont nul ne semble réveillé.

Difficile pour les historiens, dans ce contexte, de garder la tête froide. Pour les chroniqueurs post-byzantins, les Grecs payèrent de la Chute leurs innombrables péchés. Ainsi, le purgatoire qu’ils avaient nié dans l’au-delà devint leur lot ici-bas. Quant aux savants du 19e siècle, qui s’engouffrèrent dans la voie ouverte par Edward Gibbon, ce fut plutôt la « dégénérescence » extrême des « Byzantins » qui permit le triomphe des Ottomans, ces derniers ayant su, de leur côté, utiliser à leur avantage les nouvelles technologies importées d’Occident…

Bien entendu, le 20e siècle produisit d’importantes et solides études critiques sur les derniers jours de Constantinople, travaux souvent fondés sur des matériaux de première main. Cependant, l’ensemble des sources éditées et inédites fut-il pris en considération dans le souci d’identifier des témoins oculaires ? Les témoignages issus de l’archéologie et de la topographie furent-ils suffisamment exploités et évalués du point de vue de la tactique militaire ? Telles sont les questions que pose – et auxquelles essaye de répondre – l’imposant ouvrage qui vient de paraître chez Ashgate : Marios Philippides, Walter K. Hanak, The Siege and the Fall of Constantinople in 1453. Historiography, Topography and Military Studies, Farnham 2011 (816 p.).

Le livre se divise en deux grandes parties. La première, intitulée « La plume », fait le point sur les nombreuses sources existantes – histoire et légendes – et sur les études qui en sont issues. La seconde porte le titre de « L’épée » et concerne plus précisément la stratégie et les opérations militaires conduites par les deux camps au moment du siège.

Remarquons d’emblée que le livre de Philippides et Hanak, résultat de dizaines d’années de travail, offre à la fois une synthèse historiographique et une ouverture critique sur de nouvelles perspectives de recherche. Son ambition première est de rassembler et d’évaluer toutes les sources éditées et inédites, grecques, slavonnes, latines, italiennes, ottomanes, etc. Plus particulièrement, à travers ce travail, les auteurs réhabilitent la Chronique de Nestor-Iskander.

Dans la seconde partie, ils exploitent les résultats de recherches topographiques et archéologiques qu’ils ont menées sur le site des murailles de Constantinople avant que celui-ci ne soit altéré par des rénovations. Leur étude intègre également les données de la diplomatie, de la stratégie et bien entendu des techniques militaires dont – disent-ils – l’efficacité ne doit pas être surestimée. Dans ce contexte, ils donnent également une interprétation nouvelle du rôle joué, au moment de la Chute, par des acteurs individuels tels que Giovanni Giustiniani et ses condottieri ou le Megas Doux Loukas Notaras. Cette attention portée aux personnes trouve d’ailleurs un précieux complément dans l’Annexe IV, qui fournit une ébauche de « Prosopographie du siège de Constantinople », que les auteurs appellent d’ailleurs de leurs vœux.

Pour plus de détails, on téléchargera ici la préface et la table des matières de l’ouvrage.

Remarquons pour finir que l’ouvrage de Philippides et Hanak est un livre d’érudition. Il fera la joie des spécialistes, mais restera difficile d’accès pour tous ceux qui ne sont pas rompus à la lecture des sources originales. Ainsi, pour apprendre – à travers une synthèse simplifiée – ce qui se passa réellement ce mardi 29 mai 1453, le grand public patientera-t-il encore quelques années …

• Illlustration : « Le siège de Constantinople ». Fresque du Monastère de Moldoviţa, Roumanie (1537).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *