Femmes grecques, sorcières à Venise

Isabella était la fille naturelle du noble vénitien Zan Paolo Malipiero. Avec un grec de Rhodes prénommé Théodore, elle eut une fille, Tarsia, qui grandit parmi les grecs de la diaspora. Très jeune, Tarsia entra comme novice au monastère féminin orthodoxe de Venise, où elle reçut son éducation. Elle en sortit pourtant à l’âge de 13 ans, pour épouser un marin originaire d’Andros, lui aussi appelé Théodore. Au cours d’un voyage, Théodore fut capturé par des Turcs et disparut à jamais.

Alors, Tarsia décida de vivre « a la franca » et se fit appeler Laura Malipiero, par référence à son aïeul présumé. Cependant, certains la soupçonnèrent d’avoir usurpé l’identité d’une jeune noble entrée au couvent. Dans ses efforts de s’extraire de la communauté grecque, Tarsia-Laura se lia à un vénitien, Francesco Bonamin, qu’elle avait rencontré, déguisée, durant le Carnaval. Usant de ses charmes, elle se fit épouser par lui, et lui donna deux enfants, Alvise, qui devint marin, et Elena, qui était borgne. Mais Bonamin avait mauvais caractère : il la trompait, s’emportait contre elle et finit un jour par la menacer avec un couteau. Tarsia-Laura décida alors de recourir à la justice. Furieux, le mari ne se laissa pas faire. Il la dénonça au tribunal ecclésiastique avec deux griefs : bigamie et sorcellerie.

Sur le premier grief, Tarsia-Laura se défendit de façon aussi habile qu’opportuniste, en invoquant la non-reconnaissance des sacrements du rite grec par les catholiques : « quel che fa li Greci, li Italiani possono desfar, perche loro non rendono obedienti al papa / ce que font les grecs, les italiens peuvent le défaire, car ceux-ci n’obéissent pas au pape ». Quant au second grief — Bonamin accusait sa femme d’avoir usé de sorcellerie pour le contraindre de l’épouser —, Tarsia se contenta d’expliquer aux juges que son mari voulait divorcer et n’avait trouvé que cette excuse pour se débarrasser d’elle. Le tribunal ecclésiastique fut clément pour les deux époux. Il prononça leur séparation, et renvoya chacun à ses pénates.

Tarsia-Laura se maria une troisième fois avec un certain Andrea Salarion, originaire de Bologne, qui la quitta rapidement. Elle se remit alors en ménage avec un Grec de Paros, Lucas qui, selon les dires de sa fille borgne, profita d’elle financièrement. Tard dans sa vie, l’accusation de sorcellerie la rattrapa. Le 18 décembre 1660, l’Inquisition se rendit chez elle pour l’arrêter. La vieille femme — désormais âgée de quatre-vingt ans — s’enfuit en grimpant sur le toit de sa maison et en sautant sur les toits voisins. Mais elle glissa et tomba, se blessant mortellement. Les agents de l’Inquisition la transportèrent jusqu’à la prison, où elle rendit son dernier souffle. On ne trouva sur elle qu’un petit cahier où elle avait noté « ses sortilèges et ses secrets ». Sans doute contenait-il aussi un phylactère de ce type, fort utilisé par les grecques de Venise, et dont il reste une copie1 :

L’histoire de Tarsia-Laura n’a pas été créée par un romancier à l’imagination fertile. Elle est bien réelle et a été reconstituée par l’historienne Dionysia Gialama à partir des pièces des procès en sorcellerie, conservées dans les archives de Venise (Processi di Sant’Ufficio). Dans son livre paru en décembre 2009, Sorcières grecques à Venise, 16e-18e siècles (en grec), Gialama constate que les archives de l’Inquisition vénitienne contiennent 594 pièces pour la période allant de 1516 à 1700. Sur celles-ci, 46 concernent des femmes grecques, auxquelles il faut également ajouter les 18 portant sur des grecques accusées d’avoir collaboré avec des sorcières d’autres origines. À Venise, on dénombre donc une soixantaine de cas avérés de grecques « in concetto di strega » pour les 16e-18e siècles. Partant de ces documents écrits dans une langue bâtarde et fleurie, l’historienne entreprend d’esquisser le profil de ces femmes et de cerner l’image qu’elles véhiculent dans la société vénitienne. Le dossier est vaste, et les questions qu’il soulève sont multiples. Par cette première étude, novatrice, Gialama ne fait que le déflorer. On retiendra d’ores et déjà plusieurs éléments intéressants :

— À Venise, la définition des femmes grecques est mêlée. Les tribunaux considèrent comme grecques celles dont le père ou le mari sont grecs, celles qui sont nées ou ont grandi en Orient (même si leurs parents sont latins), celles qui suivent le rite grec. C’est donc la fréquentation d’une communauté particulière et non l’appartenance à celle-ci par les liens du sang, qui est le premier critère de définition des « grege ».

— La notion de « schismatique » entre peu en jeu, celle d’«hérétique » encore moins. Il n’est pas question de dogme — comme dans les nombreux procès intentés aux luthériens —, ni de rite. En effet, Venise, qui souhaite défendre ses particularismes, s’oppose à toute ingérence romaine et organise son Inquisition selon ses propres critères. Ainsi, les « sorcières grecques » ne sont pas jugées pour leur appartenance à une Église schismatique, mais parce qu’elles sont des femmes de petite vertu, des « astrologues », des briseuses de ménages. Leurs travers moraux, doublés de pratiques condamnables, doivent être vaincus par l’édification, la pénitence,  la confession. Aussi, les peines auxquelles ces femmes sont soumises relèvent soit de la prison, soit de l’obligation de mener une vie conforme aux exigences religieuses de leur communauté.

— Suivant les critères énoncés en 1613 par Paolo Sarpi,  les accusées se voient reprocher la pratique d’une « magie simple », qui relève plutôt de la superstition et des usages qui lui sont liés : recours à l’astrologie, fabrication de filtres amoureux, incantations servant à favoriser la chance au jeu ou à connaître à l’avance le résultat d’élections, talismans protégeant de la foudre, remèdes contre les maux de dents … À ce sujet, il est intéressant de constater que ces femmes fréquentent et assistent parfois des religieux (orthodoxes ou catholiques) qui leur fournissent des matériaux pour la fabrication des talismans. Il s’agit en général de lambeaux de manuscrits écrits dans une langue que peu de gens savent lire et qui, par conséquent, sont suspectés de contenir des formules magiques…

— Notons enfin que les femmes elles-mêmes acceptent l’assimilation du terme de « grecque » à celui de « sorcière ». Pour leur défense, elles affirment tout simplement qu’elles ne sont pas « vraiment grecques » : « èvero che si dice communetemente che le Greche sono strighe, ma cio non è vero di me, perchè veni puta a Venetia / il est vrai qu’on dit communément des grecques qu’elles sont des sorcières, mais ceci n’est pas vrai dans mon cas, car je suis née à Venise » (Agnesina, 27 août 1624)2. Rares sont celles qui sont fières d’appartenir à la communauté orthodoxe : en 1590, Betta affirme qu’elle a choisi de vivre « a la greca », même si son mari, le médecin Ottavio de Rubeis, vit « a la franca » (Betta, 28 juillet 1590)3. Enfin, une seule a su mettre des mots sur la réalité discriminatoire de cette identification : « perchè son grega, per questo mi chiamano striga / c’est parce que je suis grecque, c’est pour cela qu’on m’appelle sorcière » (Magdalena, 15 septembre 1615)4.

_______

1. Sur cet usage détourné du Trisagion, cf. l’interrogatoire de Samaritana (16 juin 1689) : « Interrogata se sa che alcuna persona habbi mai dispensato bollettini con parole della Sacra Scrittura per far voler bene o per altro fine, respondit : Io mi segnavo con dire Aios, Otheos, Ischiros, Agios, Athanatos, Tretragrammaton, Eleyson, Imas e queste parole le facevo scrivere, e diedi due soli bollettini simili a due homini, dicendoli che a dir dette parole havevano virtù contro le armi e contro le stregarie. E due di essi bollettini ne havevo in casa mia ». Document publié par Gialama, p.  471-472 ; fac-similé  p. 334.

2. Gialama, p. 410.

3. Gialama, p. 417.

4. Gialama, p. 411.

____

Διονυσία ΓΙΑΛΑΜΑ, Ελληνίδες μάγισσες στη Βενετία, 16ος 18ος αιώνας, Εστία, Αθήνα 2009.

Illustrations : Le Caravage, Femme à la colombe, Madrid, Musée du Prado, 1610. — Fac-similé d’un acte de procès, Gialama, p. 334.


5 réflexions au sujet de « Femmes grecques, sorcières à Venise »

  1. Nous attendons de Graecia orthodoxa un commentaire certainement pertinent de la situation en Libye!
    C.

  2. C’est un billet très intéressant (d’autant plus que, ne connaissant pas le grec moderne, je n’aurais probablement jamais entendu parler de cet ouvrage !). Merci pour cette découverte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *